This website requires JavaScript.

Le château de Montpoupon et Mme de Ventadour, la gouvernante de Louis XV

Quand : 1712 - 1744

Mme de Ventadour (Anonyme) | ©Nationalmuseum / CC-BY-SA
Château de la Loire Château Louis XV Château de Montpoupon

Zoom sur l'une des plus célèbres propriétaires du château, Mme de Ventadour !

Gouvernante du dauphin (futur Louis XV), véritable maman d'adoption pour le petit orphelin.

Sources : Philippe V et la cour de France (Alfred Baudrillart, 1890) / Le caractère de Louis XV dans Revue des questions historiques (2e année, tome 3, 1867) / Mesdames de France, filles de Louis XV, documents inédits (Casimir Stryienski, 1911) / Mœurs intime du passé, série 8 (Dr Cabanès, 1919) / Louis XV (Jean-Christian Petitfils, 2014).

Quatre gouvernantes des enfants de France

Trois générations de gouvernantes des enfants du roi de France, à Montpoupon !

Même si elles ont peu, voire pas du tout vécu au château, leurs noms restent tout de même attachés à Montpoupon.

La première, Louise de Prie, se met au service des enfants légitimés de Louis XIV entre 1704 et 1709.

Sa première fille prend la relève : Marie Isabelle Gabrielle Angélique de La Mothe-Houdancourt, de 1709 à 1710.

Vient ensuite son autre fille Charlotte-Éléonore de la Mothe-Houdancourt, alias Mme de Ventadour... que nous évoquons ici !

  • gouvernante du petit Louis XV, entre 1712 et 1717 ;
  • gouvernante de l’infante Marie-Anne-Victoire d’Espagne (fiancée de Louis XV), entre 1721 et 1725 ;
  • gouvernante des enfants de Louis XV, entre 1727 et 1735.

Enfin, la petite-fille de Charlotte, Marie Isabelle de Rohan, prend le relais en 1735 dans l’éducation des enfants de Louis XV.

Maman Ventadour et le petit orphelin de Versailles

En 1712, le petit Louis a deux ans, quand ses parents meurent de la rougeole. Lui est gravement atteint, il manque de mourir...

On le confie à Mme de Ventadour, ancienne dame d’honneur de Mme Palatine.

Il ne doit la vie qu’à sa gouvernante, qui éloigne les médecins, monstres sans cœur qui veulent lui pratiquer une saignée !

Ce qu’elle décide ? De tenter le tout pour le tout !

Elle a entendu son amie, la comtesse de Verue, raconter qu’après avoir été empoisonnée, un puissant contre-poison délivré par son amant l’a sauvée.

La gouvernante s’en fait envoyer, on le donne au petit, on attend. La fièvre baisse... Louis est sauvé !

A partir de ce jour, Charlotte devient pour le petit orphelin une nouvelle maman, la « maman Ventadour », la mère chatte toujours attentive, toujours soucieuse.

Louis XV, vers 1720

Louis XV enfant, vers 1720 | ©The National Gallery of Art / CC0

La gouvernante, toujours présente !

Une gouvernante des enfants royaux est nommée pour « veiller sur la vie du futur souverain, lui donner ses premiers enseignements... »

Il faut un poil de sévérité, beaucoup de douceur, un soupçon de tact.

  • Il n’y a qu’une seule gouvernante, même si les enfants sont nombreux, garçons et filles confondus.
  • Elle ne pouvait s’absenter que pour motif grave et encore, ne devait jamais s’éloigner, jour et nuit, son lit se trouvant à côté de celui de l’enfant !
  • La gouvernante remplissait son rôle jusqu’aux 7 ans du petit, puis le gouverneur prenait le relais.

C’est bien simple, l'enfant et sa gouvernante devenaient inséparables...

Une mère de remplacement, voire une mère tout court, dans le cas du petit Louis, orphelin à 2 ans !

Mme de Ventadour d'après Mignard

Mme de Ventadour d'après Mignard | ©Benjamin Gavaudo / CMN

« Notre capital est de vivre »

Le futur roi est un enfant très vif, avec une bonne mémoire et de l’esprit.

Mais les soucis de santé qu’il a eus bébé ont fait que son éducation a été négligée.

« Notre capital est de vivre et de prendre peu à peu les bons sentiments », écrit Mme de Ventadour en octobre 1714.

En juin 1715, elle dit :

« Il n’est pas temps de le fatiguer dans un âge si tendre, il ne faut songer qu’à sa santé et à le divertir, et encore en enfant, car les grands plaisirs l’attachent. Je donne souvent congé aux maîtres et nous faisons nos leçons ensemble en riant. »

Avant d’ajouter :

« Il aimera beaucoup à écrire mais point à lire. La géographie, les voyages, celui lui plaît infiniment et vous sevrez étonnée de sa mémoire. »

Mme de Ventadour se donne bien du mal pour celui qui se révèle petit à petit « d’une opiniâtreté épouvantable », de mauvaise humeur, triste.

Elle écrit :

« Je ne me vanterai des peines qu’il m’a données que lorsque j’aurai le bonheur de l’avoir remis entre les mains du roi. »
Louis XV enfant

Louis XV enfant | ©Rijksmuseum / CC0

Plus de peur que de mal

Charlotte s’inquiète du moindre mal de tête, rhume de son petit Louis.

Des préoccupations qui ne lui laissent pas « le temps de respirer » !

Elle cherche à le ménager sans arrêt. Alors Louis, se sachant couvé, en profite pour ruser, tiens !

En 1716 (il a 6 ans), il fait semblant de se trouver mal pendant la messe.

Mme de Ventadour le porte dans sa chambre, où il fait mine de s’évanouir.

C’est trop pour Charlotte, dont les nerfs lâchent : c’est elle qui tourne de l’œil !

On trouve ensuite Louis qui joue tranquillement dans son coin...

Mme de Ventadour et l'infante d'Espagne

Mme de Ventadour et l'infante d'Espagne | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0

Gouvernante de la petite infante

Saviez-vous que le jeune Louis XV a eu une petite fiancée espagnole de 5 ans à peine ? Elle s’appelle Anne-Marie-Victoire.

Livrée à la France, l’infante débarque dans ce monde inconnu, en 1721, bien loin du soleil espagnol.

Et dans ce nouveau monde, sa maman d’adoption s’appelle Mme de Ventadour.

Comme pour Louis, elle sera « maman Ventadour ». Charlotte s’en occupe avec bienveillance jusqu’en 1725.

Dans une lettre de juillet 1722, la fillette écrit à ses parents :

« Tout le monde m’aime passionnément. Je deviens bien obéissante. Maman Ventadour est contente de moi et ne me gâte pas, parce qu’elle veut que je sois une grande reine et digne d’être toujours aimée de sa chère maman qu’elle aime de tout son cœur. »
Montpoupon

Montpoupon | ©Krzysztof Golik / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

7 ans, moment terrible de la séparation

La gouvernante finit par confier Louis, à l’âge de 7 ans, aux mains du maréchal de Villeroy, pour la poursuite de son éducation.

Lui veut brusquer le petit roi, elle le ménager ! Elle conseille « d’y aller doucement pour le bien du corps et de l’esprit. » Mais Charlotte n’a plus son mot à dire…

Louis s’arrache avec horreur des bras de sa maman Ventadour, qui lui murmure d’être raisonnable.

« Ah, maman ! Je ne reconnais plus de raison quand il faut m’éloigner et me séparer de vous. »

Toute la journée, Louis pleure et la réclame. Il faut même aller la chercher pour qu’il accepte de se mettre à table !

Le soir, calmé, il lui remet des cadeaux : une croix de diamants, de belles pierres précieuses.

Bien peu, soupire le petit, « pour les bons soins qu’elle a pris de moi »…

Mme de Ventadour doit, pendant un mois, venir dîner avec Louis et le border, pour le rassurer.

En 1717, il lui envoie cette jolie lettre, après avoir lu une fable de La Fontaine :

« C’est à maman, que le jeune chêne doit la vie et c’est elle qui la première a mis en lui ce qu’il peut y avoir de bon. Ne prenez pas vous-même racine à Trianon, ma chère maman, et revenez au plus tôt pour voir le progrès que le jeune chêne aura fait. »

Quand on sait que Charlotte reviendra à Versailles, mais cette fois en tant que gouvernante des filles de Louis XV...

Gouvernante... des filles de Louis XV !

Hé oui ! Mme de Ventadour devient gouvernante des filles de Louis XV, en 1727.

Elle a alors… 73 ans !

On a gardé ce petit billet touchant de l'une d'elles, Mme Victoire, adressé à maman Ventadour :

« J’ai reçu le petit cheval que vous m’avez envoyé, ma bonne maman, cette nouvelle marque de votre amitié m’est toujours plus agréable, et que vous vous portiez bien, c’est ma plus grande joie. »

En 1735, Charlotte a 81 ans. Il est grand temps pour elle de prendre une retraite bien méritée.

Elle s’éteint à l’âge incroyable, pour l’époque, de 90 ans, en décembre 1744.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !