This website requires JavaScript.

Petite histoire du pont de l'Archevêché de Paris en 5 anecdotes

Quand : 1828 - 1864

Le pont | Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Pont Pont de l'Archevêché de Paris

Sources : Histoire générale des ponts de Paris, tome I (Charles Duplomb, 1913) / Paris et ses environs (Charles Philipon, 1840) / Dictionnaire topographique et historique de l'ancien Paris (Frédéric Lock, 1855).

1 - Le pont parisien le plus étroit

Avec une largeur de 11 mètres, il est le plus étroit des ponts parisiens.

Pour comparaison, avec ses 40 mètres, le pont Alexandre-III est le plus large de la capitale !

Il est commencé le 1er avril 1828, et livré à la circulation le 4 novembre suivant, rapporte le tome 7 des Annales des ponts et chaussées (1864).

Construction du pont en 1828 (Anonyme, 1833)

Construction du pont en 1828 (Anonyme, 1833) | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0

2 - L'origine du nom du pont

Le nom du pont vient d’un monument disparu, détruit en 1831. Hop, envolé, incendié !

Il s’agit du palais de l’Archevêché. Construit à côté de Notre-Dame de Paris, il est agrandi, embelli au fil des siècles.

Et ce 14 février 1831, donc, que s’est-il passé ? Le curé de Saint-Germain-l’Auxerrois célèbre une messe en mémoire du duc de Berry, assassiné en 1820.

On est en pleine deuxième Révolution française !

La foule en colère saccage l’église, puis se dirige vers l’archevêché, au cri de « Mort à l’archevêque », car c’est lui qui avait autorisé la messe.

Là-bas, ils saccagent tout, les meubles, les statues jetés à la Seine, tout ! La foule dévore tout.

Quand il n’y a plus rien, on s’attaque aux pierres, aux cloisons, à la charpente. Tout y passe !

Laissé en ruines, l’archevêché est complètement rasé, pour laisser la place en 1837 à une promenade plantée publique.

Palais de l'Archevêché (N. Raguenet, 1756)

Palais de l'Archevêché (N. Raguenet, 1756) | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0

Emeute à l'Archevêché, 1830 (V. Delaporte)

Émeute à l'Archevêché, 1831 (V. Delaporte) | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0

3 - 1848, une histoire de péages

Comme d’autres ponts parisiens, le pont de l’Archevêché est soumis à un droit de péage, qui devait durer jusqu’en janvier 1876.

Péage qui interdisait le passage à la plupart des habitants… hé oui, on est d’accord, une mesure d’un autre temps !

Mais la révolution de février 1848 chamboule tout...

La ville de Paris rachète les droits de péage de tous les ponts et en redonne la libre circulation aux Parisiens.

Emeute au pont de l'Archevêché (P.-M. Chaperon, 1849)

Émeute au pont de l'Archevêché (P.-M. Chaperon, 1849) | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0

4 - Un accident d'autobus

27 septembre 1911… la foule assiste à la chute d’un autobus dans la Seine, au pont de l’Archevêché !

Celui qui rallie le jardin des Plantes au square des Batignolles.

Le journal L’Illustration rapporte qu’il est 17 heures, quand le véhicule défonce le parapet du pont.

Bilan ? 13 morts.

Un scaphandrier récupère 15 passagers dans le fleuve, que l’on réanime sur la berge.

Pont de l'Archevêché : détail

Pont de l'Archevêché : détail | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

5 - La morgue se trouvait à l'entrée du pont

Le pont de l’Archevêché débouchait autrefois… sur l’entrée de la morgue !

Une morgue précédemment située à l’une des extrémités du pont Saint-Michel en 1804, dans un petit bâtiment en forme de tombeau grec, construit sur l’étal d’un boucher.

En 1864, la Morgue est transportée à l'un des bouts du pont de l'Archevêché, derrière Notre-Dame de Paris, sur l’ancienne « motte au papelards », du nom de gravats issus d’anciennes églises et des travaux de la cathédrale voisine.

Aujourd’hui, c’est l’actuel square de l’Île-de-France.

La morgue s'installe définitivement sous le nom d’Institut médico-légal quai de la Rapée, en 1923.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !