L'hôtel d'Agut, écho de massacres sanglants

Vinaigrette 0
L'hôtel - ©JM Campaner / CC-BY-SA L'hôtel - ©JM Campaner / CC-BY-SA
Hôtel d'Agut Hôtel particulier Massacre Procès Baron d’Oppède Légende

L'hôtel de la place des Prêcheurs


Construit en 1765 pour Honoré d'Agut, conseiller au Parlement d'Aix, il se trouve sur la place des Prêcheurs. Sur sa façade, regardez : 2 cariatides (un homme et une femme, pour une fois) mais aussi 2 vierges aux angles de l'hôtel (remplacées en 1820 car les précédentes avaient été détruites à la Révolution).

Mais bien avant d'Agut, un ancien propriétaire a laissé un souvenir tragique : il s'agit de Guillaume Guérin. Qui c'est, Guérin ?

Guérin et l'affaire de Cabrières et Mérindol


Avocat général au Parlement d'Aix, il se retrouve bien compromis dans l'affaire de Cabrières et Mérindol ; ce qui lui vaut d'être emprisonné à Paris en juin 1553 puis pendu aux Halles l'année suivante... Mais que s'est-il donc passé ?

Vaudois du Lubéron


Et bien, tout commence avant même les guerres de Religion, avec les Vaudois protestants : aah, cette maudite église qui fait peur aux catholiques, qui la considèrent comme un fléau, comme la « secte de Luther »... Ils sont pourtant bien implantés sur les terres de Provence et du Dauphiné, nos Vaudois.

Ils y cultivent paisiblement leurs terres depuis des siècles, sans faire de mal à qui que ce soit : « purs comme l'herbe des Alpes », dit Michelet ! Le Parlement d'Aix, qui les considère comme hérétiques, condamne par un édit 19 notables de la petite commune de Mérindol (Vaucluse) à être brûlés : nous sommes le 18 novembre 1540.

Le massacre des Vaudois


Pendant 5 ans, l'édit n'est pas appliqué. On dit seulement aux Vaudois qu'ils seront épargnés s'ils se convertissent. Puis, 5 ans plus tard, la paix relative ainsi installée se brise : le vieux président au Parlement d'Aix, Chassanée, vient de se faire remplacer par le rustre Jean Maynier d'Oppède. Il a une vieille rancune contre les Vaudois, celui-là ! En plus, on le dit violent.

Sans plus attendre, avec l'aval du roi François Ier, le voilà qui galope aux côtés de son avocat Guérin vers le village de Mérindol : le capitaine Paulin de La Garde, à la tête de l'armée du roi, les rejoint. Avec une fureur effroyable, ils brûlent le village, massacrent les Vaudois... on compte 3 000 morts : les hommes torturés, vendus comme esclaves, les femmes violées, les récoltes saccagées, les maisons rasées... En moins de 10 jours, les soldats s’abattent sur les villages alentours, comme Cabrières : on a compté 22 communes ravagées !

Des comptes à rendre


Le Parlement de Paris se saisit de l'affaire en 1551. Oppède, qui s'est fait une défense en béton, est jugé non coupable. Normal, le monsieur bénéficie de nombreux soutiens. Guérin, lui, seul au milieu de cette justice hostile, se retrouve couvert de tous les crimes possibles ! Même s'il n'est pas totalement innocent, il va payer pour les autres, Oppède en premier... Mais, chose la plus étonnante, c'est qu'on le condamne pour tout à fait autre chose ! Concussionnaire (coupable de malversation), calomniateur, faussaire... Il n’échappera pas au gibet.

La marque sanglante


Pendu sur la place des Halles à Paris, on rapatrie sa tête à Aix pour l'exposer en face de sa maison, pendant plusieurs jours.

La légende veut que la femme de Guérin, voulant connaître l'issue du procès, alla consulter une sorte de voyant quelques jours avant la mise en inculpation de Guillaume. « Tu le reverras, ton mari ! », lui promit-il. Effectivement, une marque sanglante, laissée par la tête tranchée de Guillaume, apparut sur la main de l'épouse à la seconde où se déroulait l’exécution...


Et encore !