Petite histoire de la porte des Allemands de Metz

Vinaigrette 0
La porte - ©Marc Ryckaert (MJJR) / CC-BY La porte - ©Marc Ryckaert (MJJR) / CC-BY
Porte des Allemands Fortification

C'est en 1240 que la ville de Metz se dote de nouveaux remparts sur les restes de l'ancienne enceinte gallo-romaine. De ces remparts ne reste que la porte des Allemands. A cheval sur la Seille, vous la reconnaîtrez facilement, avec son air massif et austère de mini château-fort ! Pourquoi ce nom d'Allemands ? Non loin de là, on trouvait une maison des chevaliers de l'ordre teutonique (ou frères hospitaliers de Notre-Dame des Allemands), construite en 1230 et détruite seulement 23 ans plus tard par les troupes de Charles-Quint. Vous voyez ces deux tours rondes coiffées de toits en poivrière ? Elles appartiennent à l'enceinte du XIIIe siècle. Les deux grosses tours à créneaux remontent quant à elle à 1445, construites par l'architecte Henry de Busdorf, sire de Ranconval. On procède à des réparations sur la porte au XVIe siècle, puis vers 1860 où la partie supérieure des tours est refaite. On lit sous la voûte de la longue galerie à arcades le nom de Philippe d'Ex, seigneur de Neuchatel-devant-Metz, maître échevin de la ville de 1502 à 1527, qui commandite la construction des bâtiments qui relient les deux portes. Les remparts de la ville sont renforcés par Vauban dès 1674, puis poursuivis par Cormontaigne au XVIIIe siècle. En 1900, la ville de Metz devient propriétaire de la porte et y ouvre un musée.


Et encore !