7 anecdotes sur le kaiser Guillaume II au Haut-Koenigsbourg

Vinaigrette 0
Wilhem II - ©Public domain Wilhem II - ©Public domain
Château du Haut-Koenigsbourg Château

Bienvenue au Haut-Koenigsbourg, le « haut château du roi » ! Haut oui, 757 mètres, précisément...

Rencontre avec son propriétaire le plus célèbre, le kaiser Guillaume II !

1 - L'Alsace-Lorraine ballottée

Pour comprendre comment Guillaume II est devenu propriétaire du Haut-Koenigsbourg, il faut revenir sur le destin de l'Alsace,  entre 1870 et 1945...

Un château ruiné

Nous voilà revenus au début du XIXe s. A cette époque, le château est complètement ruiné.

Lui qui en a vu, des choses, depuis sa fondation au XIIe s... La faute des Suédois, qui le démantèlent pendant la guerre de Trente Ans, en 1683.

Le Koenigsbourg ne s’en est jamais remis.

La ville de Sélestat décide d’acheter les ruines en 1865, devenues allemandes après la guerre franco-prussienne de 1870.

L'Alsace entre France et Allemagne

Ah, on s’arrête 2 secondes sur le destin tragique de l’Alsace, entre 1870 et 1945 !

L’Alsace. Une région, à la frontière allemande, annexée par la France en 1648.

Au milieu du XIXe s, l’Alsace est toute vaillante et prospère. Elle entre dans la guerre prussienne de 1870, confiante.

Et là... après la défaite française (humiliante), l’Alsace-Lorraine revient à l’Empire allemand fraîchement crée.

Pour revenir dans le giron français en 1919, après la défaite allemande de la 1ere Guerre Mondiale. Pour se faire ré-annexer par les Nazis en 1940... et revenir en France en 1945.

2 - Un cadeau pour le kaiser

Donc, Sélestat achète les ruines du Koenigsbourg, en 1865. Voui, mais pour en faire quoi ?!

L’offrir à l'empereur d'Allemagne et roi de Prusse Guillaume II, par exemple, en 1899 !

Le tout dernier empereur d’Allemagne, qui abdique en 1918 suite à la défaite de son pays.

Petit-fils de la reine britannique Victoria, membre de la prestigieuse dynastie teutonne des Hohenzollern...

Les bouquins d’histoire le considèrent comme le principal responsable de la guerre de 1914, qu’il déclare à la Russie en juillet et à la Belgique en août.

3 - Un musée à la gloire allemande

Le Koenigsbourg, un superbe cadeau, dans un cadre grandiose, qui vous l'imaginez séduit instantanément le kaiser...

Guillaume II décide aussitôt la reconstruction du vieux château.

Parce qu’il a dans l’idée de le transformer en un musée glorifiant le monde médiéval allemand…

Pour marteler que l’Alsace a été, est et sera allemande en faisant revivre l’époque chevaleresque.

C’est pour ça que le kaiser a fait entremêler son blason avec celui de l'empereur Charles Quint, sur le portail d’honneur du château, dont il se disait l’héritier...

4 - Des travaux colossaux !

Ce petit projet de reconstruction coûtera la modeste somme de 5 millions de marks. Somme en grande partie financée par les Alsaciens !

Les travaux durent 8 ans, et s’achèvent en 1908.

Il a fallu passer des mois rien que pour dégager l’énorme tas de gravats qui s’accumule depuis un bail, dans la cour et au pied des murs extérieurs…

Il a fallu aussi l’énorme travail de 500 ouvriers et l’acheminement de 5 tonnes de pierres nécessaires au chantier, depuis la gare de Sélestat !

5 - Bodo Ebhardt, Viollet-le-Duc allemand

L'architecte Bodo Ebhardt s’occupe du chantier.

Aaaah, celui-là, c’est un genre de Viollet-le-Duc allemand, qui suscite bien des polémiques et des ragots, à l’époque !

Oui, les gens trouveront le Koenigsbourg horriblement et trop restauré... un pastiche gothique de mauvais goût, quoi.

Les critiques fusent, comme celle qui dit que le donjon carré de la forteresse était rond, autrefois ! Idée réfutée par les fondations mêmes de la tour, mais passons...

6 – Le cortège de fête

L’inauguration du château en grande pompe se fait le 13 mai 1908, sous une pluie battante !

Le clou de la fête ?

Un cortège historique de 500 personnes en costumes d'époque, représentant la prise de possession du château par Franz von Sickingen, au XVIe s ! (vue dans La Chronique des arts et de la curiosité, 1908-05-09)

7 - La terrible inscription du kaiser au château

Notre Koenigsbourg retournera à la France, suite à la défaite de l'Allemagne, après la Première Guerre Mondiale...

Alors en octobre 1918, Guillaume II fait un dernier voyage pour voir son château.

Il grave cette phrase sur la cheminée de la salle des Fêtes : Ich habe es nicht gewoll, « Je ne l’ai pas voulu ainsi ».

Voulu quoi ? Le carnage de la guerre ? La défaite allemande ? Sans doute.

Trop de choses qui lui laisseront un goût de cendres et de sang, pour toujours…


Et encore !