Montfort-l’Amaury, terre bretonne

Vinaigrette 0
Les ruines - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA Les ruines - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Fortifications de Montfort-l'Amaury Fortification

Mais que fait Anne de Bretagne à Montfort-l’Amaury, près de Paris ?

Comté de Montfort et duché de Bretagne

En 1364, le comté de Montfort appartient au duché de Bretagne, après le mariage de Yolande de Montfort avec le duc Arthur II de Bretagne.

Voilà Montfort bretonne ! Jusqu’au mariage d’une descendante, la duchesse Anne de Bretagne, avec deux rois de France, Charles VIII et Louis XII.

Une alliance qui permet d’intégrer la Bretagne au royaume de France, en 1532...

Anne fait de petits aménagements à sa cité. Elle reconstruit le château primitif détruit par les Anglais en 1419 et y ajoute la tourelle d’escalier, la « tour Anne de Bretagne ».

Aujourd'hui en ruines, la tour en question se dresse sur une haute colline (185 m d'altitude), aux côtés de deux pans de murailles du XIe s.

La dame séjourne 5 ans à Montfort. Et avec elle s'installent de nombreux compatriotes : elle les exempte d’impôts !

Le pardon de Montfort-l'Amaury

Au cours du XIXe s, de nombreux Bretons habitant Montfort ou l’Ile-de-France font le déplacement dans la cité, pour se retrouver et faire la fête.

C'est comme ça qu'ils organisent le premier pardon de Montfort, en 1899 ! Un pardon ? Une procession religieuse typiquement bretonne, organisée à date fixe et dédiée à un saint local.

Ensuite, le pardon de Montfort-l'Amaury combine danses et concours de poésies (tout ça sous l'égide d'Anne de Bretagne, bien sûr).

Le gagnant du concours se voyait décerner une couronne d’ajonc fraîchement cueilli en provenance de Bretagne, dit le site de la gazette du Montfortois !


Et encore !