La tournée des grands ducs de Bourgogne

Vinaigrette 0
Philippe le Bon, Dijon - ©Arnaud 25 / CC-BY-SA Philippe le Bon, Dijon - ©Arnaud 25 / CC-BY-SA

Grosses bouffes, fiestas magnifiques qu'on ne referait plus aujourd'hui... les ducs de Bourgogne ne sont pas les derniers pour le faste et la démesure ! Pour en savoir plus sur les goûts de ces princes, leurs femmes (leurs maîtresses aussi), leurs travers et leurs folies, Anecdotrip vous a concocté ce dossier.

SOMMAIRE
1 – Les ducs de Bourgogne
2 – A la table des ducs


Les ducs de Bourgogne


La Bourgogne de l'époque ? Un véritable royaume en Europe ! Les ducs ? Les princes les plus puissants d'Occident ! Une dynastie pour qui la fête, le faste, l'ambition n'ont pas de prix...Mais qui sont-ils ? On les appelle les ducs Valois de Bourgogne car ce sont des princes issus de la famille royale de France, les Valois, qui règne depuis 1328.

Leur histoire commence en 1363 avec Philippe le Hardi, fils du roi de France Jean le Bon : il reçoit en apanage le duché de Bourgogne... Dijon, c'est leur capitale, même s'ils n'y résident pas bien longtemps... Ils sont nés au palais ducal, se font enterrer dans la chartreuse de Champmol (sauf le Téméraire). A chaque fois qu'un nouveau duc arrive pour prendre possession de son duché, on organise les « Joyeuses entrées ».

Des fêtes somptueuses dont celle du Téméraire en 1474 comptent parmi les plus belles ! Le chroniqueur Olivier de La Marche rapporte dans ses Mémoires que ce jour-là, l'abbé de Sainte-Bénigne de Dijon donnait au duc de Bourgogne un anneau doré comme signe « d'épousailles » avec son duché !

Philippe le Hardi (1363-1404)

Mouché, l'Angliche !

Il a bien mérité son surnom de Hardi, celui-là ! Mais comment l'a-t-il reçu, déjà ? Ah, oui : ça se passe à la bataille de Poitiers en 1356, face au Prince noir. Philippe a 15 ans. Il se bat avec son père, le roi de France Jean le Bon. Un roi blessé, en piteux état, qui a baissé sa garde ! Alors le fiston avertit son paternel des coups qu'il va se prendre : « Père ! Gardez-vous à droite ! Père ! Gardez-vous à gauche ! »

Durant la même bataille, ils sont faits prisonniers par l'ennemi. Philippe flanque une gifle à un sir anglais qui insulte et se moque du roi : « Desleal chevalier, dit-il, t'appartient-il de démentir si noble personne que le roi de France ?! » Mouché, l'Anglais ! Et Philippe entre en triomphe à Dijon en 1374...

Mon précieuuux

Le Hardi prend possession de son duché ! Brabant et Limbourg en 1430, Hainaut, Hollande et Frise en 1438, Luxembourg en 1451... La Bourgogne commence à prendre de l’ampleur et à empiéter sur le saint Empire germanique ! Les villes du Nord de l'Europe comptent parmi les plus riches et les plus puissantes d'Europe, à l'époque. Le duché ne fait que s'enrichir : on dit qu'il est plus riche que le roi de France !

Philippe devient alors le prince le plus puissant de l'Occident... Il fait venir les meilleurs artistes de Flandres pour lui construire son palais à Dijon et ce qu'il considère comme la nécropole de sa dynastie : la chartreuse de Champmol. Il fait aussi réaliser un tombeau somptueux... Il se marie en 1369 avec Marguerite de Flandre.

Une nouvelle occasion pour lui d'agrandir son territoire ! Il reçoit le comté de Bourgogne (actuelle Franche-Comté), l'Artois et la Flandre. L'Artois et la Flandre sont en royaume de France mais pas la Franche-Comté, territoire appartenant à l'Empire ! Il ne fera qu'agrandir ses terres, par héritage ou achat : on a les « pays de par-delà » (les Pays-Bas) et les « pays de par-deça » (la Bourgogne et la Franche-Comté).

Saphirs et plumes d'autruches

Côté débauche de luxe, le Hardi ne fait pas dans la dentelle : on le dit bel homme, aimant les fêtes, les beaux atours et les jolies femmes. On n'a jamais vu un homme, roi ou duc, aussi richement vêtu !

La France nationale ou histoire nationale des départements de France par Ducourneau raconte que des comptes de 1392 mentionnent un Philippe avec « un manteau de velours noir, les manches ornées de branches de rosier d'or, avec 442 feuilles et 22 roses aussi en or, 22 saphirs 22 rubis et 176 perles » et « un chapeau de velours cramoisi orné de 12 plumes d'autruche, 2 plumes de faisans, 2 plumes d'oiseaux des Indes », plus « une écharpe brodée de 25 gros balais, 23 gros saphirs, 22 feuilles de chêne en or avec 66 grosses perles... » Sans oublier son gros collier doré flanqué d'un aigle et d'un lion avec la devise « En loyauté »...

Jean sans Peur (1404-1419)

Même pas peur !

Né en 1371 à Dijon. Il est malingre et pas bien beau, Jean, mais doté d'un caractère brave et ambitieux. Il part à la croisade de Nicopolis contre les Turcs (un échec). Puis, le voilà qui prend la succession de son père Philippe le Hardi. Bah, duc c'est bien...Mais il voudrait mieux, Jean : être roi de France !...

Pour ça, il prend parti contre son cousin Louis d'Orléans, son ennemi, le frère du roi dingue Charles VI. Il le fera assassiner en 1407 à Paris... dans son hôtel particulier, mais oui : Jean ne lui laisse aucune chance ! 20 de ses hommes de main lui tombent sur le râble et couic, l’assassinent.

Le roi pardonne et Jean peut regagner Paris. Mais la mort de Louis va déclencher une guerre civile entre 1411 et 1435 : Armagnacs VS Bourguignons ! Le pire de la crise vient en 1418, avec le massacre des Armagnacs... On massacre, on égorge à tour de bras. Puis le 11 septembre 1419, Jean se fait occire par les hommes du dauphin, le futur Charles VII... Na, Louis d'Orléans est vengé.

J'te fais la nique

Saviez-vous que Jean avait fait frapper de petites pièces de monnaies, les nicquètes ? Elles portent ce nom car elles devaient « faire la nique » au duc d'Orléans ! En représailles, le duc d'Orléans avait pris pour symbole un bâton noueux. Jean sans Peur riposte en prenant le rabot : ainsi la nicquète portait d'un côté le rabot plus 2 bâtons noueux et de l'autre les armes de Bourgogne... (vu dans Histoire populaire de Bourgogne).

Philippe le Bon (1419-1467)

Les ducs de Bourgogne, le retour : voilà maintenant celui qu'on surnomme le Bon, le fils unique de Jean sans Peur. Pour se venger (et par esprit de contradiction, na), il va s'allier aux Anglais. Il signe même le traité de Troyes, qui dit qu'à la mort du roi de France, la couronne revient au roi d'Angleterre !

Blond hardi

Philippe se marie en 1430 avec Isabelle du Portugal. A l'occasion, il fonde l'ordre de la Toison d'Or. Késséssé, la Toison d'or ? Un ordre qui prend pour racine la légende de Jason et des Argonautes, créé pour relancer la mode de la chevalerie, des croisades, pour fédérer tous les seigneurs autour du duc. A la base, on y compte 25 membres qui jurent de servir le grand maître : le duc.

Leur réunion se tient tous les 3 ans.Pour l'occasion, ils portent des vêtements magnifiques : une robe vermeille avec fourrure et bien sûr le collier... Un collier qui porte le bélier d'or et des doubles fusils (« briquets » comme on dit à l'époque) séparés par une gerbe de flammes.

