1652. L'horreur ! La Grande Mademoiselle découvre Saint-Fargeau

Vinaigrette 0
Le château - ©Christophe.Finot / CC-BY-SA Le château - ©Christophe.Finot / CC-BY-SA
Château de Saint-Fargeau Château Grande Mademoiselle

Plus riche, tu meurs

En 1652, voilà qu’arrive la Grande Mademoiselle, exilée sur ces terres pour avoir magouillé pendant la Fronde. Elle s'appelle Anne-Marie-Louise d'Orléans, c’est la fille de Gaston d’Orléans et de Marie, duchesse de Montpensier : la cousine de Louis XIV et la petite-fille d'Henri IV ! Beau pedigree. Oui, et en plus, la donzelle, à tout juste 25 ans, est à la tête d'une immmmense fortune.

Fortune qui lui attire de nombreux prétendants... à commencer par Louis XIV himself, âgé de 3 ans ! Aah, elle se voit déjà reine de France... mais Anne d'Autriche, la mère, se ravise, et lui donne plutôt son propre frangin : l'infant Ferdinand, 32 ans et toutes ses dents : pas mal, mais ledit infant meurt subitement d'une maladie foudroyante... pas de bol.

Après avoir lorgné sur le roi d'Espagne Philippe IV et le futur Charles II d'Angleterre, elle se prend un nouvel exil, en 1662. Pourquoi ? Mais parce qu'elle avait refusé d’épouser le roi du Portugal, tiens ! Elle préférait le beau Lauzun, ce bougre de coureur de jupons à qui elle donna Saint-Fargeau...

Mince, tu parles d'un trou !

Et voilà. Elle a 25 ans et raconte son arrivée dans ce trou de Saint-Fargeau, où elle n'a jamais mis le pied, dans ce château dont elle a hérité par sa mère :

« Il fallut mettre pied à terre, le pont étant rompu. J’entrais dans une vieille maison où il n’y avait ni porte ni fenêtre et de l’herbe jusqu’aux genoux dans la cour : j’en eus une grande horreur. L’on me mena dans une vilaine chambre.

La peur, l’horreur et le chagrin me saisirent au point que je me mis à pleurer. Je me trouvais bien malheureuse, étant hors de la Cour, de n’avoir pas une plus belle demeure que celle-là et de songer que c’était le plus beau de tous mes châteaux, n’ayant pas de maisons bâties. »

Du coup, elle demande à Le Vau de lui remettre tout ça en ordre. Hop, un chantier plus tard et la voilà qui reçoit du beau monde, dont sa voisine la marquise de Sévigné...


Et encore !