Jeanne d'Arc prisonnière du château de Rouen

Vinaigrette 0
La tour - ©Pierre-Yves Beaudouin / CC-BY-SA La tour - ©Pierre-Yves Beaudouin / CC-BY-SA
Tour Jeanne d'Arc Tour Emprisonnement Jeanne d’Arc Guerre de Cent Ans

Cette tour faisait partie du château construit par Philippe Auguste en 1204 : en fait, l'ancien donjon ! On trouvait autrefois, au cœur de son enceinte flanquée de sept grosses tours, une chapelle et un grand logis royal. Le donjon était entouré d'un profond fossé qui le séparait de la cour. Au cours de son Histoire, le château subit plusieurs assauts : Jean le Bon en 1356 y entre à l'improviste pour déjouer la conspiration de Charles le Mauvais. Prise par les protestants en 1562, démantelée par le chevalier d'Aumale en 1590, la tour est rachetée en 1868 grâce à une souscription nationale et restaurée sur les conseils de Viollet-le-Duc (il fait ajouter le toit en poivrière).

Composé d'un rez-de-chaussée et de 3 étages, mesurant près de 35 m environ de hauteur, le donjon a abrité la geôle d'une des plus grandes héroïnes de notre histoire... Jeanne d'Arc ! Remontons un peu le temps... Nous voilà en pleine guerre de Cent Ans. Jeanne a triomphé aux sièges d'Orléans et de Patay en 1429. Elle a mené son dauphin, Charles VII, à son sacre à Reims. Et la voilà, avec son armée, qui se met en tête de littéralement bouter les Godons (les Anglais, expression de l'époque que la Pucelle aimait utiliser !) hors du pays... Mais le 23 mai 1430, les Bourguignons la capturent à Compiègne : les Anglais la rachèteront 10 000 livres et la livreront à ses juges, à Rouen... Son procès débute en 1431 et dure 3 mois : il se déroule dans notre donjon. Le reste du temps, Jeanne est enfermée dans une des tours des remparts appelée Tour de la Pucelle, aujourd'hui démolie (mais dont on peut encore voir les fondations sous une maison de la rue Jeanne d'Arc).


Et encore !