Graoully, vous avez dit graoully ? La bestiole mythique immortalisée dans la cathédrale de Metz

Vinaigrette 0
Le graoully, cathédrale de Metz - ©LaurPhil / CC-BY Le graoully, cathédrale de Metz - ©LaurPhil / CC-BY
Cathédrale Saint-Etienne de Metz Cathédrale Miracle Légende

Le mythique Graoully, qui a terrorisé la région messine pendant des siècles, se trouve aujourd’hui… suspendu dans la cathédrale de Metz et immortalisé dans la pierre de la façade !

Ce dragon n’est pas là par hasard, vous allez voir...

Metz et ses monstres

Nous voilà au IIIe s : de vilains serpents s’installent dans les ruines de l’amphithéâtre de Metz.

Parmi eux, un graoully. De l’allemand graulich, qui veut dire « effrayant ». Le pire des monstres ! Il boulotte plusieurs habitants tous les jours.

Combien de temps les gens vont encore endurer ça ??

Mais c’est sans compter l’arrivée de super saint Clément, le premier évêque de la ville lorraine de Metz.

Il vient de débarquer de Rome dans la région pour évangéliser la populace. Voui, à l’époque, Rome envoie des membres de son Eglise un peu partout en Gaule pour christianiser les païens hirsutes.

Clément, ce sera Metz. Enfin, Divodurum comme elle s’appelle alors.

Mais quand le saint aperçoit le graoully, misère… ça, c’est une sacrée aut’ paire de manches que de christianiser du bouseux.

Suivi par une foule énorme, Clément déboule dans l’antre de la bête, dans le vieux théâtre. Il se jette sur la bestiole et l’attache avec son étole.

Le graoully, devenu tout inoffensif, se fait mener près de la rivière... et se jette dans la flotte ! Oui, finalement, le graoully, c’est un peu comme la tarasque d’Avignon, vous vous souvenez ?

Le graoully dans la tradition

C’est au cours du Moyen-Age que le Graoully apparaît dans les fêtes religieuses, notamment celle de l’Ascension. Des fêtes suivies de processions où on a coutume de trimbaler une effigie de la bête dans les rues.

« C’était une effigie monstrueuse, ridicule, hideuse et terrible aux petits enfants, ayant les yeux plus grands que le ventre, et la tête plus grosse que tout le reste du corps, avec amples, larges et horrifiques mâchoires bien endentelées, tant au-dessus comme au-dessous », décrit Rabelais dans son Quart Livre.

La tradition processionnaire a été supprimée avant la Révolution. Mais aujourd’hui, on retrouve le Graoully… sur le maillot de l’équipe de foot de Metz !


Et encore !