This website requires JavaScript.

Barfleur, un petit port... tranquille ? Son histoire en 6 anecdotes

Quand : 1135 - 1954

Le port | Xfigpower / CC-BY-SA
Port Naufrage Guillaume le Conquérant Port de Barfleur

Ce petit port très ancien a aujourd'hui l'air bien paisible ! Oui, mais ne vous y fiez pas ! Il a connu bien des sièges et des destructions.

Et qui dit port... dit histoires de bateaux, bien sûr !

1 - Le roi Arthur à Barfleur !

Saviez-vous que le mythique roi Arthur serait parti du port de Barfleur, pour aller combattre les Romains ?

C’est un certain religieux gallois, Geoffroy de Monmouth, qui nous le dit, dans son Historia regum Britanniae (Histoire des rois de Bretagne), écrite vers 1135.

Il s’agit là, de la plus ancienne mention du port normand !

Le roi Arthur avait donné rendez-vous à ses alliés au port de Barfleur, « aux calendes d’août », afin de combattre les Romains massés aux frontières de la Savoie.

C’est aussi de Barfleur que Monmouth fait partir Arthur, pour vaincre le géant de Tombelaine (actuel Mont-Saint-Michel).

Arthur (BL Harley 1766, f. 217)

Arthur (BL Harley 1766, f. 217) | ©The British Library / Europeana / Domain public

2 - Le port officiel des rois d'Angleterre

Du port de Barfleur s'est embarqué Richard Cœur de Lion, un beau jour de 1194, pour se faire couronner roi d'Angleterre.

En effet, Barfleur devient, aux 11e et 12e siècles, le port d'embarquement officiel des ducs de Normandie et rois d'Angleterre.

Pour traverser la Manche, on met à leur disposition un navire spécial, nommé l’Esnecca Regis : pour le transport du roi, oui, mais aussi de la cour et du trésor royal.

Le terme esnecca, esnèque en normand, isnecchia en latin et snekkja en scandinave, semble être un mot d’origine normande, emprunté à une langue nordique !

La mora à Barfleur : plaque commémorative

La mora à Barfleur : plaque commémorative | ©Jacqueline Macou / Pixabay

3 - Le bateau de Guillaume le Conquérant a été construit à Barfleur

Guillaume le Conquérant, lui-même, fait parler de lui à Barfleur !

La tradition rapporte que c’est à Barfleur, que le bateau qui mène Guillaume à travers la Manche, à la conquête de l’Angleterre en 1066, a été construit.

On appelle ces embarcations mora : des sortes de drakkars améliorés, si vous voulez ! Celui de Guillaume, c'est un marin barfleurais, Étienne, qui le pilotait.

Un des moras de Guillaume le Conquérant

Un des moras de Guillaume le Conquérant | ©Internet Archive Book Images / Public domain

4 - Le naufrage de la Blanche-Nef

Le port de Barfleur a vu son premier grand et tristement célèbre naufrage se dérouler, un jour de novembre 1120.

Le navire s’appelle la Blanche-Nef : il transporte la fine fleur des seigneurs anglais.

Dont le fils unique du roi Henri Ier d'Angleterre, l’héritier de la couronne...

Stèle des disparus du Luna, Gatteville-le-Phare

Stèle des disparus du Luna, Gatteville-le-Phare | ©Larayevire / Wikimanche / CC-BY

5 - Le naufrage de la Luna

17 février 1860. Alors qu’une tempête se déchaîne depuis l'aube, le trois-mâts américain la Luna s’apprête à doubler le rocher de Quilleboeuf, au large de Barfleur.

Son capitaine, John Shannon, avait appareillé du Havre, la veille. Cap sur la Nouvelle-Orléans, en Louisiane !

À son bord, des émigrants français, plus une cargaison de 670 caisses, contenant fûts de vins et liqueurs, pierres meulières, ballots d’étoffes, vêtements de mousseline et chapeaux de paille, produits d’épiceries.

Mais la Luna heurte le redoutable rocher, poussée par de puissants courants bien connus à cet endroit. Ceux-ci ont déjà eu raison de la Blanche-Nef, qui s’y est écrasée en 1120…

Le choc est d’une violence inouïe. Le bateau est littéralement pulvérisé, sa cale éventrée !

Les canots de sauvetage sont brisés : il n’y a aucune chance que les passagers survivent, dans la mer déchaînée…

Une terrible catastrophe : sur les 103 personnes à bord de la Luna, on ne compte que 2 survivants.

Les corps des victimes repêchées ont été inhumés à Gatteville : on voit toujours leur tombe, dans le cimetière de l'église.

Barfleur : la station de sauvetage

Barfleur : la station de sauvetage | ©Roland Godefroy / Wikimanche / CC-BY

6 - La première station de sauvetage française se trouve à Barfleur

Le 20 avril 1865, la toute première station de sauvetage française voyait le jour à Barfleur, sur le modèle de ce qui se faisait en Angleterre !

La même année, la SCSN (Société Centrale de Sauvetage des Naufragés) naissait, actuelle SNSM (Société Nationale de Sauvetage en Mer).

La station actuelle, avec son rail de mise à la mer, date de 1954.

Sources

  • Histoire de Barfleur. Ville de Barfleur, barfleur.fr.
  • M. de Pontaumont. Un mot sur Barfleur et Gatteville. In Mémoires de la Société nationale académique de Charbourg. 1875.
  • François Neveux. La Normandie des ducs aux rois, 10e-12e siècle. Éditions Ouest-France, 1998.
  • J. Maillot. Souvenirs de 1860. 1861.
  • Station de sauvetage de Barfleur. Encyclopédie Wikimanche, wikimanche.fr.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !