This website requires JavaScript.

Le mariage de Napoléon III à Paris en 11 anecdotes !

Quand : 30 janvier 1853

Mariage de Napoléon III | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0
Cathédrale Festivités Napoléon III Eugénie de Montijo Cathédrale Notre-Dame de Paris

Il a 45 ans, elle 26. Ils s'aiment, c'est merveilleux, le mariage va avoir lieu sous nos yeux... Vous êtes prêts ?

1 - La foultitude de prétendantes de Napoléon

Napoléon est longtemps resté un célibataire endurci. Ca fait vite tache !

En même temps, les familles des épouses potentielles ne veulent pas de lui : des ragots le font passer pour un mauvais parti...

Plusieurs prétendantes se bousculent tout de même au portillon.

Déjà, avant même d’être marié, il a une maîtresse, une Anglaise, miss Howard.

En 1836, il se fiance avec sa cousine Mathilde Bonaparte, 15 ans.

Mathilde vient le voir quelques semaines à Arenenberg, propriété de la reine Hortense près du lac de Constance. Une idylle se noue : brève, mais intense !

Plus tard à Londres, il se fiance une nouvelle fois, avec Emily Rowles.

Mais les parents, outrés par la vie de patachon du prince, refusent le mariage.

Sur quoi on annonce les fiançailles du prince avec miss Burdett Coutts, petite-fille d’un riche banquier... ah non, attendez ! La famille refuse.

Mais, arrivera-t-on jamais à le caser, notre Napoléon ?!

La prochaine fiancée s'appelle Caroline de Wasa : mais une fois de plus, refus de la famille, qui a une dent contre les Bonaparte.

Ultime essai : le conseiller de l'empereur lui propose la princesse Adélaïde de Hohenlohe, fille d’une sœur utérine de la reine Victoria.

Napoléon accueille la nouvelle sans entrain...

Mais voilà qu'arrive... Eugénie !


Napoléon III

Napoléon III | ©Austrian National Library (ÖNB) / Public domain

2 - Qui est Eugénie ?

Il s'agit de la fille de don Cypriano de Guzman y Palafox y Porto Carrera, comte de Teba, née le 5 mai 1836 !

Le grand-père maternel d’Eugénie, William Kirckpatrick, est un noble écossais établi à Malaga, un négociant en vins.

Sa fille, la mère d'Eugénie, entre dans la vieille (et riche) aristocratie espagnole en épousant Cypriano.

Adolescente, Eugénie chevauche sans selle, se bat à l’épée, nage la brasse dans l’eau glacée. Garçon manqué, va !

Les prétendants sont déroutés (et il y en a) : l’ambassadeur d’Espagne à Paris, le duc d’Ossuma, Edouard Delessert (un ami), le vicomte Aguado (fils d’un banquier), un Rothschild, Camerata (petit-fils d’Elisa Bonaparte)…

La jeune femme les écarte tous !

Jusqu’aux fameuses fêtes données à l’Elysée en 1850, où un Napoléon, moustache fringante et œil de velours, la remarque.

Invitée aux chasses de Rambouillet et Compiègne, elle le séduit... en montant à cheval comme personne !


Eugénie

Eugénie | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0

3 - Eugénie insultée !

Ce qui décide Napoléon à épouser sa belle ?

Un bal un soir aux Tuileries, en janvier 1853 : l’épouse du ministre de l’Education Fortoul traite Eugénie « d’aventurière insolente ».

Victor Hugo osera même : « L’Aigle épouse une cocotte »...

« On m'a insultée ! » piaille Eugénie.

« On ne vous insultera plus », répond Napoléon...

4 - C'est un mariage d'amour !

Ca y est, Napoléon a fait son choix : sa future épouse, c'est Eugénie !

L'empereur explique dans une communication aux membres du Conseil d’État qu’il s’agit d’un mariage d’amour :

« ... Je viens donc, Messieurs, dire à la France : j'ai préféré une femme que j'aime et que je respecte à une femme inconnue dont l'alliance eût eu des avantages mêlés de sacrifices. Sans témoigner de dédain pour personne, je cède à mon penchant, mais après avoir consulté ma raison et mes convictions ».


L'empereur ne pense qu’à Eugénie, il entend bien l'épouser, contre l’avis de tous ses proches.

Mathilde Bonaparte, la cousine de Napoléon, grogne à propos de « cette Espagnole » : « On couche avec elle, mais on l'épouse pas ! »

La presse, elle, s’en donne à cœur joie !

« Presque pour la première fois depuis des temps moins civilisés nous voyons un potentat élever au trône une femme qui ne soit pas de race royale. Le roman l’emporte sur la politique... » (Le Morning Post)


Le couple

Le couple | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0

5 - La cérémonie du mariage

30 janvier 1853. La cérémonie religieuse est imminente, après le mariage civil qui a eu lieu la veille aux Tuileries !

