Petite histoire de la cathédrale Saint-Just de Narbonne

Vinaigrette 0
La cathédrale - ©Benh LIEU SONG / CC-BY-SA La cathédrale - ©Benh LIEU SONG / CC-BY-SA
Cathédrale Saint-Just-et-Saint-Pasteur de Narbonne Cathédrale

L'évêque saint Paul Serge s'installe à Narbonne vers 220 et y construit un petit oratoire, suivi d'une église plus grande dédiée à la Vierge... bientôt ruinée par les Sarrasins.

La reconstruction est ordonnée par Charlemagne, sous l'invocation de saint Just et saint Pasteur : elle durera 4 ans. Au XIe s, on apprend que l'église est pleine de trésors, « de livres couverts d'or, de retables, de coffres et de croix d'or. Elle reluisait de couronnes d'or et de pierres précieuses ».

C'est un certain vicomte de Narbonne, Bérenger, qui s'en plaint... Quoiqu'il en soit, au XIIIe s, la vieille église tombe en ruines. Le chapitre se met à chercher des ressources pour sa restauration : enfin ! L'évêque Maurin pose la première pierre de la cathédrale en 1272, et les travaux commencent.

En 1285, on y dépose les restes de Philippe Le Hardi, mort à Perpignan de maladie la même année.

Puis, étrangement, une fois le chœur élevé en 1332, les travaux ne sont jamais achevés ! Mais pourquoi diable ? Ah, ça... on suppose un différend entre le chapitre et les Consuls, ces derniers s'opposant à son achèvement car il aurait fallu détruire les remparts de la ville. Dès le XVIIIe s et jusqu'au XIXe s, on tentera de terminer la cathédrale.

En 1708, on pose la première pierre de la nef. Mais le sort s'acharne. Le manque de moyens financiers, la Révolution... on demande à Viollet-le-Duc, en 1840, de terminer Saint-Just : l'architecte ajoute seulement le porche fortifié.


Et encore !