Le pardon de Bonchamps agonisant à Saint-Florent-le-Vieil

Vinaigrette 0
Tombeau de Bonchamps - ©Nataliya Echasserieau / CC-BY-SA Tombeau de Bonchamps - ©Nataliya Echasserieau / CC-BY-SA
Eglise abbatiale de Saint-Florent-le-Vieil Abbatiale Destin tragique David d’Angers Chouannerie

Un monastère et ses reliques

Saint Florent arrive au Mont-Glonne (ancien nom de la commune) au IVe siècle pour évangéliser la région. Au VIIe siècle, saint Mauron fonde ici un petit monastère bénédictin, très vite très riche. Mais l'abbaye se fait incendier par le Breton Nominoé quelques temps plus tard : on décide de mettre les reliques de saint Florent plus en sécurité. En 1030, on les place dans une petite chapelle, qui deviendra plus tard l'église actuelle ! On procède à de grands travaux de restauration au XVIIIe siècle, d'autres après le passage des guerres de Vendée vers 1860.

Bonchamps, Cathelineau... morts à Saint-Florent

L'église actuelle date du XVIIIe siècle, elle est donc de style classique. A l'intérieur, on peut voir le tombeau du général vendéen Charles de Bonchamps réalisé par le très républicain David d'Angers en 1825 ! Républicain, d'Angers, oui : mais le général avait gracié son père avec 5 000 autres hommes enfermés dans l'église abbatiale de Saint-Florent. Un geste que notre artiste n'oubliera jamais... Il sculptera alors cette statue de Bonchamps, main levée dans un ultime sursaut, avec cette inscription « grâce aux prisonniers ». Alors, que s'est-il passé, ce jour d'octobre 1793 ?

La bataille de Cholet vient de se terminer. On a transféré Bonchamps dans l'église, mortellement blessé, avec près de 5 000 prisonniers républicains. A bout de souffle, sentant la mort venir, le jeune général fait gracier tous les hommes... Il faut dire que la commune de Saint-Florent a été un des bastions des guerres de Vendée ! Pour preuve, un autre épisode : ces émeutes qui se déclenchent en mars 1793... le chef royaliste des Vendéens, Cathelineau, se soulève avec ses hommes à Saint-Florent contre les Républicains. Il sera blessé (décidément !) et viendra mourir à Saint-Florent en juillet 1793. Son corps repose dans la chapelle Saint-Charles...


Et encore !