Le sacre du tandem Louis III et Carloman II à Ferrières-en-Gâtinais !

Vinaigrette 0
L'abbaye - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA L'abbaye - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Cité médiévale de Ferrières-en-Gâtinais Cité médiévale Abbatiale Abbaye

4 septembre 879, c’est encore l’été, chaud et vibrant, qui bat son plein.

Vous voulez assister au couronnement en tandem de deux frangins, sacrés rois des Francs, dans l’abbaye Saint-Pierre-Saint-Paul de Ferrières ?

C'est parti !

Un événement unique dans la région, plus encore dans l’Histoire de France !

Deux rois Francs

Le poil long, les armes à la main, voilà les Francs.

Peuplade barbare et rude venue des rives du Rhin, le Franc envahit la Gaule gallo-romaine au Ve s et la colonise.

Les Francs nous refilent des rois, dites donc. Et leur nom à notre pays, en plus !

Vous vous souvenez ? Le 1er d’entre eux, Clovis, se fait baptiser et sacrer roi de France, à Reims.

Carloman et Louis font partie de ces rois Francs, de la dynastie des Carolingiens.

Il s'agit des fistons de Louis le Bègue et d’Ansgarde de Bourgogne : donc, les arrière-petits-fils de Charlemagne !

Le couronnement à Ferrières

En 879, quand leur pater décède, Louis et Carloman ont 16 et 13 ans.

Tout jeunot qu'il est, le temps semble venu, pour Louis, l’aîné, de devenir roi.

Pourtant, leur tuteur, l'abbé d’Auxerre Hugues l’Abbé, impose le couronnement pas d’un, mais des deux frangins !

Pourquoi ?!

Oh, histoire de calmer la grogne des seigneurs, qui ne voyaient pas d’un bon œil qu'un jeune homme sans expérience monte sur le trône...

L'abbé choisit Ferrières-en-Gâtinais comme lieu de sacre.

Pourquoi ici ? Les abbés de cette prestigieuse abbaye sont en lien avec la cour franque !

Les deux frères reçoivent leur part du royaume :

• Louis le Nord de l’Ile-de-France : la Neustrie ;

• Carloman une partie de la Bourgogne, l’Aquitaine et la Septimanie (région de Narbonne).

La suite ? Deux morts... stupides !

Dans le genre mort royale bien débile, les deux frères font fort, vous allez voir.

Hé oui ! Car à peine rois, piouf ! Déjà morts !

• Le 5 août 882, Louis prend en chasse une jeune fille à cheval (non, ne me demandez pas pourquoi !).

Elle s’enfuit chez elle, il pique alors des deux vers la porte restée ouverte, mais mesure mal la hauteur (ouch).

Louis se fracasse la tête contre le linteau, et l’arçon de la selle contre lequel il est repoussé lui brise les reins.

• Carloman, lui, meurt en 884 des suites d’une blessure à la jambe. Un violent coup porté accidentellement par un de ses propres vassaux, pendant une partie de chasse...

Les deux frères avaient 18 ans.

On lit dans le bouquin Histoire d’une abbaye, Ferrières-en-Gâtinais (E. Jarossay, 1901) qu'on les enterre dans l’église abbatiale de Ferrières. Leurs tombeaux se trouveraient dans le bras gauche du transept !

Légende... puisqu'on peut voir leurs gisants à la basilique Saint-Denis !

Conclusion !

A la mort des deux rois, un autre de la fratrie monte sur le trône : Charles le Simple !

Enfin... futur Charles le Simple !

Ne nous emballons pas : le petiot n'a que 5 ans, en 884, quand Carloman meurt sans héritier.

Les puissants du royaume refusant de voir un môme monter sur le trône, ils filent la couronne au roi de Germanie, Charles le Gros.

Mais le roi obèse est incapable de régner... souffrant de migraines et de convulsions, on le trépane (sans rien trouver, bien sûr). Avant de gentiment le virer.

Charles pourra enfin monter sur le trône, à 19 ans !


Et encore !