1594 : Jean Chatel tente d'assassiner Henri IV à l'hôtel du Bouchage, actuel Oratoire du Louvre

Vinaigrette 0
L'attentat de Jean Chatel sur Henri IV et au fond le supplice de l'assassin - ©Rijksmuseum / CC0 L'attentat de Jean Chatel sur Henri IV et au fond le supplice de l'assassin - ©Rijksmuseum / CC0
Oratoire du Louvre Hôtel particulier Henri IV

L’homme se glisse en douce vers la fenêtre ouverte de l’hôtel du Bouchage (actuel Oratoire du Louvre), à Paris.

Hop, coup d’œil à gauche, à droite... personne, dans la rue. Juste le clop clop clop d’un cheval au trot et la pluie qui picote les pavés gras et luisant d’immondices.

Il se faufile dans la pièce. Des voix, juste à côté. Celle du roi, surtout...

Henri à l'hôtel du Bouchage

Nous voilà revenus le 27 décembre 1594. Alors qu'il se trouve en compagnie de sa maîtresse Gabrielle d'Estrées, Henri IV va se faire attaquer par le fanatique Jean Chatel, 19 ans.

La scène se passe dans la maison de Gabrielle, l'hôtel du Bouchage : l’emplacement où se dresse aujourd'hui l'oratoire du Louvre, dans l’actuelle rue de l’Oratoire !

Là, dans l’hôtel à deux pas du Louvre, Chatel entre en douce par la chambre de Gabrielle pendant que le roi reçoit deux gentilshommes venus le saluer.

Au moment où il se baisse pour relever les deux agenouillés, Chatel fout un coup de couteau à Henri. Bim ! Il lui fend la lèvre supérieure et lui pète une dent, dit le vol. 4 de l’Encyclopédie de famille (1868).

Vous me ferez un petit régicide pour vos péchés

On arrête Chatel, resté dans le coin avec son couteau sur lui, dans un état second. On l’interroge.

Son mobile ? Chatel est un sacré taré : il pratique la sodomie.

Il raconte que le père supérieur de son école jésuite lui dit que pour expier ses péchés, le meilleur moyen est de... tuer le roi ! Ben tiens : le Parlement de Paris pendra le père sur le champ.

Et voilà. Ca ne fait pas un pli : condamné à mort quelques jours plus tard, 4 gros chevaux écartelaient Chatel sur la place de Grêve...

Henri, lui, réchappe de l’attaque. Pas pour longtemps : 16 ans plus tard, un certain Ravaillac ne le loupera pas...


Et encore !