This website requires JavaScript.

Mais qui se cache derrière Marguerite d'Angoulême ? 10 choses à savoir sur la reine de Navarre

Quand : 11 avril 1492 - 21 décembre 1549

Marguerite d'Angoulême | ©Rijksmuseum / CC0
Fortification Marguerite de Navarre Donjon Lacataye

Appelez-la aussi Marguerite de Navarre !

La sœur de François Ier est l'hôte la plus célèbre du donjon Lacataye, à Mont-de-Marsan...

1 - Ses parents, sa famille

Oh, mais… vous l’entendez, ce bébé qui pleure ?

La fille du comte d'Angoulême Charles d’Orléans et de Louise de Savoie vient de naître dans la tour ronde qui porte son nom, au château d'Angoulême !

Brantôme écrit dans ses Dames illustres :

« Elle naquit sous le 10e degré d’Aquarius, que Saturne se séparait de Vénus par quaterne aspect, le 10 avril 1492, à dix heures du soir, au château d’Angoulême ; et fut conçue l’an 1491, à dix heures avant midi et dix-sept minutes, le 11 de juillet ».

Quid des parents ? On commence l’histoire par un mariage arrangé, comme toujours alors : Charles a 34 ans, la petite Louise, fille du duc de Savoie… 12 ans !

Côté famille, on a du solide !

  • Le grand-père paternel de Marguerite est le bon comte Jean d’Angoulême, frère du célèbre poète Charles Ier d’Orléans, demi-frère de Dunois, le bâtard d’Orléans, et encore l’oncle du roi Louis XII…
  • La grand-mère de la fillette est bretonne, de la puissante famille des Rohan.
  • L’arrière-grand-mère paternelle s’appelle Valentine Visconti, vous savez ? La princesse milanaise qui a été l’épouse de Louis d’Orléans, le frère du roi Charles VI...
  • Son frère, c'est (le futur) François Ier : il naîtra 2 ans plus tard, lui aussi en Charente, au château de Cognac.
Ancien château d'Angoulême

Ancien château d'Angoulême | ©Jack ma / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

2 - Une histoire de perle !

Marguerite a écopé du surnom de « perle des Valois ».

Savez-vous pourquoi ? À cause de l’histoire suivante !

Pendant sa grossesse, Louise de Savoie mange des huîtres, qu’elle adore.

Oups, elle avale soudain une perle, par mégarde.

La fille à qui elle donne naissance reçoit le prénom de Marguerite : en grec, margarites signifie perle...

Marguerite d'Angoulême (J. Clouet)

Marguerite d'Angoulême (J. Clouet) | ©Irina / Flickr / Public domain

3 - La connaissance, encore et toujours

Marguerite a 4 ans, lorsque son père meurt. Sa mère va alors s'occuper de la petite et de son jeune frère avec le plus grand soin.

La devise qui régit la vie de Louise de Savoie est d’ailleurs libris et liberis (des livres et des enfants).

Marguerite, elle, sera une femme de tête ! Elle apprend et parle le grec, le latin, l'anglais, l'espagnol, l'italien et l'hébreu !

Ajoutez à cela un soupçon de poésie, un peu de sciences… Sa curiosité est sans fin.

L’évêque de Meaux Briçonnet écrira plus tard à Marguerite :

« Madame, s’il y avait au bout du royaume un docteur, qui, par un seul verbe abrégé, vous pût apprendre de la grammaire autant qu’il est possible d’en savoir, et un autre de la rhétorique, et un autre de la philosophie et les arts libéraux, vous y courriez comme au feu. »
Louise de Savoie

Louise de Savoie | ©Rijksmuseum / CC0

4 - La grand-mère… d’Henri IV !

Marguerite a été mariée deux fois.

La première, elle a 17 ans, en 1509, quand elle épouse Charles IV d'Alençon, au château de Blois.

Marguerite ne l'aime pas. Il y a de quoi : c’est un « prince sans figure, sans esprit, sans aucun mérite ». Oups ! Il meurt en 1525.

Marguerite épouse 2 ans plus tard le roi de Navarre, Henri d'Albret, au château de Pau. Il a 24 ans, elle 35 !

Ils auront une fille, Jeanne d'Albret... la future mère d'Henri IV.

Mais ce mariage n'est pas plus heureux que le premier. Pire, même !

La mésentente royale arrive aux oreilles de la cour.

En 1548, le roi de France écrit :

« La reine de Navarre est le plus mal possible avec son mari pour l’amour de sa fille, laquelle ne tient compte de sa mère. Vous ne vites jamais tant pleurer que a fait ma tante au partir, et, s’il n’eut-ce été moi, elle ne fut jamais retournée avec son mari. »

Brantôme dit aussi que :

« Henri d’Albret la traitait fort mal et eut encore fait pis sans le roi de France, son frère, qui parla bien à lui, le rudoya et le menaça pour honorer sa femme et sa sœur, vu le rang qu’elles tenaient. »
Jeanne d'Albret

Jeanne d'Albret | ©Rijksmuseum / CC0

5 - Elle tente de sauver son frère

François est fait prisonnier par Charles Quint après la bataille de Pavie, en 1525.

Il écrit à Marguerite de venir le voir. Louise la régente donne à sa fille un sauf-conduit pour 6 mois.

Marguerite s’embarque le 27 août 1525 à Aigues-Mortes, dans la fournaise d’un été sans fin...

Commence une expédition de 3 semaines. La traversée de la Méditerranée, le débarquement en Catalogne, le périple à travers l’Espagne...

Marguerite écrit pendant le long voyage en litière :

« Une heure me dure cent ans ; Et me semble que ma litière Ne bouge ou retourne en arrière, Tant j’ai de m’avancer désir. »

À Madrid, elle trouve son frère gravement malade, quasi mort ! Les négociations de paix commencent.

Marguerite ne lâche rien. L’empereur Charles Quint veut récupérer la Bourgogne… Non ! Hors de question.

Elle offre de payer une grosse rançon, pour la liberté de son frère, en vain. Marguerite retourne auprès de François sans rien avoir obtenu.

Elle va alors tenter… de le faire évader !

On prévoit d’échanger les vêtements du roi avec l’esclave noir chargé d’allumer et d’entretenir le feu du prisonnier. Le visage noirci avec de la suie, François Ier tentera de sortir ainsi déguisé...

Tu parles ! L’un des gentilshommes du roi les trahit ! Charles Quint, qui a eu vent de l’histoire, renvoie Marguerite en France.

Si l’ambassade a été un échec politique, Marguerite a contribué à la guérison de son frère, rapporte Du Bellay dans ses Mémoires :

« Son arrivée vint à propos, elle servit plus à la convalescence du roi que n’avaient fait tous les médecins. »
François Ier et Marguerite d'Angoulême (Léopold Flameng, 1869)

François Ier et Marguerite d'Angoulême (Léopold Flameng, 1869) | ©Rijksmuseum / CC0

6 - Marguerite a failli épouser Henry VIII !

Prisonnier de Charles Quint en 1525, François Ier demande l’aide du roi anglais.

Henry VIII se devait de soutenir le roi de France, contre la puissance grandissante de l’Autrichien. Par politique plus que par amitié, oui, bon, d’accord !

Pour consolider sa prétendue amitié, il compte bien donner la main de sa sœur à l’Anglais, dès sa libération en 1526.

Pour cela, il envoie en ambassade l’évêque Gabriel de Grammont, avec une délicate mission : faire en sorte que les relations entre Henry et son épouse Catherine d’Aragon tournent au vinaigre, les faire divorcer, puis lui faire épouser Marguerite.

Grammont échoue !

Henry VIII divorce, ça oui, mais pour se remarier avec Anne Boleyn. Damned !

En même temps, on se dit tant mieux pour Marguerite, connaissant le sort sanglant de toutes les épouses du roi anglais...

Henry VIII

Henry VIII | ©Rijksmuseum / CC0

7 - Marguerite et le protestantisme

Marguerite tient sa cour à Nérac et à Pau : elle réunit poètes, savants, gentilshommes et dames cultivés.

Elle s'entoure de valets de chambre et de secrétaires, comme Clément Marot, l'écrivain Bonaventure des Périers...

Marot, c'est son petit protégé, un grand poète qui la décrit ainsi :

« Corps féminin, tête d'ange, cœur d'homme ».

À l'heure où catholiques et huguenots commencent à se chercher des noises, on l'accuse d'avoir mangé du lard en plein carême !

Marguerite le défend bec et ongle, le fait même sortir de prison. La voilà qui prend parti pour les protestants. Pas très bien vu, à l'époque !

Marguerite s'engage de plus en plus en faveur du protestantisme : elle écrit Le miroir de l'âme pécheresse, poème sur fond de religion, censuré car considéré comme contraire aux valeurs catholiques.

Les élèves de la Sorbonne, excités par ce brûlot, publient des satires dans lesquelles ils appellent Marguerite la « furie d'Enfer » !

Et la voilà qui fait publier la traduction en français des prières latines qui se disent à la messe. Pire, elle met à la mode la messe à la protestante ! Sacrilège !

Mais elle n'abandonnera jamais vraiment le catholicisme, ne serait-ce que par respect pour son frère.

Clément Marot

Clément Marot | ©Rijksmuseum / CC0

8 - Une femme de lettres

Tout en composant des poèmes (on la surnomme la dixième muse du Parnasse), elle aide son frère à la fondation du Collège de France, contribue au développement des universités de Bourges et de Nîmes.

Son œuvre la plus célèbre est sûrement l’Heptaméron (1559). Un recueil (inachevé) de 72 nouvelles.

L’histoire ? La crue d’une rivière retient pendant une semaine dix dames et gentilshommes non loin de Cauterets, où ils sont en cure.

Ils décident de passer le temps en se racontant une histoire par jour.

Ce qui donne 10 récits, pendant 7 jours, d’où le nom d’héptaméron, d’hepta « sept » et héméra « jour », soit littéralement « (livre des) sept jours ».

Donjon Lacataye

Donjon Lacataye | ©Florent Pécassou / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

9 - Marguerite à Mont-de-Marsan

Marguerite de Navarre s’installe à Mont-de-Marsan, au donjon Lacataye, en 1548.

Ce sont en fait deux maisons fortes accolées du XIIIe siècle.

Elle a perdu son frère chéri un an auparavant. Il ne lui reste qu'un an à vivre.

C’est ici qu’elle rédige, « le jour de Carême Prenant 1548 », La Comédie de Mont-de-Marsan.

Le sujet ? C’est une « mascarade de mardi-gras », une mascarade mystique.

Quatre femmes, la Bergère « ravie de l’Amour de Dieu », la Mondaine, la Superstitieuse et la Sage, discutent.

La Mondaine dit : « J’aime mon corps, je le pare et le dore ». Elle incarne le matérialisme et l’individualisme.

La Superstitieuse incarne la bigoterie, arguant que ce corps retournera à la poussière tôt ou tard.

La Sage, arbitre de ce débat humanisme autour de l’être et du paraître, répond : « Le corps convient un jour pourrir, L’âme ne peut jamais mourir. Oublie donc ton corps pour elle. »

La bergère, pure, loin de toutes ces préoccupations, clame sa « vive foi », pour qui l’amour de Dieu est ce qui compte, et ne comprend pas les trois autres.

Les autres ne la comprennent pas plus, vous me direz...

Les deux acceptent de changer après avoir écouté la Sage, mais peine perdue pour la bergère, qui ébranle même vivement les convictions de la Sage…

10 - Sa mort

Marguerite, qui rêvait souvent le nez vers le ciel à contempler les astres, attrape froid une nuit d'hiver.

Elle meurt au château d'Odos (65), le 21 décembre 1549. Seule.

Son corps repose dans la cathédrale de Lescar (64), nécropole des rois de Navarre.

Sa devise ? « Non inferiora secutus », « Je n'ai pas suivi de buts insignifiants », avec un souci tourné vers le soleil…

Sources

  • Théâtre profane, nouvelle édition.
  • François Génin. Lettres de Marguerite d'Angoulême. 1841.
  • Gustave Bascle de Lagrèze. La société et les mœurs en Béarn. 1886.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !