Une histoire de ventre explosif ou l’horrible enterrement de Guillaume le Conquérant à Caen

Vinaigrette 0
Saint-Etienne de Caen, tombeau de Guillaume le Conquérant - ©Sniper Zeta / CC-BY-SA Saint-Etienne de Caen, tombeau de Guillaume le Conquérant - ©Sniper Zeta / CC-BY-SA
Abbaye aux hommes de Caen Abbatiale Guillaume le Conquérant

Que s’est-il passé pour que Guillaume le Conquérant, le plus grand Normand qui ait jamais vécu, ait droit au plus horrible des enterrements, dans l’abbatiale Saint-Etienne de Caen ? Un indice : c’est un bide...

La mort du Conquérant : une histoire de ventre, partie I

Mantes, 1087. Rouleaux de flammes torrides. Tout brûle. Du rugissement du feu explosent des hurlements de peur.

Lui, masse colossale dressée sur son énorme percheron au milieu des rues saturées de corps sans vie. Il éperonne les flancs, vocifère, fait tourner son épée au-dessus de sa tête.

Puis... convulsion. Le cheval, épuisé, trébuche. Tombe lourdement sur le pavé. Guillaume, jeté contre le pommeau de la selle, se blesse le bas du ventre.

Coup violent. Un voile noir lui obscurcit la vue.

Crever !! Guillaume, ça y est ! Tu vas crever ! Déjà ?... une vie... un souffle... rien vu passer...

Alors ? Il vient de se passer quoi, là ?

Fâché que le roi de France débarque sans arrêt sur ses terres en Normandie (et devant son refus d’arrêter), Guillaume le Conquérant avait fait le siège de la ville de Mantes. Le dernier de sa longue carrière de duc normand...

On le relève. On le transporte à Rouen. Non mais, regardez-le : Guillaume a 59 ans. C'est un vieillard pour l’époque. Malade, obèse, épuisé par une vie de luttes, le coup au ventre est fatal. 6 semaines après sa chute, il meurt dans un faubourg de Rouen.

Obèse, Guillaume ? Une histoire de ventre, partie II

Et voilà : un coup au ventre, fatal pour le Conquérant ! Un ventre... qui mérite bien une p'tite parenthèse !

On ne sait pas à quoi ressemble Guillaume, faute de portrait. On sait juste qu’il est super grand pour l’époque (1,80 m) et qu’il porte les cheveux courts.

Ah, si, on sait un truc : Guillaume devient obèse, à la fin de sa vie.

Il se promène un bon gros bide, à tel point qu’on se demande comment il se débrouille pour monter à cheval et batailler... Il lui fallait une selle spéciale et des étriers en fer pour soutenir sa masse !

Et on se fout de lui : à commencer par le roi de France Philippe Ier (bien ventru lui aussi), qui demande un jour quand le « gros bâtard » se remettra de son accouchement !

Son bide énorme va être le responsable de son enterrement cauchemardesque, à Caen, on va voir pourquoi...

L’enterrement du Conquérant... un bide !

Odeur d’encens tiède qui monte dans l’immensité glaciale de la nef.

On est en septembre 1087, tout le monde se prépare à enterrer le Conquérant, au cœur de l’église Saint-Etienne, nichée dans l’abbaye aux Hommes. Son abbaye, sa fondation.

Silence écrasant. Echos de raclements de gorges et de toussotements. On se recueille... avant le drame.

Car on a eu un petit problème technique : tous les cercueils étaient tous trop petits. Etroits, surtout. Impossible de faire rentrer le ventre à bière normand... Il a fallu lui en fabriquer un à la va-vite pour contenir son corps.

Le chroniqueur normand Ordéric Vital rapporte l’anecdote : le corps de Guillaume, cousu dans une peau de bœuf, se fait fourrer (non sans mal) dans le cercueil. En forçant, quoi. Du coup, ça ne ferme pas bien.

Vous voyez venir le truc ? C’est une bombe à retardement...

Et ça ne loupe pas : pendant la cérémonie religieuse, le ventre compressé explose (avec beaucoup de bruit !). Le cercueil s’ouvre et une puanteur inimaginable dégueule dans toute l’église. Les fumées d’encens ne servent à rien : il faut attendre des heures pour que l’odeur atroce se dissipe.

Terrible, pas vrai, pour le Normand fondateur d’une puissance dynastie outre Manche et « papa » des rois anglais actuels ?


Et encore !