This website requires JavaScript.

Côme Ruggieri, alambics et prédictions à Chaumont-sur-Loire

Quand : 1560

Catherine de Médicis | ©Rijksmuseum / CC0
Château de la Loire Château Catherine de Médicis Côme Ruggieri Château de Chaumont-sur-Loire

Une célèbre séance de divination a eu lieu dans une pièce du château de Chaumont...

La reine, les astres, ses astrologues

Catherine de Médicis et sa légende noire…

On la dépeint généralement comme accordant énormément de crédit à l’astrologie… mais c’est vrai !

Les astres pouvaient influer sur les vies, vous savez, on pouvait grâce à eux connaître des destinées entières…

Nostradamus

Il y a eu Nostradamus, qui prophétise la mort d’Henri II dans un quatrain de ses mythiques Centuries.

Puis annonce que la maladie va faucher deux membres de la famille royale...

Alors, quand le roi François II meurt en 1560… un des fils de Catherine… vous imaginez la réaction de cette dernière !

Même lorsque Nostradamus se trompe en prédisant en 1564 que le roi Charles IX vivra très longtemps, alors qu’il meurt 10 ans plus tard à 23 ans, Catherine ne perd pas confiance dans les astres.

Luc Gauric

Il y a eu Luc Gauric, qui rédige en 1551 l’horoscope d’Henri II...

Il prédit qu’il :

« connaîtra une vieillesse très heureuse et alerte. S’il dépasse les années 56, 63 et 64 de son âge, il parviendra à l’âge de 69 ans, 10 mois et 12 jours par un chemin aisé et heureux » !

Pour un roi mort à 41 ans, 9 ans plus tard, ça la fiche mal...

Cosimo Ruggieri

Enfin, il y a Cosimo Ruggieri. Florentin, comme Catherine.

On le voit à Chaumont-sur-Loire avec la reine, dans une célèbre séance de magie divinatoire, en 1560.

Au cours de celle-ci, Ruggieri annonce la durée de règne de chacun des fils de Catherine, nous allons le voir en détail juste après.

En fait, il s’agit de la fin de la dynastie des Valois, et le début de celle des Bourbons...

Chambre de Ruggieri

Chambre de Ruggieri | ©Selbymay / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

L'angoisse d'une mère

Fin 1560, Catherine est au plus mal. L’angoisse dans la peau.

L’angoisse d’une mère dont le fils, le roi François II, agonise à Orléans d’un mal qu’on ne sait pas soigner.

Ajoutez à cela les tempêtes des guerres de Religion…

Catherine tient donc à demander aux astres des réponses.

Elle se rend à Chaumont. Elle a acheté le château 10 ans auparavant.

Elle ne devait s’en séparer qu’après la mort accidentelle d’Henri II, en juillet 1559

La reine et Ruggieri en pleine séance

La reine et Ruggieri en pleine séance | ©Rijksmuseum / CC0

À Chaumont-sur-Loire

André Félibien écrit en 1680 :

« Dans les plus anciens appartements est une grande salle, fort spacieuse, qui a vue du côté de l’eau. La tradition veut que la reine Catherine ait demeuré dans ce château et que c’était dans cette même salle qu’elle tenait ses assemblées quand elle conférait avec les astrologues auxquels elle avait beaucoup de foi. »

On a aussi Simon Goulart qui en fait mention, tout comme Nicolas Pasquier (Le Diable au XIXe siècle, Hacks, 1892) :

« La feue reine mère, désireuse de savoir si tous ses enfants monteraient à l’État, un magicien dans le château de Chaumont lui montra dans une salle, autour d’un cercle qu’il avait dressé, tous les rois de France qui avaient été et qui seraient... »

Si la scène a bien eu lieu au château de Chaumont-sur-Loire, on ne sait pas vraiment s’il s’agit de Nostradamus ou de Ruggieri qui officie.

Ou les deux réunis !

Blason de Catherine de Médicis, Chaumont

Blason de Catherine de Médicis, Chaumont | ©René Hourdry / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

Comment se déroule cette fameuse séance ?

Ambiance feutrée. Étouffée.

Dans la pièce, les murs disparaissent derrière des corps d’animaux empaillés, suspendus.

Sur la grande table qui émerge de la pénombre, un fouillis de pierres minérales, de plantes, de planisphères, de parchemins couverts de signes cabalistiques mélangés à des instruments scientifiques.

Sur le ronron d’un feu pétillant mijote une mixture qui sent fort les plantes aromatiques.

Ruggieri, qu’on imagine tout de noir vêtu, ressemble à une grosse araignée tapie dans un coin de la pièce, attendant sa proie.

Le déroulement de la séance est on ne peut plus simple : un grand miroir, un rouet.

Dans ce miroir accroché au mur vont apparaître les silhouettes, successivement, des trois fils de Catherine : François II, le roi de France ; les futurs Charles IX et Henri III.

Un rouet tourne : chaque tour effectué correspond à une année de règne.

Ainsi, Catherine voit d’abord se dessiner la figure pâle et tremblante de François II : à peine est-elle apparue, hop ! Elle disparaît. Un tour. Un an… Catherine tremble.

Le futur Charles IX apparaît alors : 13 tours et demi, avant de disparaître dans un nuage de sang.

Puis, le duc d’Anjou, futur Henri III, 15 tours.

Catherine attend maintenant de voir son quatrième fils, François, duc d’Alençon. Mais non… surprise !

Apparaît à sa place la silhouette gaillarde d’Henri de Navarre… le futur Henri IV, avec 21 tours !

À sa suite, immédiatement, un enfant de 10 ans à peine, qui fait… 38 tours ! Ruggieri venait de voir le jeune Louis XIII, à quelques détails près qu’il va régner 33 ans.

Catherine, choquée, ne veut pas en voir plus. Le miroir redevient silencieux...

Château de Chaumont

Château de Chaumont | ©Selbymay / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

La prophétie de Ruggieri s'est-elle réalisée ?

François II, alors roi de France au moment de cet épisode à Chaumont, meurt le 5 décembre 1560 à 16 ans, après un an de règne.

Son successeur, Charles IX, meurt le 30 mai 1574, à 23 ans.

Henri III, le dernier des rois de France fils de Catherine, devait mourir assassiné à 37 ans, le 2 août 1589.

Son successeur ? Si vous avez suivi, vous savez que c’est Henri de Navarre, un Bourbon, son cousin…

Le rouet et le miroir de Ruggieri avait eu raison, coïncidences ou non.

Conclusion

Ce voyage à Chaumont-sur-Loire est le dernier pour Catherine de Médicis.

Elle échange peu de temps après son château contre celui de Chenonceau, avec Diane de Poitiers, l’ancienne favorite.

Sources

  • Auguste François Lecanu. Histoire de Satan. 1861.
  • Jules Loiseleur. Châteaux historiques de la Loire. 1858.
  • Jean-Jacques Bourassé. Les châteaux historiques de France : histoire et monuments. 1891.
  • Louis Auguste Bossebœuf. Le château de Chaumont dans l'histoire et les arts. 1906.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !