Notre-Dame de Vaudouan, une histoire d'eau et de pèlerinage qui fait un tabac

Vinaigrette 0
Vitrail Lobin de Vaudouan - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA Vitrail Lobin de Vaudouan - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Chapelle Notre-Dame de Vaudouan Chapelle Miracle Pèlerinage

Le pèlerinage

La flotte, le miracle !

Tout commence par un miracle, le 25 mars 1013... Une bergère découvre un jour une petite statue de la Vierge alors qu'elle surveille ses brebis, près de la source de Vaudouan. Une jolie statue, représentant Marie tenant l'Enfant Jésus, une colombe entre les mains...

La jeune fille la porte au curé de Briantes, qui la laisse dans son église. Mais le lendemain, on s'aperçoit qu'elle a disparu ! Mystère... Quand la bergère revient faire paître ses bêtes près de la petite source de Vaudouan, elle trouve la statue qui semble flotter au-dessus de l'eau !

Le curé, cette fois, la confie à l'église de La Châtre. Mais dans la nuit, la statue disparaît. On la retrouve où ? Oui, à Vaudouan... Apparemment, c'est clair : la Vierge veut être vénérée ici et pas ailleurs ! On se décide donc à lui construire une chapelle. Voilà comment tout a commencé !

Ca en attire, du peuple !

Le pèlerinage fait un tabac au Moyen-Age et au XVIIe s, avec le vœu de Louis XIII à la Vierge, mais aussi à la fin du XIXe s (plus de 25 000 pèlerins viennent à Vaudouan). Du coup, ce ne sont pas les ex-voto qui manquent : on en compte 80, dont une jambe en cire ! Louis XIII a fait un vœu, ici : sur son lit de mort, il envoie à Vaudouan 3 seigneurs, à pied, en mai 1643...

En 2013, le pèlerinage a fêté ses 1000 ans d'existence. Et si vous voulez tout savoir, la petite source existe encore : une fontaine se trouve à une centaine de mètres, construite à l'endroit même où la statue apparaissait...

L'église

La chapelle actuelle date de 1868, date de sa reconstruction par l'architecte Dauvergne à la demande de l'abbé Semelet. Mais son origine se perd loin, très loin ! Après la découverte de la statue, on construit une petite chapelle au XIe s, reconstruite au XIVe et au XVIe s... et finalement au XIXe s.

On a donc une église de style néogothique, avec une décoration très vive et plutôt surprenante : piliers, chapiteaux, murs... de la couleur partout ! On retrouve ici le goût du style troubadour, une revisite de l'art médiéval, un peu comme dans les restaurations de Viollet-le-Duc (je pense aux pièces du château de Pierrefonds). On aime ou pas, mais la découverte est complètement inattendue !

Là, levez un peu les yeux sur la voûte... on doit les peintures à un artiste italien installé à Nevers, Tarniotti ainsi qu'à Raphaël Bodin. Elles ont retrouvé toute leur fraîcheur grâce aux travaux de restauration menés par Jacques Viard en 2010 !

Et puisqu'on parle de couleurs, les beaux vitraux du chœur racontant l'histoire de Notre-Dame de Vaudouan (1866) sortent tout droit des ateliers Lobin de Tours...


Et encore !