This website requires JavaScript.

Les 9 vies de Saint-Julien-le-Pauvre

La façade | Carcharoth / CC-BY-SA
Eglise paroissiale Eglise Saint-Julien-le-Pauvre

Voici une des six basiliques mérovingiennes attestée par Grégoire de Tours en 582.

Située sur le tracé du cardo romain qui mène à Orléans, à l'angle de la voie qui conduit à Lyon, une communauté de moines bénédictins s'y installe et entreprend de reconstruire l'église à partir de 1160.

Saint-Julien devient l'une des plus importantes paroisses de l'Université qui se développe au XIIe siècle à cet endroit.

Lorsque l'Université migre vers la montagne Sainte-Geneviève, le prieuré se dégrade.

En 1651, l'église est presque en ruine.

On l'ampute alors de son portail gothique et de ses deux premières travées.

Simple chapelle de l'église voisine de Saint-Séverin en 1653, fermée en 1793, Saint-Julien devient un grenier à sel et fait office d'entrepôt jusqu'en 1826.

Le retour au culte date de 1826. En 1889, on l'attribue au culte orthodoxe.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !