La terrible histoire des Vierges de Verdun

Vinaigrette 0
Verdun au XVIIe s - ©Internet Archive Book Images / Public domain Verdun au XVIIe s - ©Internet Archive Book Images / Public domain
Destin tragique Spécialité Révolution Française

Mais les dragées restent associées à un épisode tragique de l'histoire de la ville : celui des Vierges de Verdun. Le 2 septembre 1792, Verdun capitule face aux Prussiens. Le roi de Prusse vient de s'installer non loin de la ville, dans un petit hameau : il faut lui porter la reddition de la ville sans attendre. Pour ça, on décide d'envoyer une certaine Mme Tabouillot offrir des fleurs et des dragées, comme ça se fait depuis toujours ici quand un hôte de marque se présente.

Donc, les dragées dans une main, le bouquet dans l'autre, voilà une petite troupe de femmes qui se rend chez le roi : madame Tabouillot et sa fille Claire, madame Lalance et ses 3 nièces, les Henri, les 3 sœurs Watrin, madame Bestel, madame Masson plus quelques autres. Toutes portent de belles robes blanches... blanches, d'où le surnom de vierges ?

Mais, problème : le roi prussien dédaigne les dragées ! Et pendant ce temps, son armée galope vers Paris : oh, elle sera arrêtée nette à Valmy, en septembre 1792, oui... et Verdun sera libérée par Kellermann un mois plus tard, aussi... mais le mal est fait. Pour les Verdunois, il y a trahison ! On est en pleine Terreur, les têtes vont tomber.

En l’occurrence celles des Vierges, celles qui ont accueilli à bras ouverts les Prussiens ! Après un long procès, 35 personnes sont condamnés à mort, dont 6 femmes et 8 adolescentes. Les 2 plus jeunes, Claire Tabouillot et Barbe Henri, écoperont d'une peine de 20 ans emprisonnement. Victor Hugo en a fait un poème, paru dans Odes et Ballades (1826).


Et encore !