Les moules, l'éclade... et le premier mytiliculteur de l'histoire

Vinaigrette 0
Moules sur la planche - ©Anthony45 / CC-BY-SA Moules sur la planche - ©Anthony45 / CC-BY-SA
Spécialité Légende

Késako ?

Voilà une très ancienne recette française typique du département de Charente-Maritime. On mange les moules sans aucun assaisonnement, sans aucune sauce, juste cuites sous une couche d'aiguilles de pins séchées. On les mange très chaudes avec du pain beurré et un verre de vin blanc frais, c'est tout ! Bien sûr, c'est une recette qui ne se fait qu'à l'extérieur ! A réserver pour l'été, donc...

La petite histoire

Le rescapé du naufrage

L'élevage des moules porte le nom de mytiliculture. Et la tradition veut que les premières moules cultivées en Charente-Maritime soit le fait d'un marin irlandais, Patrick Walton, au Moyen-Age ! Voyons comment tout a commencé...

Il a fait naufrage avec son bateau chargé de moutons et de brebis sur une plage charentaise près du port d'Esnandes, en 1235. L'équipage s'est noyé, les habitants ne récupèrent que le capitaine, Patrick Walton.

Seul avec deux moutons eux aussi rescapés, le pauvre Patrick doit se résoudre à installer un campement de fortune sur la plage. Il faut survivre, donc manger : il fait avec ce qu'il trouve sous la main, à savoir des oiseaux de mer.

Filet de nuit

Il a l'idée de tendre dans l'eau des filets d'allouret attachés à des piquets (du celte allow « nuit » et ret « filet ») pour attraper des oiseaux au crépuscule. Aucun oiseau ne tombe dans le piège, mais des moules, à foison ! Elles sont venues s'agglutiner dans son filet et se sont développées à très grande vitesse... Patrick tient quelque chose !

Le bouchot

10 ans après son naufrage, l'Irlandais met en place le bouchot (de bout « clôture » et de choat « bois »). En quoi ça consiste, un bouchot ? En des rangées de pieux en forme de V (un V pour le W de Walton ?) s'enfonçant plus ou moins loin dans la mer, plantés à marée basse.

Il invente aussi le poussepied ou l'acon, sorte de petite barque à fond plat qui lui permet de circuler facilement dans les bouchots, de glisser sur la vase. Les moules, grasses à souhait, se développent si bien qu'on voit le littoral se couvrir de bouchots dès le XVIe s !


Et encore !