This website requires JavaScript.

13 anecdotes sur Madame du Châtelet

Mme du Châtelet | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0
Château Mme du Châtelet Voltaire Château de Breteuil

Je vous présente l'extraordinaire femme de sciences du XVIIIe siècle Emilie du Châtelet, née Le Tonnelier de Breteuil.

L'âme la plus célèbre du château de Breteuil !

1 - Une enfant précoce !

C’est un de ses biographes qui raconte l’anecdote...

Un grand compas de bois, sans ses pointes, tombe sous la main d'une camériste de la maison des Tonnelier de Breteuil, peut-être au château de Breteuil.

Cette personne transforme ce compas en poupée, à l'aide de chutes de tissus, pour la donner en jouet à Emilie.

La petite fille de 3 ans l’examine pendant un moment et finit par dépiauter les tissus dont on avait affublé l’outil.

Après l’avoir fait tourner dans ses mains pataudes, elle finit par tracer une figure informe dans laquelle on reconnaît, ému... un cercle !


Emilie

Emilie | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

2 - Ses parents

Louis Nicolas Le Tonnelier de Breteuil a 60 ans quand sa fille Gabrielle-Emilie voit le jour, le 17 décembre 1706.

Il est à la retraite, après une longue carrière diplomatique comme introducteur des ambassadeurs et princes étrangers auprès du roi à Versailles.

Sa mère, Gabrielle de Froulay, était (selon Mme de Créquy) une femme cultivée et très proche de ses enfants, qu’elle fait élever chez elle : chose rare à l'époque, elle leur donne la même éducation, fille comme garçon !

« Aucune connaissance ne lui fut interdite, aucune contrainte ne pesa sur elle à cause de son sexe » (E. Badinter, Émilie, L'ambition féminine au XVIIIe siècle, 1983).

3 - Le château de Breteuil

Le château de Breteuil est entré dans la famille Le Tonnelier en 1712 : en 2020, elle en est toujours propriétaire !

Ici, on peut marcher sur les pas d'Emilie en se rendant dans ses appartements, qui comprennent une jolie chambre bleue et un salon de musique cosy...


Salon de musique d'Emilie

Salon de musique d'Emilie | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

4 - De Breteuil... à Châtelet !

Emilie, on l'a vu, s’appelle de son nom de jeune fille Gabrielle-Emilie Le Tonnelier de Breteuil.

Elle devient Mme du Châtelet lorsqu’elle épouse à 19 ans le marquis Florent-Claude du Châtelet.

Un mariage arrangé, héééé oui...

Ils auront trois enfants.

Le mari est rarement là, moult occupé qu'il est, entre ses fonctions de lieutenant général de France et la chasse…

Ils tombent vite d'accord sur le fait de vivre des vies séparées.

5 - Emilie et Voltaire

Emilie rencontre Voltaire en 1733, qu’elle avait croisé petite chez son père, au château de Breteuil.

Elle a 27 ans, lui 39. C'est le coup de foudre, ils deviennent amants !

Il écrit :

« J'avouerai qu'elle est tyrannique. Il faut pour lui faire la cour, Lui parler de métaphysique Quand on voudrait parler d'amour. »


Le couple est explosif ! « Madame est tyrannique, Voltaire est rebelle » écrit Mme de Graffigny.

Quand ils se disputent, ils le font... en anglais !

Mais après 15 ans d'un amour et d'une complicité basés sur le savoir, Voltaire la trompe.

La passion se change en amitié, forte, jusqu'au bout.

Au tour d'Emilie en 1748 de tomber dans les bras d'un autre homme... vous vous souvenez ?


Effets personnels d'Emilie

Effets personnels d'Emilie | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

6 - Emilie fait des jalouses !

Mme de Créqui et Mme du Deffand font d'Emilie un portrait piquant, assez méchant... l'œuvre de mégères drôlement jalouses, vous allez voir !

L'une crache :

« C’était un colosse, une merveille de force et un prodige de gaucherie. Elle avait des pieds terribles et des mains formidables. Elle avait la peau comme une râpe à muscade. »


L'autre assène :

« Une femme grande et sèche, sans hanches, la poitrine étroite, de gros bras, de grosses jambes, des pieds énormes, une très petite tête, le visage aigu, le nez pointu, le teint rouge, échauffé, la bouche plate, les dents clairsemées et gâtées. »


Des jalouses, je vous dis ! Voltaire avait pourtant écrit à son Emilie en prévision :

« Ecoutez-moi, respectable Emilie, vous êtes belle, ainsi donc la moitié du genre humain sera votre ennemie. »


Bureau d'Emilie dans sa chambre

Bureau d'Emilie dans sa chambre | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

7 - Mme Pompon-Newton

Madame du Châtelet, tout esprit scientifique et cartésien qu’elle est, est très coquette et ne résiste pas aux froufrous : elle aime les chaussures, les bijoux, les dentelles...

Voltaire la surnomme tendrement Madame Pompon-Newton et dit d’elle :

« Son esprit est très philosophe Et son cœur aime les pompons. »

8 - La traduction de Newton

En 1745, Emilie commence la traduction en français du texte latin des Philosophiae Naturalis Principia Mathematica d'Isaac Newton.

Il lui faudra 5 ans pour accomplir ce travail colossal !

Une traduction minutieuse accompagnée de calculs, mais aussi un incroyable travail d'enrichissement du texte.

« Mon Newton est une affaire sérieuse et très essentielle pour moi » écrit Emilie en juin 1748.

« Elle passe ses nuits sur ses grimoires. Elle a peur de mourir avant d'avoir terminé la traduction monumentale de son œuvre » rapporte Jean Orieux dans son Voltaire (1966).


Principes Mathématiques

Principes Mathématiques | ©Internet Archive Book Images / Public domain

9 - Emilie et sa vision du bonheur

Discours sur le bonheur, son œuvre la plus personnelle, écrite entre 1744 et 1746, parait en 1779.

Le bonheur est un thème très apprécié en ce siècle des Lumière.

Seulement, jusque-là, on n’avait que le point de vue masculin.

Quid du bonheur vu par une femme, vivant alors à une époque très injuste ?

Le texte d'Emilie n’a jamais eu vocation a être publié, elle ne se censure donc pas et expose des détails intimes.

Sa conclusion est en tout cas toujours d’actualité :

« Sachons bien ce que nous voulons être, décidons-nous sur la route que nous voulons prendre pour passer notre vie, et tâchons de la semer de fleurs. »


Voltaire

Voltaire | ©National Gallery of Art (NGA) / Public domain

10 - Emilie et les femmes

« Je ferais participer les femmes à tous les droits de l’humanité, et surtout à ceux de l’esprit. Il semble qu’elles soient nées pour tromper, et on ne laisse guère que cet exercice à leur âme. Cette éducation nouvelle ferait en tout un grand bien à l'espèce humaine. »


Visionnaire, Emilie ! Ces phrases si piquantes sont extraites de la préface de sa traduction de La Fable des abeilles de l'Anglais Mandeville (1735).

Une réflexion sur la société humaine, comparée à une ruche...

Emilie explique dans sa préface pourquoi elle a traduit ce texte : c'est un très bon exercice intellectuel, certes, mais surtout la preuve qu'hommes et femmes sont égaux intellectuellement parlant...

« Qu'on fasse un peu réflexion pourquoi depuis tant de siècles, jamais une bonne tragédie, un bon poème, une histoire estimée, un beau tableau, un bon livre de physique, n'est sorti de la main des femmes ?
« Pourquoi ces créatures dont l'entendement paraît en tout si semblable à celui des hommes, semblent pourtant arrêtées par une force invincible en deçà de la barrière, et qu'on m'en donne la raison, si l'on peut.
« Je suis persuadée que bien des femmes ou ignorent leurs talents, par le vice de l’éducation, ou les enfouissent par préjugé, et faute de courage dans l’esprit. »


Chambre d'Emilie

Chambre d'Emilie | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

11 - Une femme au café !

Après la naissance de ses 3 enfants et la « séparation » d'avec son mari, Emilie travaille 12 heures par jour, lit, écrit, approfondit ses connaissances en sciences auprès du scientifique Moreau de Maupertuis.

Toutes les semaines, ces messieurs scientifiques se retrouvent au café Gradot, quai de l'Ecole, pour causer avec les membres de l’Académie des Sciences.

Or, Gradot, comme tous les cafés de l'époque, interdit l'accès aux dames !

Emilie ne se démonte pas : elle se fait faire des vêtements d’homme et se joint à la table de Maupertuis.

Elle se fait accepter !

12 - Une grande première

En 1737, Emilie concourt au prix de l’Académie des sciences avec la question Sur la nature du feu, dérivé des travaux de Newton.

Voltaire participe aussi. Son écrit ne satisfait pas vraiment notre Emilie, qui décide, en secret, de participer en rédigeant une dissertation de 140 pages !

Bon, pour tout vous dire, Emilie n'obtient pas le prix. Voltaire non plus !

Mais l’Académie des Sciences publie le mémoire d'Emilie : une grande première !

Son travail est alors reconnu comme une somme de connaissances subtiles sur la question, avec plusieurs projets d’expériences.

13 - Emilie meurt des suites d'une grossesse tardive

En 1748, Emilie rencontre le poète Saint-Lambert lors d'un séjour à la cour du roi Stanislas en Lorraine.

Elle en tombe follement amoureuse, perd toute raison. Elle se consume littéralement de l’intérieur...

Elle tombe enceinte, elle sent qu’elle va mourir.

Ce qui arrive finalement à Lunéville, le 10 septembre 1749. Elle avait seulement 42 ans.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !