Le jour où le premier vol habité en montgolfière se pose sur la Butte aux Cailles

Vinaigrette 0
Le vol de Rozier et d'Arlandes • Pilâtre de Rozier - ©Library of Congress / Public domain Le vol de Rozier et d'Arlandes • Pilâtre de Rozier - ©Library of Congress / Public domain
Butte aux Cailles Rue Quartier Exploration François-Laurent d’Arlandes

21 novembre 1783. Le tout premier vol humain en montgolfière de l’histoire !

Un exploit réalisé par le marquis d’Arlandes et le chimiste Pilâtre du Rozier, dans un ballon à air chaud, conçu par les célèbres frères Montgolfier.

Une plaque sur la place Paul-Verlaine commémore ce vol qui décolle du château de La Muette, pour se poser ici, sur la Butte aux Cailles.

Pilâtre, ce sera lui !

Nous voilà en 1783.

Pilâtre de Rozier, chimiste et intendant du cabinet de physique du futur Louis XVIII, offre ses services aux frères Montgolfier.

Deux frangins papetiers de métier, devenus célèbres depuis leurs premiers essais de ballon à air chaud, en juin 1783, chez eux en Ardèche : la future montgolfière...

Montgolfière qui n'a jamais volé avec un humain à son bord.

Tenez : le 19 septembre 1783, le chimiste assiste au vol d’un canard et d’un mouton dans l’invention des Montgolfier, à Versailles...

Bouche bée, il se le jure : il fera tout pour être le premier homme à voler dans un ballon !

Du piston pour le ballon

Mais Louis XVI dit niet : il veut d'abord que deux condamnés à mort servent de cobayes à cette dangereuse expérience.

Hors de question, dit Pilâtre ! Il se porte volontaire, avec le marquis d'Arlandes.

Arlandes ? Un petit noble auvergnat casse-cou et fana de sciences !

Il utilise ses relations à la cour et demande à la duchesse de Polignac, auvergnate comme lui, de convaincre la reine d'autoriser le premier vol humain en ballon.

Bingo !

De l'air chaud et du papier

Les deux dingos décollent du château de La Muette, dans l’ouest parisien, à 13 h, sur la nacelle de leur gros ballon en papier.

Ah, si, dingos, je vous jure. Il faut être complètement fadas, pour oser se lancer dans l’inconnu, comme ça ! Ou avoir du cran, au choix...

Allez, les voilà en l'air : ils alimentent le feu de paille avec des chiffons de laine qu’ils brûlent dans le réchaud de fer placé sous l’aérostat, dit Dictionnaire des dates, des faits, des lieux et des hommes historiques.

Et là, on se dit... du feu dans un ballon en papier, non mais c’est pas vrai... Oui ! Ca flanque le feu plusieurs fois à la fine enveloppe du ballon, mais les deux hommes l'éteignent aussitôt !

Vous imaginez un peu, le danger insensé de la combinaison papier/flammes ?!

C'est pourquoi le 2e homme à réaliser un vol habité en ballon, en décembre 1783, a l'idée de remplacer l'air chaud par de l'hydrogène, un gaz plus léger que l'air, qu'on venait de découvrir...

L'expédition au-dessus de Paris

Partis de La Muette, Arlandes et Pilâtre survolent la Seine, les Invalides, Saint-Sulpice... pour monter à plus de 1 000 m !

Puis, au niveau de la barrière d’Enfer (actuelle place Denfert-Rochereau), en sortant de Paris, le ballon redescend. Doooucement. Pour atterrir à l’angle de l’actuelle rue Vandrezanne !

Pfiou... La traversée aura duré une petite demi-heure et le ballon parcouru 9 km...

Benjamin Franklin dans la foule !

Arlandes enfourche son cheval et galope vers La Muette retrouver la foule qui l’acclame. Parmi elle... un certain... Benjamin Franklin.

Quand un badaud demande : « A quoi peut bien servir un ballon ? », Franklin répond du tac au tac le célèbre : « A quoi peut servir l’enfant qui vient de naître ? »

Conclusion

Une fin un poil tragique, pour cette histoire d'exploration hors normes : Pilâtre de Rozier meurt le matin du 15 juin 1785 à Wimereux, en voulant traverser la Manche par les airs. Une demi-heure plus tard, le ballon prenait feu et le chimiste se tuait, à 31 ans.

Arlandes ? Guère plus brillant ! Il meurt dans la misère la plus noire, dans son château de Saleton, dans la Drôme.

Mais vous savez quoi ? Le 1er décembre 1783, deux hommes décollent du jardin des Tuileries, pour le 2e vol habité de l'Histoire, dans un ballon bien mieux conçu, gonflé à l'hydrogène !


Et encore !