1342. Hennebont. La légende de Jeanne la Flamme est en marche

Vinaigrette 0
Les remparts - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA Les remparts - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Cité médiévale d'Hennebont Fortification Cité médiévale Jeanne de Flandre Siège Guerre de Succession Bretonne

Ducs en bisbille

On va aller voir du côté de ses puissantes fortifications. Ooh, on se doute que ces grosses tours en ont vu de toutes les couleurs ! L'affrontement le plus célèbre qu'elles ont subi reste le siège d'Hennebont en juin 1342, pendant la guerre de Succession bretonne.

Je vous rappelle rapidement les faits : la mort du duc Jean III, disparu sans enfants, déclenche une lutte sans merci entre Jean de Montfort et Charles de Blois, mari de l'héritière du duché, Jeanne de Penthièvre. La femme du premier, Jeanne de Montfort, née Jeanne de Flandre, se retranche dans la forteresse d'Hennebont alors que les troupes de Charles de Blois l'assaillent. Elle ne va pas se laisser faire !... et gagnera son surnom de « Jeanne la Flamme ».

Une cavalière qui surgit au galop

Jean de Montfort avait été fait prisonnier à Nantes par les troupes anglaises de Charles de Blois. Sa femme Jeanne l'attend à Hennebont. Seule. Oh, mais ce n'est pas une faible femme à se laisser abattre, Jeanne ! Même quand les troupes de Charles de Blois arrivent sur la cité... Celui-ci espère bien prendre la forteresse d'Hennebont et en finir une bonne fois pour toute avec la femme de son ennemi. Il fait donc un siège.

Mais Jeanne enfile une armure et incite les habitants à venir combattre à ses côtés. Il faut la voir qui hurle, encourage, nerveuse et fébrile ! On monte en haut des remparts et la voilà qui coordonne les opérations. Hop ! Elle fait préparer la chaux vive, armer les bombardes et dégainer les armes. Hop ! Elle saute sur « un blanc palefroi » (c'est le chroniqueur Froissart qui le dit !) et la voilà qui déboule au grand galop par une des portes des remparts, pas encore prise d'assaut.

Avec 300 soldats à ses trousses, elle repousse les troupes de Charles de Blois puis fait incendier les tentes des ennemis. Vous imaginez leurs têtes ?

« Le feu ! le feu ! Amis, fuyons ! c’est Jeanne-la-Flamme qui l’a mis ! Jeanne-la-Flamme est la plus intrépide qu’il y ait sur la terre, vraiment ! Jeanne-la-Flamme avait mis le feu aux quatre coins du camp ; et le vent avait propagé l’incendie et illuminé la nuit noire ; et les tentes étaient brûlées, et les Français grillés, et trois mille d’entre eux en cendre, et il n’en échappa que cent. »

(extrait du Barzaz Breizh, 1846)

Jeanne ne lâchera rien

Et voilà la fin du raid franco-anglais sur Hennebont ? Non ! Pas encore ! Jeanne et ses hommes sont pris à revers. Elle doit faire face à des hommes survoltés, en face, qui leur bloquent le passage. Que faire ? Il faudrait plus d'hommes... Alors, on la voit qui se rue vers Auray, place-forte qui supporte son mari.

Là, elle ameute tous les hommes qu'elle peut et 5 jours après, la voilà qui fait route vers Hennebont... avec 600 soldats ! Cette fois, ils vaincront ! 6 mois plus tard, Jean de Montfort sort de prison...


Et encore !