This website requires JavaScript.

La triste histoire que cache la chapelle du clerc d'Attiches

Quand : 1689

La chapelle | ©Floflo62 / Wikimedia Commons / CC-BY-SA
Chapelle Chapelle du Clerc d'Attiches

La toute petite chapelle d’Attiches est dédiée à la Vierge, mais elle porte surtout cette étrange inscription « Sans plume, le clercq ne peut escrire », avec la date de 1689...

Sources : Petites histoires des pays de Flandre et d'Artois (H. R. Duthillœul) / Guide de Flandre et Artois mystérieux (édition Tchou) / Les communes de l'arrondissement de Lille (Victor Becquart, 1879).

Eleyne et Gauthier

Cette chapelle a été construite à la suite d’un vœu émis, avant de mourir, par Eleyne.

La descendante des châtelains d’Erignies, vivant chez sa marraine la comtesse Jeanne d’Encre, dame du Forest et du Bos, retirée dans son château du Plouy, à Phalempin.

Eleyne, 16 ans, aime un page, Gauthier, 18 ans, au service de sa marraine. Un page d’origine roturière.

La comtesse voulait bien marier les deux tourtereaux, mais pour cela, il fallait obtenir une dispense du pape...

Elle envoie donc le clerc à Rome, dans l’espoir de le voir anobli.

Le voyage risquait d’être long, les deux amants longtemps séparés...

Alors Eleyne donne à son amoureux une plume de son chapeau, lui disant que sans plume, le clerc ne peut écrire...

Des années après...

Le temps passe. Des années, plusieurs !

Un jour, le comte de Harnes, un des plus puissants seigneurs d’Artois, organise un tournoi et convie toute la noblesse du pays.

La comtesse ne peut refuser l’invitation.

Le comte tombe amoureux d’Eleyne et demande sa main. La comtesse Jeanne ne peut refuser. Eleyne devait obéir… même si le souvenir de Gauthier ne s’était jamais estompé de son cœur.

C’est un cauchemar éveillé pour la jeune fille, qui ne dit rien, bien sûr, à son mari.

Oh, vous vous doutez qu’Harnes finit par deviner pourquoi Eleyne avait mis du temps et hésité avant de l’épouser.

Les langues se déliaient toujours très vite, dans les petits villages… elle aimait un clerc et lui l’aimait en retour...

De retour de Rome !

Or, Gauthier était revenu de Rome, anobli. Donc disposé à retrouver et à épouser son Eleyne !

Le comte devient jaloux à en crever.

Alors qu’il organise un banquet dans son château, un serviteur annonce qu’un troubadour revenant d’un pèlerinage demandait l’hospitalité.

Gauthier (puisque c’était lui), se montre, dans son grand manteau de voyage couvert de poussière, la peau burinée, les traits tirés.

Les yeux d’Eleyne croisent ceux de l’étranger. Elle le reconnaît. Gauthier...

Son sang se glace.

Lui avait appris le mariage d’Eleyne, depuis Rome. Il était tombé gravement malade, avait voulu mourir, s’exiler, vivre en ermite... mais il avait voulu la revoir au moins une fois.

Une chanson bien choisie

Harnes profite de la présence du troubadour : qu’il divertisse l’assemblée, tiens, avec une chanson !

Mais la chanson choisie est trop triste. Allez, une autre, plus joyeuse ! Gauthier s’exécute.

Le comte ne va pas l’aimer, pas du tout… car celle-ci parle d’un fier seigneur de Venise, qui avait épousé une belle jeune femme, qui ne l’aimait pas.

Les richesses, les titres ? Oh, elle s’en fichait ! Elle aimait un beau gondolier, avec qui, un soir, elle s’enfuit à travers la lagune…

Le comte, en colère, chasse l’insolent de son manoir.

En quittant la salle avec défiance, Gaulhier souffle à Eleyne en passant près d’elle « Sans plume le clerc ne peut écrire »… qu’elle seule pouvait comprendre.

Mort au cœur du bois

Quelques jours plus tard, Gauthier se faisait tuer à l’entrée du bois de Phalempin. On le retrouve agonisant.

« Il revenait de Neuville, lorsque des assassins se précipitèrent sur lui ; après lui avoir arraché la langue, ils le frappèrent de plusieurs coups de poignard. Transporté au Plouy, il y expira, et on trouva sur son cœur, soigneusement enveloppée la plume qu’Eleyne lui avait donnée au moment de son départ pour Rome. »

Eleyne savait qui était l’auteur du crime. On le sait tous, non ?

Gauthier repose à Attiches. Eleyne, écrasée par le chagrin, demande à sa marraine de construire une chapelle à Attiches, avec l'inscription « Sans plume, le clercq ne peut escrire ».

Avant à son tour de mourir...

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !