L'Expo Universelle de 1900 ou la genèse du Petit-Palais

Vinaigrette 0
L'entrée - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA L'entrée - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Petit Palais Musée

Le petit Palais

Vous les voyez, le Petit et le Grand Palais, face à face ? Ce sont deux beaux vestiges de l’Exposition Universelle de 1900 ! Les travaux du petit commencent en octobre 1897. Charles Girault, architecte du Gouvernement, le construit sur l’emplacement du palais de l’Industrie, lui-même construit pour l’Expo Universelle de 1855.

Les travaux finissent en avril 1900, pile poil pour l’inauguration de l’Expo. Le Petit Palais va alors servir à abriter une rétrospective des Beaux-Arts et des Arts Décoratifs. En 1902, soit 2 ans après la fin de l’Expo, la ville de Paris décide de transformer le Petit Palais en musée des Beaux-Arts... fonction qu’il occupe encore aujourd’hui.

Expo, métro

Mais pour mieux comprendre ce qu’est le Petit Palais, il faut se remettre dans le contexte de 1900... en voiture ! C’est une « union presque intime avec les représentants de toutes les Nations », dit le Figaro d’avril 1900.

Sur le thème « le bilan d’un siècle », on a là l’expo la plus grandiose jamais organisée en France. Les gens viennent là pour en prendre pleins les mirettes. Se faire retourner le cerveau.

Voir le monde entier réuni à Paname. Inaugurée le 14 avril 1900, l’Expo s’étend sur plus un peu plus de 215 ha. Pendant plusieurs mois, 50 millions de visiteurs vont en prendre plein les yeux. Et vous savez quoi ?

Paris garde encore aujourd’hui des vestiges de cette expo, construits pour l’occasion ! A part le Petit et le Grand Palais, on a gardé la gare d’Orsay et celle de Lyon, le pont Alexandre-III et celui des Invalides. Oh, et le métro ! Ce bon vieux métropolitain !

Grosse nouveauté, à l’époque. LE transport moderne par excellence, inauguré en juillet 1900. Merci, Fulgence Bienvenue : le Breton inspecteur des Ponts et Chaussées venait de créer l’actuelle ligne 1...

Trottoir qui roule et grande roue

Pis c’est pas fini. Imaginez les bords de Seine hérissés de pavillons multicolores, avec bulbes, tours, clochetons bigarrés... Voilà les pavillons nationaux, financés par chaque pays invité à l’Expo !

En bord de fleuve, on a aussi un vieux Paris reconstitué avec maisons à colombages et clochers d’églises. La Grande Roue, aussi. Pas la première construite, non, mais la plus grande, à coup sûr. En acier, elle mesure plus de 100 m de diamètre et pèse 650 000 kg.

Quelques-unes des 40 nacelles abritent même des restaurants... Un peu fatigué par la visite ? Voilà la « rue de l’Avenir », une rampe mobile qui marche à l’électricité ! Elle permet de se balader dans l’expo, sans effort.

Elle part du Champ de Mars et passe par les Champs-Elysées et les Invalides. Super innovation, la rampe se compose de 3 planchers : un premier fixe, les deux autres à 4 et 8 km/h. Quand on vous disait que c’était de la folie, cette Expo...


Et encore !