Bélier, avec un « B » comme Bourgogne... on dit aussi que les fusils représentés avaient la forme d'un « B »... première lettre de Bourgogne. L'ordre existe encore aujourd'hui ! Sur la Toison, on lit ceci dans La littérature française à la cour des ducs de Bourgogne :

« L'anecdote conte que des cheveux demandés à 24 dames galantes de Philippe le Bon, un « lacs » d'amour fut tressé, mais que la mèche cédée par l'une d'elles, par Marie van Crombrugghe, était d'un blond hardi, et qu'elle suscita les plaisanteries des courtisans. C'est alors que serait née, dans l'esprit du duc, la délicate inspiration d’instituer un ordre de chevalerie à la gloire de la toison ridiculisée parce que dorée. »

Vraie anecdote ? Légende ? On ne sait pas mais l'histoire est jolie !

Y'a qu'un ch'veu

Philippe, qui renoue un peu avec le faste du Hardi, aime les femmes, le luxe et les fêtes. Après tout, il règne sur une des plus belles cours d'Europe ! On le voit souvent sobrement vêtu de noir, un chapeau sur le crâne. Chapeau qui sert de cache-misère !

Chut, ne le répétez pas, mais le duc n'a plus un poil sur le caillou... On lit dans Curiosités historiques et littéraires que l'utilisation des perruques date du milieu du XVe s, dans l'Europe occidentale. On dit même que c'est Philippe le Bon qui a lancé cette mode !

« Une longue maladie lui ayant fait perdre tous ses cheveux, les médecins, redoutant pour lui la nudité absolue de la tête, lui conseillèrent d'avoir recours aux faux cheveux. A peine ce conseil fut-il suivi que 500 gentilshommes flamands, par politesse de courtisans, imitèrent le prince... »

Lubrique ?

Et les femmes, alors ? Il a pourtant pour devise « Autre n'aurait », qui paraît destinée à sa femme... mais collectionne une trentaine de maîtresses ! « Avait aussi en lui le vice de la chair, estoit durement lubrique et frêle en cet endroit », avoue Georges Chastellain dans ses Chroniques des ducs de Bourgogne... Ca, c'est dit !

Charles le Téméraire (1467-1477)

Chaud bouillant !

Le dernier des ducs de Bourgogne ! On a déjà brossé un portrait du duc au chapitre gastronomie : oui ! Car Charles a le droit à une spécialité culinaire, un gâteau franc-comtois appelé le Téméraire. Rien que ça ! Du Téméraire, on retiendra l'image d'un homme survolté, violent, guerrier, courageux. Un vrai chevalier ! Olivier de La Marche, son chroniquer dit :

« Bon compagnon était alors avec les filles, car il n'était point marié. Mais lui marié jamais rompit son mariage [...] Surtout il joutait très souvent, et à ce métier était renommé, non pas seulement comme un prince mais comme un chevalier dur, puissant et à douter. […] Il était chaud, actif et dépiteux... »

Mon gros diamant

Tout comme le Hardi aime les beaux atours et les grosses pierres précieuses qui brillent, le Téméraire possède le plus beau d'entre tous les bijoux : le Sancy ! Un énorme diamant qu'il s'est fait faire à Bruges et qu'il perd sur le champ de bataille de Morat en 1476.

Retrouvé, il passe de mains en mains jusqu’à tomber entre celles du sieur de Sancy... qui lui donne son nom. Il tombera ensuite chez les rois de France... La légende dit en tout cas que le diamant du Téméraire est le premier diamant jamais taillé ... mais on a dit aussi la même chose pour le bijou que Jacques Cœur a offert à Agnès Sorel, non ?

Les moitiés des ducs

Et les duchesses, dans tout ça ? Les voilà qui arrivent :

Hardie aussi, la dame ?

La femme de Philippe le Hardi s’appelle Marguerite III de Flandres (ou Marguerite de Mâle). C'est à elle qu'il offre le château de Germolles, qu'elle fait entièrement réaménager à son goût.

Les 3 moitiés de Charles

Celles de Charles le Téméraire s'appellent Marguerite d'York, Catherine de France et Isabelle de Bourbon.

• Catherine de France, fille de Charles VII, a 12 ans et Charles 7 ans lors du mariage. Des gamins ! A-t-on pas idée de marier des gamins... Et attendez la meilleure ! La Littérature française à la cour des ducs de Bourgogne de Georges Doutrepont nous apprend que pour son mariage, la mère de Charles lui offre... un jeu d'échecs en bois et un chariot de cuivre !

Catherine meurt à l'âge de 17 ans, « sans consommation de mariage » nous dit La Marche. Michault Taillevent, poète de la cour des ducs, écrit en hommage un Lai sur la mort de Catherine de France...

• Isabelle de Bourbon, petite-fille de Jean sans Peur. Elle fait son entrée à Lille en 1455 : 2 ans après vient au monde Marie de Bourgogne, future femme de Maximilien d'Autriche...

• Voilà Marguerite d'York, surnommée la « duchesse Junon » : le mariage à Bruges en 1468 est resté dans les annales comme une des plus belles fêtes du temps ! C'est encore le chroniqueur Olivier de La Marche qui nous en donne la description dans ses Mémoires. Le clou du spectacle, ce sont ces deux géants flanqués d'une baleine, « la plus grande et la plus grosse qui fut jamais vue par nuls entremets ».

Elle est si haute que « deux hommes à cheval ne se fussent point vus l'un l'autre aux côté d'elle ». Elle bouge ses nageoires et le corps entier ! De sa bouche sortent deux sirènes qui se mettent à chanter. Arrivent auprès d'elle « 12 chevaliers de mer ». Cet entremets a été le plus beau, dit La Marche, « car il y avait dedans plus de 40 personnes »...

N.B. : A la base, les entremets désignent les petits divertissements donnés entre chaque plat, « entre les mets ». Plus tard, l'entremets désignera un plat sucré comme salé...

Philippe et ses 3 dames

Les femmes de Philippe le Bon répondent aux noms d'Isabelle de Portugal, Michelle de Valois, Bonne d'Artois.

• Isabelle de Portugal est très belle, intelligente et cultivée. Très pieuse aussi ! Les chroniqueurs racontent qu'elle allait souvent à la Chartreuse de Dijon. Dans sa cellule, elle confectionnait de petits pains au lait et des pâtés de poissons qu'elle donnait ensuite aux moines ! Tradition qu'on conserva après sa mort.

Chez les Chartreux de Dijon, on les appelait « pâté à la duchesse » et « pain au lait à la mode d’Isabelle » !Elle aussi a le droit à son poème hommage à sa mort, écrit par le poète breton Jean Meschinot : Petite et brève lamentation et complainte de la mort de Madame de Bourgogne.

Maîtresses en pagaille

Et qui dit duchesses dit maîtresses et enfants illégitimes ! Oh là là, on en a eu une tripotée, alors rassurez-vous, on ne va pas tous vous les faire ! La palme revient bien sûr à Philippe le Bon : ce grand séducteur a une quantité phénoménale de maîtresses et donc, plein d'enfants illégitimes, dont :

• Cornille, « le grand bâtard de Bourgogne »
• David de Bourgogne évêque de Thérouanne
• Raphaël de Bourgogne surnommé Mercatel (nom de sa mère)
• Jean de Bourgogne prévôt d'Aire
• Antoine dit aussi le « grand bâtard de Bourgogne » dont la mère s'appelle Jeanne de Trelle
• Baudoin, seigneur de Falais, dont la mère s'appelle Catherine de Tiesferies...

A la table des ducs

A boire !

Les ducs s'y connaissaient en matière de grande bouffe ! Festins, banquets, appelez-les comme vous voulez : on savait recevoir... Déjà, pas de bon repas sans vins : les ducs de Bourgogne se nomment eux-mêmes « princes des bons vins » ou « princes des meilleurs vins de la chrétienté, à cause de leur bon pays de Bourgogne, plus famé que tout autre en croît de bon vin » ! Ils offrent leur nectar aux rois : même Charles le Téméraire en offre à Louis XI... son ennemi juré !

Poudre d'or et nonnettes

Et les plats, alors... une évocation à s'en lécher les babines ! Dans Dijon ancien et moderne de Charles Hippolyte Maillard de Chambure, on lit le menu suivant servi en novembre 1385 : vins de Pomard, faisans « à la poudre d'or », « pâtés de groseilles, tartelettes et confitures de poivre, anis et aulx confits, orge pilé, épinards au sucre rousset, pots de gingembres verts, coignardes, confires de cerises, verjus de pommes au girofle... »

Aujourd'hui, les spécialités bourguignonnes ne manquent pas : fromages et vins, jambon persillé, œuf en meurette, moutarde de Dijon, nonnette, escargot, douceurs en tout genre comme anis de Flavigny, cassissine, négus et jacqueline...

Le banquet du Faisan

Philippe le Bon, entre autre, se ruine pour organiser ces banquets et maintenir son fastueux train de vie. Résultat : les objets d'art et les meubles de ses palais sont vendus et il meurt sans un sou en poche...

D'ailleurs, sa femme, lors des funérailles, doit se soumettre à un protocole bien précis : les veuves qui doivent renoncer à la succession de leur mari pour ne pas payer les dettes déposent leur ceinture, leur bourse (ouverte pour qu'on voit bien qu'il n'y a rien dedans) et les clefs de leur maison sur le tombeau...

Le 17 février 1454 a lieu à Lille le célèbre banquet du Faisan, la fête la plus brillante que le règne des ducs de Bourgogne ait connu !Les Mémoires d'Olivier de la Marche nous le racontent en détail... comme si on y était !

« Dans une salle immense pour son étendue, étaient dressées trois tables que l'on pourrait plutôt appeler trois grands théâtres, vu la quantité de machines que contenait chacune.Sur celle du duc, qui était en équerre, il y avait quatre décorations :

- Une église avec la cloche, son orgue et quatre chantres pour chanter et pour toucher cet instrument, quand leur rôle l'exigerait.

- Une statue d'enfant nu, posé sur une roche et qui, de sa broquette, pissait eau rose.

- Une carraque, plus grande même que celles qui naviguaient en mer. On y voyait des matelots aller et venir, porter des marchandises, grimper aux cordages, monter à la hune en un mot faire les manœuvres, comme s'ils eussent été en mer réellement.

- Une fontaine qui coulait dans une prairie, la prairie était garnie d'arbrisseaux et de fleurs. Des roches, semées de saphirs et d'autres pierres précieuses, lui servaient d'enceinte. Et dans son centre, on voyait debout un saint André, de la croix du quel jaillissait un jet d'eau. Sur la seconde table, on comptait 9 décorations :

- Une sorte de pâté, dans lequel étaient enfermés 28 musiciens, hommes ou enfants, destinés à jouer pendant certains moments d'intervalle, et dont chacun avait un instrument différent.

- Le château de Lusignan avec ses fossés et plusieurs tours. Des deux plus petites, il en découlait de l'orangeade dans les fossés. Sur la plus haute on voyait Mélusine déguisée en serpent.- Un moulin placé sur un tertre. Au haut d'une des ailes, était attachée une pie, elle servait de but à des gens de tous les états, lesquels s'amusaient à tirer de l'arbalète.

- Un vignoble au milieu duquel étaient deux tonneaux qui représentaient le bien et le mal. L'un contenait une liqueur douce, l'autre une liqueur amère, un homme richement habillé assis à califourchon sur l'un des tonneaux, tenait en main un billet par lequel il offrait le choix de ses liqueurs à quiconque voulait y goûter.

- Un désert où était représenté un tigre combattant un serpent.

- Un sauvage monté sur un chameau et sur le point de faire un grand voyage.

- Un homme qui, avec une perche, battait un buisson où s'étaient réfugiés beaucoup de petits oiseaux. Près de là, dans un verger clos d'une treille de roses, était assis un chevalier avec sa maîtresse, ils attrapaient les oiseaux que chassait l'autre et les mangeaient.

Allégorie satirique, assez ingénieuse, qui a donné probablement lieu à l'expression proverbiale battre les buissons pour un autre.- Des montagnes et des roches chargées de glaçons pendants. On y voyait un fou monté sur un ours.

- Un lac environné de plusieurs villes et châteaux, sur lequel voguait à pleines voiles un navire.

La troisième table, plus petite que les deux autres, n'avait que trois décorations :

- Un marchand mercier qui passait par un village avec sa balle sur le dos

- Une forêt des Indes, remplie de différents animaux automates qui marchaient- Un lion attaché à un arbre, près duquel un homme frappait un chien.

A droite et à gauche du buffet, qui était garni de vases de cristal, de coupes ornées d'or et de pierreries et d'une quantité immense de vaisselle d'or et d'argent, il y avait deux colonnes. L'une portait une statue de femme nue dont pendant le souper la mamelle droite fit couler de l’hypocras et qui, pour cacher ce qu'il appartenait, s'enveloppait d'une serviette chargée de lettres grecques écrites en violet.

A l'autre colonne était attaché par une chaîne de fer un lion vivant, il semblait garder la femme nue : ce qu'annonçait une inscription en lettres d'or Ne touchez pas à Madame. Il est probable que par cette femme nue on avait voulu représenter Constantinople dépouillée par le lion qui défendait d'y toucher (le duc de Bourgogne) ; et par l'homme qui battait le chien devant le lion, le sultan Mahomet.

Outre la multitude de machines que je viens d'indiquer, la salle contenait encore cinq échafauds pour les spectateurs qui n'étaient pas du souper, et surtout pour la foule d'étrangers qu'avait attirés à Lille le bruit de la fête. Le duc étant arrivé avec sa cour, il se promena d'abord pendant quelque temps dans la salle, pour examiner les différentes décorations, après quoi il se mit à table et les maîtres d'hôtels servirent.

Chacun des services était composé de 44 plats et chacun par des machines, descendit du plafond sur des chariots peints en or et azur. Dès qu'il fut assis, la cloche de l'église sonna aussitôt trois petits enfants de chœur sortant du pâté, commencèrent en guise de bénédicité une très douce chanson.L'instant d'après parut un cheval escorté par 15 chevaliers ; il marchait à reculons et fit le tour de la salle.

Alors entra une machine automate qui représentait un sanglier énorme, le sanglier portait une sorte de monstre moitié homme moitié griffon et le monstre portait lui-même un homme sur ses épaules. Tels étaient les différents jeux dont fut composé le premier entremets. Quant au second, ce fut une pantomime dramatique en trois actes représentant la conquête de la toison d'or par Jason. »

Ensuite, De La Marche continue : « Ce fut un jeune homme qui arriva sur un grand cerf blanc aux cornes dorées et qui chanta un duo avec son cerf. Un dragon de feu traversa la salle en volant. Enfin une chasse au vol, dans laquelle on vit deux faucons abattre un héron, qu'on présenta ensuite au duc. »Enfin, le dernier intermède rappelait aux invités le pourquoi de leur venue : aider les Chrétiens d'Orient contre les Turcs qui venaient de prendre Constantinople en mai 1453.

Un géant en armure déboula, « conduisant un éléphant caparaçonné d'étoffes de soie. L'éléphant portait sur son dos un écuyer du prince (Olivier de la Marche) costumé en dame avec des vêtements de deuil. Le géant s'arrêta devant Philippe le Bon et la dame, qui était sainte Eglise, récita une complainte en vers demande la protection du prince contre les Infidèles... »

Et voilà le récit de la plus extraordinaire des fêtes de son temps ! Après tout ça, on mangea bien et la fête se termina sur les coups des 3 heures du mat...


Et encore !