This website requires JavaScript.

La bataille de Cassel

Quand : 23 août 1328

Le monument, détail | ©Marc Ryckaert / Wikimedia Commons / CC-BY-SA
Bataille Philippe VI Monument des trois batailles

Un coq peint pour se moquer des Français, un assaut sanglant, une phrase mythique... tout ça, c'est la bataille de Cassel, dans l'actuel Nord de la France !

Sources : Histoire de l'Europe et particulièrement de la France de 1270 à 1610 / Grandes Chroniques / Les Flamands à la bataille de Cassel.

La situation

Les Flamands de la ville de Bruges, dans l’actuelle Belgique, s’étaient révoltés contre leur comte, Louis Ier de Nevers, vassal du roi de France Philippe VI.

Les Brugeois en ont plein le dos, des seigneurs flamands ralliés à la France, comme ce comte et moult autres nobles du pays.

Le « menu peuple » se soulève partout : Bruges prend la tête de la révolte.

En plus, il y avait ce souvenir terrible de la bataille des Eperons d’Or, en 1302 à Courtrai.

Une défaite cuisante, sanglante, face aux Français ! Un massacre.

Le comte fait donc appel au roi, le jour même de son sacre, pour mater la révolte.

Ca tombe bien, tiens, ça va asseoir l’autorité de Philippe !


Bataille de Cassel (Chroniques de Froissart)

Bataille de Cassel (Chroniques de Froissart) | ©Koninklijke Bibliotheek / Public domain

Zoom sur la bataille de Cassel

Foutu !

La guerre est décidée. On rassemble l’armée française devant les murs d’Arras, fin juillet 1328.

Les Français sont estimés à 50 000, les Flamands sont à peine 20 000.

C’est un combat inégal ! Foutu d’avance !

Le livre Les Flamands à la bataille de Cassel rapporte que c’est parce que les Flamands ont été obligés de répartir leurs armées à différents points de leur territoire, ne sachant pas où les Français allaient attaquer… ce qui les avait divisés et affaiblis.

Ce sont ceux de Cassel qui ont à combattre toute l’armée française !

Le coq de toile

Le roi de France part vers Cassel et fait planter les tentes à « une lieue », sur les bords de la petite rivière Peene.

Les Flamands, installés sur un mont à Cassel, scrutent l’arrivée de l’armée française.

Ils fabriquent alors « un grand coq de toile peinte », avec, écrit dessus « Quand ce coq-ci chanté aura Le roi trouvé ça entrera ».

Histoire de les narguer ! Le roi trouvé ? Mais si ! Le surnom de Philippe VI !

Rapport à la crise dynastique qui a lancé, entre autres, la guerre de Cent Ans.

Les fils de Philippe le Bel sont tous morts sans héritiers : le dernier est Charles IV en 1328.

Qui, pour monter sur le trône ? Il y a bien le petit-fils de Philippe le Bel, Edouard, roi d’Angleterre et français par sa mère… mais un Anglais sur le trône, que nenni !

Les grands seigneurs finissent par élire Philippe de Valois, qui n’est « que » le cousin de feu le roi.

Tous à la tente du roi !

Bref ! Revenons à notre coq et à la bataille. Les Flamands « le mirent en haut lieu et ainsi se moquaient du roi et de sa gent. »

Mais dites donc, à part faire des blagounettes, on en est où, des hostilités ?

Hé bien… ça fait déjà plusieurs jours que les deux armées se jaugent sans rien faire. Le roi de France ne se sent pas d’attaquer les Flamands tout de go.

Pour les attirer tout près de leur campement, le roi envoie des hommes ravager la campagne aux alentours de Bergues.

Il espère qu’ainsi, les Flamands, à la vue des récoltes et des maisons détruites, sortiraient de leur torpeur. Mais rien, nada !

Le chef des insurgés flamand, Colin Zannequin, dit à ses hommes de ne pas broncher.

Puis, des émissaires rencardent Zannequin sur l’emplacement de la tente du roi et des principaux seigneurs.

Tout joue en leur faveur : les abords de leur camp sont mal gardés, il y a peu de sentinelles… oh, vous savez quoi ?

Les chevaliers français ont carrément enlevé leurs armures et prennent du bon temps en se reposant ou en jouant aux dés !

Le chef flamand compte attaquer sans crier gare et même, faire prisonnier le roi...

Coincés

Ils surprennent l’infanterie en plein roupillon, qui, quand même, a le temps de reprendre ses esprits et de fuir !

L’alerte est donnée. Le roi revêtu de sa « tunique aux armes de France et un bassinet couvert de blanc cuir », groupe ses chevaliers et lance l’attaque, à la tête de ses hommes.

Les insurgés se retrouvent coincés.

C’est un massacre, les Français ne font pas de quartiers, « les Flamands se défendirent vigoureusement, mais à la fin la force ne dura guère. Ils se déconfirent, et furent là tous tués. »

Le chroniqueur Froissart estime à 15 000 le nombre de morts côté flamand.

Conclusion

L’armée royale incendie Cassel, la population est tuée.

Bruges se soumet : en punition, son beffroi est incendié, la cité perd ses privilèges.

Le comte de Nevers reprend le contrôle de la situation en faisant exécuter plus de 10 000 insurgés...


La citation

La citation | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

Qui m’aime me suive

Hé oui ! La phrase devenue usuelle aujourd’hui a été prononcée par Philippe VI avant la bataille de Cassel…

On la trouve citée dans les Grandes Chroniques de France de l’abbaye de Saint-Denis, et, bien plus tard dans des livres comme Les Flamands à la bataille de Cassel.

Le roi demande aux barons français de l’accompagner pour batailler à Cassel : ils tentent bien de se protester, de dire qu’il n’est pas temps d’y aller, qu’il est trop tôt, qu’il fait trop chaud… quoi, il faudrait attendre ?

Le connétable Gautier de Châtillon lance « Qui a bon cœur a toujours le temps à propos. »

Ce à quoi le roi ajoute après avoir embrassé le connétable : « Qui m’aime me suive » !


Le monument

Le monument | ©Marc Ryckaert / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

L'armure en cadeau

Après la bataille, Philippe VI de Valois entre en armure et à cheval dans la cathédrale de Chartres ! Le tout suivi par tous ses barons. Ah, ça fait bien, tiens...

L’armure couverte de poussière et de sang qu’il portait pendant la bataille, il l’offre à la Vierge.

Il saute de sa monture, se met à genoux devant la statue et lui voue armure et cheval.

Et donne 1000 livres tournois, car la tradition voulait qu’il « rachète » les deux « cadeaux » après !

Le monument des Trois batailles

Quid du monument commémoratif de la bataille ? Elle commémore non pas LA bataille de Cassel… mais LES batailles !

En effet, il y en a eu 3 : la victoire de Robert Ier de Flandre en 1070 ; celle de Philippe VI en 1328 et la bataille de la Peene où les Français écrasent les troupes de Guillaume d’Orange en 1677.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !