Les moines sanguinolents de Chanteuges

Vinaigrette 0
Le prieuré - ©MOSSOT / CC-BY-SA Le prieuré - ©MOSSOT / CC-BY-SA
Prieuré de Chanteuges Prieuré Brigandage Bénédictin

Au milieu du XIIe s pourtant, un seigneur du coin s'en empare et fait régner la terreur. L'abbé rapporte : « J'ai vu l'abbaye dans un état déplorable : son monastère en ruine, son sanctuaire dépouillé, son église convertie en forteresse, personne ne servant Dieu... ».

Mais qui est ce rustre sans foi ni loi ? Un gaillard du nom d'Itier de Digons, dit le Reclus. Les moines de Chanteuges pensaient être à l'abri de ses assauts, derrière leur muraille... Mais ce type est un fou furieux, reclus dans son nid d'aigle (aujourd'hui ruiné) à quelques kilomètres de là. Une forteresse qui inspirait les peurs les plus folles aux habitants du coin, qui refusaient de passer à côté la nuit venue... « C'est un fou, un monstre sous sa cuirasse, qui détrousse toute la région !... » gueule-t-on à qui veut l'entendre. Alors un jour, un moine lui fait une réflexion, à notre Itier. Arrête, ou c'est l'Enfer qui t'attends... Le dingue ! Il ne sait pas à qui il parle ! Itier le tue sur le champ et poursuit sa vie de brigand.

Mais un jour, sa fille chérie passe l'arme à gauche. C'est le déclic : voilà un Itier fou de douleur qui se fait moine ! Il s'était rappelé des remontrances du moine, en plus, son blabla sur l'Enfer, tout ça. Il intègre donc Chanteuges, tout calme, doux comme un agneau. Mais sa vie délurée lui manque ! Il recommence à voler, entraînant avec lui d'autres comparses, qu'on appelle vite les « moines rouges »...

Histoire poétique et littéraire de l'ancien Velay de Francisque Mandet dit :

Bientôt chaque soir, une troupe satanique sortie du seuil béni cachant sous le froc cuirasses dagues et épées chevauchant à travers pays imposant tribut à serfs et marchands et prenant logement militaire dans les couvents de nonnes.
Bientôt, on finit par déloger Itier et ses compagnons et fiouuu... le calme revient sur Chanteuges.


Et encore !