This website requires JavaScript.

Louis Auguste Le Tonnelier de Breteuil : table de Teschen et collier de la Reine

Louis-Auguste | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Château Château de Breteuil

On vous emmène à la rencontre d'un des propriétaires du château de Breteuil : le célèbre ministre chargé, en 1785, d'arrêter les protagonistes de la mythique affaire du collier de la Reine !

Qui est-il ?

Il s'agit du neveu de Gabrielle Émilie Le Tonnelier de Breteuil, la célèbre Madame du Châtelet !

Louis-Auguste Le Tonnelier de Breteuil, puisqu'il s'agit de lui, est ambassadeur à Stockholm, Saint-Pétersbourg, Vienne et Naples.

En 1783, le roi le nomme ministre de Paris et ministre de la Maison du Roi (ministre de l'intérieur, si vous préférez).

Aaaah, on lui doit pas mal de chose ! Voyons ça :

  • l'amélioration de l'hygiène dans les hôpitaux parisiens et la condition des détenus dans les prisons de Paris : il veut faire démolir la Bastille, mais le projet est ajourné...
  • C'est lui aussi qui fait détruire les maisons sur les ponts de Paris et rend plus fluide la circulation des carrosses entre les deux rives de la Seine.
  • Sous son ministère, on décide de conduire à droite : nos voisins anglais venaient de décider de rouler de l'autre côté !


Quand Louis XVI renvoie Necker en juillet 1789, il nomme Louis-Auguste au poste de Principal Ministre (Premier Ministre d'aujourd'hui).

Mais le lendemain de la prise de la Bastille, Louis XVI rappelle Necker... et congédie gentiment Breteuil, qui émigre en Suisse.

Il rentre au château de Breteuil en 1802.


Serviette et buste de Louis-Auguste

Serviette et buste de Louis-Auguste | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

La table de Teschen

Elle se trouvait au château de Breteuil, mais... depuis 2015, elle a rejoint les collections du département des Objets d’art du musée du Louvre…

Si je vous en parle, c'est qu'elle est liée, bien sûr, à Louis-Auguste de Breteuil ! Il s’agit, de de ?? La table de Teschen !

Ce chef-d’œuvre de bronze doré sur bois orné de 128 pierres précieuses (« pierres dures ») et de médaillons en porcelaine allemande de Saxe a été réalisé par l’ébéniste Johann Christian Neuber pour le prince de Saxe Frédéric-Auguste III.

Un prince qui l’offre au baron de Breteuil (alors ambassadeur de France à Vienne) en remerciement de sa participation au traité de Teschen, en mai 1779.

Louis-Auguste y a fait un boulot du tonnerre, c'est vrai : Louis XVI l’envoie pour préserver la paix en Europe, gravement compromise pendant la guerre de succession de Bavière.

Bref ! Revenons à la table.

L'ébéniste Neuber est aussi minéralogiste, ce qui lui permet de réunir ces 128 pierres dans toute la Saxe !

Des pierres toutes différentes... Un livret conservé dans un tiroir de la table permet de les identifier : on a ainsi l’agate de Doeblen près de Dresde, la cornaline d’Altendorff, l’agate de Mutschen, du bois pétrifié d’Augustusburg, de Rabenau et de Tharandt...


La table de Teschen au Louvre

La table de Teschen au Louvre | ©Tangopaso / Public domain

Le collier de la Reine

Trop cher !

Breteuil fait arrêter le cardinal de Rohan dans l’affaire du collier de la Reine, en 1785 ! Vous savez ? Le gros scandale de l’année !

Mal vu par la reine, le cardinal de Rohan veut regagner ses faveurs en lui offrant un magnifique collier de 650 diamants. Mazette !

Un collier que les joailliers de la couronne cherchent à vendre depuis des années : ils le proposent à Louis XVI, qui refuse. Le prix est colossal !

De La Motte file à l'anglaise

Alors apparaît une Mme de la Motte, escroc, qui se prétend amie de la reine et promet au cardinal son retour en grâce.

Elle lui parle du collier, accepte d’être le prête-nom de la reine, moyennant un paiement en plusieurs fois.

Les bijoutiers remettent le collier au cardinal le 1er février 1785, qui le donne à Mme de La Motte qui file avec ses complices.

Mais quand la reine reçoit une lettre faisant allusion au paiement qu'ils attendent toujours, elle s’étonne...


Le collier de la Reine, château de Breteuil

Le collier de la Reine, château de Breteuil | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA


Copie du collier de la Reine

Copie du collier de la Reine | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

L'arrestation à Versailles

Elle charge Louis Auguste de Breteuil d’éclaircir l’affaire.

Lui s’en frotte les mains, tiens : il hait le cardinal, qui lui a piqué son poste d’ambassadeur à Vienne, alors, il espère bien pouvoir l’humilier définitivement !

On découvre le pot aux roses. Le 15 août, avant de célébrer la messe dans la chapelle royale du château de Versailles, Rohan se fait convoquer par le roi.

Au sortir, Breteuil l’arrête dans la galerie des Glaces, devant les courtisans comme deux ronds de flanc !

Haine et vrais coupables

Le cardinal est jugé puis blanchi, Mme de La Motte arrêtée et jugée.

La reine reste la coupable : elle a voulu la fin de Rohan qu’elle détestait… le peuple ne fait que la haïr encore un peu plus.

Breteuil, lui, n’est pas forcement bien vu, car comme la reine, il a bien enfoncé le cardinal...

La copie du collier original se trouve aujourd'hui au château de Breteuil.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !