Petite histoire du château des ducs de Bar-le-Duc

Vinaigrette 0
Le château - ©GFreihalter / CC-BY-SA Le château - ©GFreihalter / CC-BY-SA
Château des ducs de Bar-le-Duc Château

Une forteresse médiévale

C'est Frédéric, comte de Barrois puis duc de Mosellane, qui fait construire le château à la fin du Xe s, sur la rive gauche de l'Ornain. Il le bâtit sur les restes d'une forteresse primitive qu'il agrandit et protège de remparts. Son but ? Empêcher toutes incursions des comtes de Champagne sur son territoire. Plusieurs tours massives défendent le château.

A l'angle sud-est, la tour de l'Horloge, seul vestige de cette forteresse médiévale qui sert de beffroi lors du démantèlement de la forteresse en 1670. Viennent ensuite la tour Valéran, la tour Noire (qui servait de prison), la belle Porte... le tout entouré de deux enceintes et de profonds fossés.

Dans la seconde enceinte, on trouvait un grand jardin, une galerie qui conduisait aux appartements des ducs, un donjon vestige de la forteresse primitive avec ses chambres, ses pièces de réception, son oratoire. Une autre galerie menait du château à l'église castrale Saint-Maxe.

Un palais royal !

A partir du XVIe s, la forteresse change de forme avec le duc René II et ses fils Antoine et Charles. Elle devient une demeure de plaisance, un vrai palais ! Il faut imaginer une décoration intérieure sans pareille : de magnifiques verrières, de belles et grandes cheminées armoriées, des tapisseries en haute-lice qu'on faisait décrocher et mettre dans les différents châteaux et palais des ducs.

Des coupes, vases et vaisselles d'or et d'argent, des tentures de damas, de taffetas, d'or du parquet au plafond complétaient l'ensemble. Dans les jardins, on cultive des essences et des fruits rares ; des oiseaux et des cerfs y paissent librement. Bon, un cadre de rêve, en somme... pour ne pas dire royal !

Mais les ducs s'installent à Nancy et délaissent peu à peu Bar... Le château n'est même plus entretenu. Pire, un violent incendie le ravage en 1649. Louis XIV ordonne finalement son démantèlement en 1670.

Ce sont les hommes du village et des villes alentours qui s'en chargent, près de 500 âmes qui charrient les pierres pendant des mois ! Dans les bâtiments encore debout, on installe une manufacture à la fin du XVIIIe s, avant que ne s'ouvre le musée du Barrois en 1974.


Et encore !