La légende des cardeurs de Kerjean

Vinaigrette 0
Le château - ©Moreau.henri / CC-BY-SA Le château - ©Moreau.henri / CC-BY-SA
Château de Kerjean Château Adultère Légende

Mon précieux

René Le Barbier ? Ses aïeux ont fait construire le château Renaissance... mais l’histoire la plus marrante, la voilà !

René vaque à ses occupations sur ses terres de Kerjean, lorsqu’un beau jour, il se fait appeler à la cour de Louis XIII. Tout content, il fait son baluchon, mais laisse sa femme sur place. Pas grave, il revient ! Là-bas, à Versailles il n’a pas assez de ses deux mirettes pour tout regarder : c’est que le voilà chez le roi, quand même !

Faut bien s’essuyer les pieds sur le paillasson avant d’entrer, lui avait dit sa douce moitié. René fait le beau, quand on l’interroge, il répond, bien tout comme il faut. Et puis, il décrit sa femme, Françoise de Quelen.

Il la décrit, la décrit, comme la plus belle et la plus douce qui soit ! A tel point que 4 gentilshommes, un peu jaloux, proposent au jeune marié un petit jeu : celui de tester la vertu de sa femme si parfaite, pendant qu’il n’est pas là... Ben ça, rigole René, vous pouvez y aller : je vous dis, y’a pas mieux, c’est la meilleure !

Les Dons Juans

Donc, le mari accepte le pari, pas plus inquiet que ça : il a confiance ! Ce qu’il apprendra plus tard, c’est que nos 4 bonshommes sont de vrais dons Juans en puissance... Bon, en tout cas, les voilà en route pour la Bretagne, et là, René se rend compte de ce qu'il se passe : il commence à s’arracher les cheveux !

Puis, quelques jours plus tard, une lettre arrive de Kerjean, signée de la main du premier galant : elle contient un ruban de soie, celui que sa femme a l’habitude de se mettre dans les cheveux. Bah ! Un banal ruban, ça ne veut rien dire... Ensuite, deuxième lettre du deuxième « prétendant » : il reçoit les épingles qui maintiennent sa robe. Puis c'est une boucle de ses cheveux. Enfin, il reçoit quelque chose qui l’inquiète vraiment : l’anneau de mariage de sa moitié.

Laine et vertu

Complètement paniqué, notre R’né pique des deux vers son château breton, déboule en furie et trouve sa femme. Il lui parle des « cadeaux » qu’il a reçu ». Oui, elle a reçu 4 messieurs, et leur a donné des objets intimes à chacun d'eux. « Mais pour l'anneau ? » gronde René. « Ca, » lui dit-elle, « c'est bien fait : c'est pour avoir osé douter de mon honnêteté et de ma fidélité ! »

Eh, mais... où sont ces 4 hommes, au fait ? Et Françoise le conduit dans une tour du château où sont enfermés les 4 don Juan ! Fatiguée par leurs dragues intempestives, elle les avait enfermés là à tour de rôle, occupés à filer de la laine, pour les pauvres gens... ils ont intérêt à travailler, sinon pas de vivres ! René les libère, mais sans rancunes : les gentilshommes reconnaissent la grande vertu de la dame de Kerjean...

Ouf ! Et quelques années plus tard, Louis XIII érige Kerjean en marquisat et fait de Françoise la dame d'honneur de la reine. Depuis, le proverbe breton dit que « le premier des cardeurs est né à Kerjean » !


Et encore !