Petite histoire du palais Rohan de Bordeaux

Vinaigrette 0
Le palais - ©Marc Ryckaert (MJJR) / CC-BY-SA Le palais - ©Marc Ryckaert (MJJR) / CC-BY-SA
Palais Rohan de Bordeaux Hôtel de ville Hôtel particulier

Luxe et fêtes du tonnerre


Aujourd'hui hôtel-de-ville de Bordeaux, l'ancien palais archiépiscopal a été construit par les architectes bordelais Richard-François Bontin et Joseph Etienne, de 1770 à 1781, pour môssieur le prince de Rohan Ferdinand-Maximilien de Mériadeck, archevêque de Bordeaux.

Les premiers travaux ne datent pas d'hier, ça non : ils ont été commencés par le cardinal François de Sourdis, au début du XVIIe siècle. Sourdis accumule dans ses somptueux appartements une superbe collection d’œuvres d'art : on venait de loin admirer cette belle galerie de tableaux d'artistes italiens ou espagnols !

Malheureusement, tout a disparu en 1680. Tout ou presque ! Deux de ces toiles se trouvent aujourd'hui dans la cathédrale St-André : pour les curieux, il s'agit du Portement de croix de Luis Pasqual Gaudin et de la Résurrection d'Alessandro Turchi. Bref !

Beaucoup de grands du royaume séjournent alors au palais : je mentionne juste les fêtes grandioses organisées pour la venue du duc d'Anjou (petit-fils de Louis XIV), futur roi Philippe V d'Espagne, à la fin de l'année 1700...

Rohan : Breton et Bordelais


Hop, on rase tout !


En 1771, le nouvel archevêque, le prince de Rohan, fait démolir le palais de Sourdis. Il vend le terrain vierge de tout bâtiment ainsi que les terrains et les marais alentours pour faire reconstruire son palais à lui. Un magnifique édifice sans pareil, vaste, luxueux, et tout et tout... De style néoclassique, il se compose d'un grand corps de logis flanqué de deux ailes.

Côté rue, un élégant portique à arcades. Derrière, la façade donne sur de grands jardins : un jardin d'ailleurs initialement beaucoup plus vaste, mais le percement des rues du quartier, tout autour du palais, a provoqué son rétrécissement. Au Moyen-Age, l’archevêque y avait ses propres vignes et de vastes prairies...

Sacrée famille


Pour comprendre pourquoi une telle débauche de grandeur, il faut savoir à qui on a affaire, avec les Rohan : à une vieille (et illustre) famille bretonne, l'une des plus puissantes de France ! On y compte plusieurs branches, dont les Rohan-Guéméné, les Rohan-Soubise, les Rohan-Chabot, les Rohan-Gié...

Notre prince de Mériadeck ne fait pas exception, en tant qu'évêque : 4 Rohan se succèdent en tant qu’évêques de Strasbourg, au XVIIIe siècle. Ils sont évêques, mais aussi maréchal de France, ministre, connétable ou ambassadeur...

Le palais devient hôtel de la Préfecture en 1803, palais impérial en 1808, puis hôtel-de-ville en 1835. Un incendie le ravage dans la nuit du 13 juin 1862... Les extérieurs n'ont pas souffert, mais le brasier a conduit à un réaménagement des appartements...


Et encore !