La prune de Brignoles... fatale pour le duc de Guise !

Vinaigrette 0
Image d'illustration - ©Jebulon / CC0 Image d'illustration - ©Jebulon / CC0
Homicide Henri Ier de Guise Spécialité Guerre de Religion

Késako ?

La prune de Brignoles (83) se déguste sous toutes les formes : en confiture, séchée, en pâte de fruit, dans un gâteau... Comment on la reconnaît ? C'est un fruit oblong, avec une peau noire ou rougeâtre. La chair est sucrée avec une belle couleur orangée.

La petite histoire

Mhh, la bonne prune !

On a souvent dit que le nom même de Brignoles viendrait du celtique brin, « prune » et de on « bonne »... bonne prune, si si ! C'est un fruit sec qu'on fabrique depuis le XVIe s : on l'appelle aussi la pistole.

La pistole étant une pièce de monnaie, quel rapport ? Et bien, autrefois on séchait le fruit qui devenait plat et tout rond ! Au temps de François Ier, on les apprécie particulièrement.

De Brignoles à Digne

Aujourd'hui, les prunes de Brignoles viennent de Digne. Tiens mais pourquoi ? La légende veut qu'au moment des guerres de Religion, vers 1570, le seigneur de Vins, propriétaire à Brignoles, refusa de payer ses impôts.

Les habitants, pas contents, saccagèrent ses propriétés et détruisirent les pruniers (18 000 arbres, nous dit le Guide de la Provence mystérieuse). Depuis ce temps on ne fit plus de prunes à Brignoles, mais à Digne...

Ce n'est qu'à la fin du XXe s que l'association historique de Brignoles décide de rendre au fruit ses lettres de noblesse. Depuis 2004, Brignoles organise chaque année à la fin de l'été une fête de la Prune...

On dit aussi que le duc de Guise adorait les prunes de Brignoles ! Tellement qu'on dit qu'il en mangeait une lorsqu'il se fait assassiner au château de Blois...

La prune du duc de Guise

Nous sommes en pleine guerre de Religion. Catholiques contre protestants. Guise lui, mène la Ligue, les catholiques. Si bien qu'on le voit déjà roi, lui ! Plus que cet Henri III qui veut à sa mort céder le trône à ce huguenot d'Henri de Navarre...

Guise veut la couronne, il commence alors à comploter avec l'Espagne et à multiplier les intrigues. Alors, Henri III demande à Guise de le rejoindre au château de Blois, pour participer aux Etats Généraux. Histoire d'en finir une bonne fois pour toute avec ses prétentions au trône...

Nous sommes le 23 décembre 1588. Petit matin sacrément frisquet sur Blois ! Les appartements du château, encore plongés dans l'obscurité, gèlent littéralement. Le duc de Guise doit se rendre aux Etats. Le voilà qui traverse la galerie, l'air grave, l’œil sombre, la bouche pincée. Un visage taillé à la serpe, accentué par la balafre récoltée au combat et qui lui a valu son surnom de Balafré.

Il avait passé la nuit avec une dame. Une nuit courte on imagine bien... Il ne se sent pas très bien. Le manque de sommeil, oui, mais pas que. Ses pas le dirigent vers un futur incertain, on dirait bien ! Rha, allez. Guise secoue la tête et se ressaisit. Il pousse la porte de la grande salle où va se tenir la réunion. Pas un bruit. Il est tôt. Guise est arrivé en avance.

Mais une étrange impression le saisit. Il frémit et soudain, mince : du sang. Il saigne du nez. Il demande à son valet de chambre un mouchoir et aussi un peu de « confiture » à Saint-Prix, le domestique du roi, c'est-à-dire des fruits secs... nos prunes de Brignoles !

Guise en mange et se sent un peu mieux. Autre version : Guise, dit Agrippa D'Aubigné dans son Histoire universelle, avait demandé des écorces de citrons confits à Saint-Prix mais finalement, celui-ci lui ramène des prunes. Palma Cayet rapporte dans sa Chronique novenaire :

« Sujet à un mal de cœur, le duc prit dans ses chausses une petite boîte d'argent pour y penser trouver quelques raisins et n'y trouvant rien demande à Saint-Prix qu'il lui donna quelques bagatelles du roi, Saint-Prix lui alla quérir quatre prunes de Brignoles desquelles il en mangea une et les autres il les mis dans sa dite boîte. »

Guise se sent mieux, oui. Mais quelques minutes plus tard, Henri de Lorraine, duc de Guise, mourra sous les coups d'épées des hommes d'Henri III... « Il est encore plus grand mort que vivant » aurait dit le roi en avisant le corps de son ennemi à terre, bien content de s'en être débarrassé. Hop, brûlé Guise, dans la Loire avec les poissons... Vous parlez d'une fin !


Et encore !