This website requires JavaScript.

Petite histoire du pont Louis-Philippe de Paris en 4 anecdotes

Quand : 1833 - 1886

Le pont | Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Pont Pont Louis-Philippe de Paris

Sources : Notices sur les modèles, cartes et dessins relatifs aux travaux publics (1867) / Histoire de la Révolution de 1848 (Louis-Antoine Garnier-Pagès, 1866).

1 - L'origine du nom du pont

Le pont Louis-Philippe porte le nom du roi des Français, Louis-Philippe Ier, qui en pose la première pierre et l’inaugure le 26 juillet 1834.

On a retrouvé la plaque d’inauguration du pont, insérée dans l'une de ses pierres, en démolissant la culée touchant au quai de Gèvre, qui dit :

« L’an 1833 Louis-Philippe, roi des Français, le 29 juillet, glorieux anniversaire, le roi a posé la première pierre du pont Louis-Philippe. Étaient présents : MM. Thiers, ministre du Commerce et des Travaux publics ; Comte de Rambuteau, préfet de la Seine ; Gisquet, préfet de police ; Locquet, maire du 9e arrondissement de Paris ; Jollois, ingénieur en chef ; Seguin frères, Collin et Callau, concessionnaires. »
Vue du pont Louis-Philippe (A. Bouchet, 1834)

Vue du pont Louis-Philippe (A. Bouchet, 1834) | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0

2 - Le premier pont est une passerelle suspendue

Ce premier pont, inauguré on l’a vu en 1834, se présente à cette époque sous la forme d'une passerelle suspendue, réalisée par Marc Seguin.

On doit à cet ingénieur et inventeur (petit-neveu d’un des frères Montgolfier) le premier pont suspendu à l’aide de câbles en fils de fer d’Europe continentale, en 1825, à Tournon-sur-le-Rhône.

On remarque, sur la passerelle parisienne, la pile centrale en forme d’arc de triomphe monumental.

La voici représentée dans une gravure anonyme du XIXe siècle :

Vue du pont Louis-Philippe (Anonyme, XIXe s)

Vue du pont Louis-Philippe (Anonyme, XIXe s) | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0

3 - L'incendie de 1848

Vous vous souvenez de l’incendie qui a détruit la passerelle précédant l’actuel pont de Sully, à Paris, le 21 février 1848 ?

Hé bien, la même journée, les émeutiers ont continué leur chemin, et se sont dirigés vers le pont Louis-Philippe.

On venait de détruire le bureau qui servait à percevoir le droit de péage...

Même chose pour le pont Louis-Philippe, dont le « nom ajoutait à l’impopularité du péage. »

À 14 h, le bureau de recette tombe, entièrement saccagé. Une grande quantité de goudron est renversé sur une des piles du pont. On y met le feu.

Les flammes montent haut, très vite, presque trop vite ! En moins de dix minutes, le feu atteint les chaînes du pont et les calcine, pour finalement les rompre.

Le tablier s’effondre dans la Seine. Il entraîne avec lui la chute d’une dizaine d’émeutiers, qui pour la plupart, finissent noyés.

Après la Révolution de 1848, le pont prend le nom de pont de la Réforme, nom qu'il gardera jusqu’en 1852.

La construction du pont actuel en pierre débute à la fin août 1860, pour être livré à la circulation le 20 avril 1862.

Vue du pont Louis-Philippe (L.Leymonnerye, 1862)

Vue du pont Louis-Philippe (L.Leymonnerye, 1862) | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0

4 - Quand Zola évoquait le pont Louis-Philippe

Émile Zola évoque brièvement le pont Louis-Philippe dans L’Œuvre (1886), 14e volume de sa série des Rougon-Macquart.

On a là un zoom sur Claude Lantier, artiste maudit, le fils de la célèbre Gervaise Macquart !

On est au tout début du roman.

Claude rencontre Christine, sa future compagne, en bas de chez lui, alors qu’elle s’est réfugiée dans l’ombre de sa porte cochère, pour échapper à un cocher qui veut la brutaliser.

Elle est perdue, seule, débarquée de sa province natale pour travailler à Paris.

Soudain, un éclair, dans la nuit orageuse !

« Ce qui la suffoquait surtout, c'était l'encaissement de la rivière, la fosse profonde où la Seine coulait à cet endroit, noirâtre, des lourdes piles du pont Marie aux arches légères du nouveau pont Louis-Philippe. D’étranges masses peuplaient l'eau, une flottille dormante de canots, un bateau-lavoir et une dragueuse amarrés au quai. Là-bas, contre l’autre berge, des péniches pleines de charbon, des chalands chargés de meulière, dominés par le bras gigantesque d’une grue de fonte. »
Le pont actuel

Le pont actuel | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA


À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !