Le combat légendaire de Régnier Pot

Vinaigrette 0
Le château - ©Groumfy69 / Public domain Le château - ©Groumfy69 / Public domain
Château de la Rochepot Château Régnier Pot Croisades Légende

La toison d’Or au château

Dès 1180, le château de la Roche-Nolay, comme il se nomme alors, se fait construire pour Alexandre de Bourgogne. Détruit au XIIIe siècle, le berrichon Régnier Pot l'achète en 1403. L'homme est super important. Voyez un peu : chambellan du duc de Bourgogne Philippe le Bon, chevalier de la Toison d'Or en 1430... Ce puissant seigneur fait construire une tour à son château et creuser le puits qui se trouve dans la cour (on dit qu’il lui avait couté aussi cher que le château et tout ce qu’il contenait).

Le défi du sultan Bajazet

Un beau jour, adieu Bourgogne ! Il part en croisade contre le sultan turc Bajazet, à l’appel du roi hongrois Sigismond. Lui s’embarque avec le futur Jean sans Peur pour livrer bataille à Nicopolis (actuelle Nikopol, Bulgarie), en 1396. Ses copains s’y font massacrer, lui se fait faire prisonnier. Prisonnier, lui ! Mince, alors... Oh, ses conditions de détentions s’assouplissent peu à peu.

Il faut dire qu’il plait bien au sultan, Régnier, à cause de la bravoure qu’il a montrée au combat. Alors, plutôt que de le zigouiller, il lui propose la main de sa sœur. Régnier refuse poliment : non seulement il a déjà une moitié en Bourgogne, mais en plus, que nenni, pas question de se convertir ! Bajazet, pas content du tout, lance : « Ah c’est comme ça ? OK. Je te défie à un combat à mort, demain matin »...

A la belle, tant elle vaut

Sur quoi Régnier s’en va dormir. Pas plus stressé que ça ! Dans un rêve, même, la Vierge lui apparait : dans une douce lumière dorée, elle lui murmure juste : « Frappe bas »... Le lendemain, voilà Régnier conduit dans l’arène, armé d’un sabre. En face... un énorme lion. Sans se démonter, il s’approche de la bestiole et lui tranche les deux papattes avant !

Sur quoi il l’achève... Complètement coi, le sultan le libère après reconnu son immeeeense courage. Après quoi Régnier file en Bourgogne et s’achète la Roche-Nolay. On peut voir sur un vitrail de Notre-Dame de Dijon une scène qui rappelle la légende du lion. Et aussi la devise des Pot qui rappelle l’aide de la Vierge, « A la belle, tant elle vaut » !


Et encore !