Sacrée histoire ! 12 anecdotes sur le couronnement des rois de France à Reims

Vinaigrette 0
Sacre de Charles VI à Reims (Chronique de St-Denis, XIVe s) - ©The British Library / Public domain Sacre de Charles VI à Reims (Chronique de St-Denis, XIVe s) - ©The British Library / Public domain
Cathédrale Notre-Dame de Reims Cathédrale Festivités

Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbons : tous, les rois de France sont (presque) tous passés par Reims pour se faire sacrer !

Retour sur un événement hors normes, pleines d’anecdotes comme on les aime.

1 - Combien de rois se sont fait sacrer à Reims ?

A Reims, on a couronné 31 souverains !

Le premier, Henri Ier, sacré en 1027.

Le dernier, Charles X, sacré en 1825.

D'ailleurs, la petite histoire dit ceci : le jour de son sacre, Charles X fait un mouvement pour remettre en place la couronne qui penche sur son front. Le duc d’Orléans, derrière lui, la rattrape... il s'agit de son successeur, le futur Louis-Philippe Ier !

2 - Pourquoi sacre-t-on les rois de France à Reims ?

C’est le baptême du 1er roi Franc, Clovis, qui déclenche tout.

Oui, il y a un lien entre le baptême du roi Franc à Noël 498 à Reims et le sacre des rois !

Lequel ?

Il s’agit du Saint Chrême, l’huile sainte prestigieuse qui sert au baptême du Franc. Une huile contenue dans la célèbre Sainte-Ampoule, apportée par une colombe tout spécialement pour l’occase.

Prestige oblige, c’est avec cette huile qu’on a sacré tous les rois de France, après. De quoi leur donner une sacrée légitimité divine !

3 - Tous les rois n’ont pas été sacrés à Reims

Hééé non ! Quelques rois n’ont pas été couronnés à Reims :

Hugues Capet (Noyon, 937)
• Robert II (Orléans, 987)
• Louis VI (Orléans, 1108)
Henri VI roi de France et d’Angleterre (Notre-Dame-de-Paris, 1431)
Henri IV (Chartres, 1594).

4 - Des jours pas comme les autres

Le sacre à Reims a lieu un dimanche ou un jour de fête solennel : Assomption, Ascension, Toussaint... à de très rares exceptions !

5 - Interminable !

La cérémonie du sacre dure en moyenne 7 h. Baaaarbant ! Alors au fur et à mesure que les siècles passent, on la raccourcit à 4 h : comme pour celle de Charles X, en 1825 !

6 - Et les reines ?

Ah mais oui, les reines de France, dans tout ça ?!

Hé bien au début, mesdames se font sacrer ailleurs qu'à Reims, et séparément, sivouplaît.

Le premier sacre commun à Reims a lieu en 1223 : on couronne Louis VIII et Blanche de Castille ! Le dernier ? Celui de Charles V et de Jeanne de Bourbon, en 1364.

Après ça, plus aucune reine de France n’a été couronnée à Reims.

7 - Une couronne comme mauvais présage

Des fois, tout ne se passe pas comme prévu... c’est le cas d’Henri III : sa couronne tombe de sa tête, il dit : « Elle me pique ! ». Louis XVI aussi porte la main à la sienne, en soupirant : « Elle me gêne ».

On a vu ça comme des mauvais présages... la preuve , le premier meurt assassiné, le 2e finit sur la guillotine !

8 - Jeanne d’Arc s'invite au sacre

17 juillet 1429, c'est la date du sacre le plus célèbre de l'Histoire.

Charles VII vient de faire sacrer à Reims, grâce à la ténacité de Jeanne d’Arc qui parvient à le flanquer sur le trône et inverser le cours de la Guerre de Cent Ans.

Une affaire pas vraiment gagnée... Dans une France divisée en deux, le dauphin futur Charles VII se planquait au Sud (les Anglais occupant le Nord), tandis que sa propre mère lui volait son trône au profit de son gendre, le roi d’Angleterre...

Charles récupère sa couronne grâce à Jeanne : la Pucelle libère Orléans des mains des Anglais et ouvre la voie vers Reims !

9 - Coquetterie !

Revoilou Henri III ! Le jour de son sacre, le roi-mignon-fana-de-bagouses fait scandale.

Figurez-vous que ce jour-là, la messe n’est dite que le soir, contre l’usage habituel.

Il faut dire qu’Henri passe la journée à coudre lui-même des pierres précieuses sur son costume et arranger ses fringues et celles de la reine. Il change aussi 7 fois de vêtements, ce jour-là !

10 - Le toucher des écrouelles

Saviez-vous que le roi de France est le seul souverain thaumaturge d’Occident ? Thaumaturge, ça veut dire qu’il touche et guérit les écrouelles, bubons purulents d’origine tuberculeuse.

Je vous en parle, parce que le roi acquiert ce super pouvoir au cours du sacre à Reims ! Philippe Ier a été le premier roi thaumaturge au XIe s, mais bon : il a perdu ce don à cause de sa vie de patachon...

Lors de cette cérémonie, les malades (on les appelle scrofuleux) s’agenouillent au passage du roi, qui leur touche la tête et dit la formule : « Dieu te guérit, le roi te touche. »

Et il y a foule : lors des sacres de Louis XIV, XV et XVI, on voit défiler entre 2000 et 2400 scrofuleux en un jour !

11 - Une nouvelle vie

Une des particularités de la cérémonie du sacre : le matin du couronnement, le roi à jeun fait semblant de dormir quand on vient le chercher pour aller à la cathédrale.

C’est Charles IX qui introduit en 1561 ce détail du roi dormant, symbole d’un éveil à une nouvelle vie !

12 - Le déroulement de la cérémonie du sacre

On vient chercher le roi (logé au palais épiscopal du Tau, voisin de la cathédrale) qui fait semblant de dormir.

D’abord, les serments. Le roi promet à l’Eglise de chasser les hérétiques et au royaume de faire régner la justice.

Vient l’onction : l’évêque oint le roi avec le contenu de la Sainte Ampoule.

Il peut alors recevoir les regalia.

Les regalia ! Un ensemble d’objets symboliques utilisés pour les sacres. On a :

• la couronne. On voit celle de Louis XV au Louvre. L’originale du XIIe s détruite pendant les guerres de Religion pesait 5 kg, lourde de 50 pierres précieuses !

• l’épée symbolisant la justice. Celle du sacre s’appelle Joyeuse : il s’agit de l’épée de Charlemagne, utilisée depuis la fin du XIIIe s. On la conserve au musée du Louvre.

• la main de justice, le 2e sceptre. Mais à la différence de celui-ci, la main récompense et le sceptre punit.

• le sceptre de Charles V, utilisé pour tous les sacres sauf ceux d'Henri IV et de Charles VII, visible au Louvre.

• l’anneau d’or symbolisant le mariage du roi avec son royaume.

• le calice de saint Rémi (exposé au palais du Tau).

• les vêtements : tunique, dalmatique, manteau, bottes et éperons.

Sur quoi hop, le roi pose ses nobles fesses sur le trône pendant que l’évêque tient la couronne au-dessus de sa tête.

Ca y est, on peut prononcer le Vivat rex in aeternum ! Et filer fissa au palais épiscopal voisin profiter du grand festin : ça tombe bien, le roi est à jeun depuis la veille !


Et encore !