L'inhumation provisoire de Talleyrand à Notre-Dame-de-l'Assomption de Paris

Vinaigrette 0
La façade - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA La façade - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Eglise Notre-Dame-de-l'Assomption de Paris Eglise paroissiale

22 mai 1838. Le célèbre Talleyrand se fait inhumer provisoirement (3 mois), dans le caveau de l’église de l’Assomption.

Pourquoi ? Sa chapelle funéraire à Valencay (36) n’est pas achevée...

Talleyrand prépare sa mort

Talleyrand partage la fin de sa vie entre son château berrichon de Valençay (36) et son hôtel de Saint-Florentin, dans le 1er arrondissement.

Mais il sent qu’il va mourir... il a 84 ans.

Et pour se faire enterrer comme il faut, il faut qu’il fasse une lettre de pardon au pape.

Comme quoi il a fait des erreurs. Qu’il a été évêque, un temps, oui, mais sans jamais y croire...

Le pauvre Talleyrand se voyait fringant militaire : son pied-bot le transforme en homme d’Eglise. Beuh. Heureusement, pas pour longtemps.

Homme politique, diplomate génial, marathon-man qui traverse la Révolution, le Directoire, l’Empire, la Monarchie de Juillet... Pfiou !

Toujours en vrai caméléon, il s’adapte, en défendant ses intérêts et ceux de la France face au reste de l’Europe... pas une mince affaire !

Ses funérailles, le cortège vers l'église

Talleyrand, donc, vient de mourir, le 17 mai 1838.

On l’embaume selon le rite égyptien. Et trois jours plus tard, à 11h, son corps sort de son hôtel Saint-Florentin, voisin de l'église.

Un immense cortège accompagne son cercueil dans la voiture à cheval décorée du blason de la famille des Talleyrand-Périgord.

Le tout suivi d’une flopée de serviteurs qui portent sur des coussins la couronne ducale, le cordon de la Légion d’honneur, la Toison d’or...

Sans oublier les voitures des ducs et des princes, des ministres, des aides de camp, des officiers... tout ce petit monde encadré par trois rangées d’infanterie.

Bref, imaginez les rues Saint-Florentin et Saint-Honoré noires de monde !

Les fenêtres des maisons semblent pleines à craquer. On dit même qu’on les avait louées très cher pour l’événement, dit Mémoire sur M. de Talleyrand, sa vie politique et sa vie intime (Ch. Place, J. Florens, 1838) !

Tout ça pour arriver devant l’église de l’Assomption, où l'on dépose le corps sur un catafalque.

Après une simple petite messe, hop, on le descend dans son caveau.

Conclusion

Le corps de Talleyrand part pour Valençay en septembre 1838, après 3 mois passés à l'église de l'Assomption.

Et celui qu’on surnommait le Diable boiteux quitte Paris par la seule barrière dont la route mène en Berry : la Barrière d’Enfer…


Et encore !