Eugénie porte une robe de velours blanc à longue traîne, un diadème de saphirs et diamants (celui de Joséphine) entouré de fleurs d’orangers, les cheveux couverts par un voile de point d’Angleterre.

Des diamants en épis scintillent sur son corsage. Autour de la taille, la ceinture de brillants donnée par Napoléon à Marie-Louise.

Lui, culotte blanche, hautes bottes vernies, collier de la Toison d’or au cou et cordon de la Légion.

Enfin, vers 11h30, le cortège quitte les Tuileries pour Notre-Dame.

Le carrosse impérial (celui de Napoléon Ier et Joséphine) est tiré par 8 chevaux alezans empanachés de plumes blanches, harnachés de maroquin rouge et menés à la main par 8 valets.

Dans la nef de Notre-Dame, un tapis d’hermine conduit jusqu’à l’estrade surmontée d’un velum d’or, où se trouvent les deux trônes.

On compte 500 musiciens, 15 000 bougies !

Neuf bannières vertes semées d’abeilles au chiffre de l’empereur flottent sur la rosace au milieu de la façade.

Les drapeaux des 86 départements surmontent la balustrade de la grande galerie. Deux bannières tricolores flottent au sommet des tours.


Un des carrosses utlisé pour le mariage

Un des carrosses utilisé pour le mariage | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

6 - Coïncidence !

En rentrant aux Tuileries, après la cérémonie, la couronne de bronze surmontant le carrosse se détache et roule à terre, en passant sous l'arc de Triomphe du Carrousel.

Le même accident arrive lors du mariage de Napoléon Ier de Marie-Louise !

Napoléon III, pourtant superstitieux, est trop heureux pour remarquer quoique ce soit...


Notre-Dame décorée pour le mariage

Notre-Dame décorée pour le mariage | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0

7 - Guerlain crée une eau mythique pour l'occasion

Guerlain crée pour le mariage son mythique parfum et sa bouteille avec abeilles !

Pierre-Pascal Guerlain, installé depuis 1842 rue de la Paix, crée pour Eugénie une Eau de Cologne hespéridée qu’il nomme Eau de Cologne Impériale.

Un flacon gravé aux armoiries de l’Empereur, aux 69 abeilles, créé par le verrier Pochet du Courval.

Une abeille symbole de l’empereur et emblème de Guerlain...

Conquise, Eugénie donne au parfumeur le titre de Fournisseur officiel de Sa Majesté !

La forme du parfum, elle, a traversé les siècles, jusqu’à nous ! La verrerie normande Pochet du Courval la fabrique toujours.

8 - Les lustres du mariage

Ils existent toujours, mais inutile de les chercher à Notre-Dame de Paris, vous ne les verrez plus...

Ils se trouvent aujourd’hui dans la cathédrale périgourdine de Saint-Front, à Périgueux !


Eaux de Cologne Guerlain

Eaux de Cologne Guerlain | ©Carrie Kellenberger / CC-BY

9 - Pas de cadeau !

La ville de Paris offre à Eugénie une somptueuse parure estimée à 600 000 francs : l'impératrice la refuse !

Elle demande à ce que le prix en soit donné à la fondation d’une école pour les jeunes filles pauvres de la classe ouvrière.

Ce n'est pas la première fois, puisqu'Eugénie multipliera au cours de sa vie les fondations généreuses pour le peuple...

Hé oui, c'est elle qui crée l'ancêtre des Restos du Cœur : les Fourneaux Economiques !


Le prince impérial

Le prince impérial | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0

10 - Le couple a eu un fils

Mars 1856. Naissance du prince impérial !

Eugénie avait déjà été enceinte quelques semaines après le mariage, mais elle perd l’enfant après une chute de cheval.

Voilà donc le petit Louis-Napoléon, leur fils unique...

Surnommé Loulou, il meurt en pays zoulou (actuelle Afrique du Sud) en 1879, à l'âge de 23 ans.

11 - Napoléon a-t-il été fidèle ?

Chaud lapin, Napoléon III collectionne les maîtresses, faisant terriblement souffrir Eugénie.

Chaque infidélité (et la liste est longue comme le bras) est comme un coup de poignard dans son cœur.

Le coup de grâce, c'est quand son mari s'entiche de Margot la Rigoleuse, une actrice ratée de 25 ans, en 1863.

Le coup de trop ! Humiliée, Eugénie enrage : la maitresse est une femme de basse extraction...

« Maintenant qu'il s'est abaissé à cette crapule, je ne peux plus le supporter », dit-elle.

Eugénie qui est très pieuse et honnête, réclame qu’il mette fin à ses liaisons, en vain. Ils se disputent souvent à cause de ça.

Il dit : « Elle me rend la vie impossible : à la moindre incartade, je risque un éclat avec elle et on l'entend dans tous les Tuileries » !

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !