This website requires JavaScript.

Le gisant de Charles V à Saint-Denis

Mort de Charles V | ©The British Library / Public domain
Basilique Lieu de sépulture Charles V Basilique Saint-Denis

De quoi est mort Charles V ?

Charles V meurt le 16 septembre 1380 d’une « lésion aortique d’origine goutteuse », rapporte Augustin Cabanès dans ses Morts mystérieuses de l'Histoire.

En fait, dès 1365, la santé du roi chancelle : il est atteint d’une déformation articulaire de la main droite, suite à plusieurs crises de goutte.

Le 16 septembre 1380, après une série d’attaques de goutte particulièrement virulentes, le roi mourrait après avoir développé ces symptômes-ci :

« Etat persistant d’orthopnée, des phénomènes asphyxiques, du délire, des douleurs terribles, avec angoisse cardiaque (le malade poussait des cris dont toute la maison retentissait) et de l’hyperesthésie des téguments. »


Cabanès conclue à une angine de poitrine coronarienne avec lésion de l’aorte.


Charles V et Jeanne de Bourbon

Charles V et Jeanne de Bourbon | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

Trois tombes !

Par testament, Charles V se fait faire trois sépultures, comme il est d’usage chez les grands de ce monde :

  • une pour le corps à Saint-Denis ;
  • une pour le cœur dans la cathédrale de Rouen ;
  • une pour les entrailles à l’abbaye de Maubuisson.


A Saint-Denis, Charles choisit la chapelle Saint-Jean-Baptiste, pour se faire inhumer.

Là où il avait fait enterrer les corps de ses fidèles maréchaux Louis de Sancerre et Bertrand du Guesclin !


Détail

Détail | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

Le gisant de Saint-Denis

Parlons du tombeau de Saint-Denis !

Charles V le commande en 1364, l’année de son avènement, en même temps que ceux de ses grands-parents, Philippe VI et Jeanne de Bourgogne, et celui de son père Jean II le Bon.

Il a 27 ans.

C’est le sculpteur de Valenciennes André Beauveneu qui se charge de la réalisation des quatre effigies.

Mais seul le gisant est d’époque ! Les dais et les statues ont disparu, la dalle de marbre noir sur laquelle sont placées les effigies n'est pas d’origine non plus.

Et vous savez quoi, concernant le gisant ? Il s'agit d'un des premiers exemples de portrait réalisé sur le vif, du vivant du roi !

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !