This website requires JavaScript.

Le massepain d'Issoudun ou l'histoire de Balzac qui se fait pâtissier

Le massepain | Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Spécialité Honoré de Balzac

Késako ?

Amandes pilées, sucre, blancs d’œufs, le tout parfumé à l'eau de fleur d'oranger et glacé au sucre... vous le connaissiez, le massepain berrichon d'Issoudun (36) ? En plus de sa recette garantie sans cochonneries, on le reconnaît à sa forme carrée ou rectangulaire, son moelleux et sa belle couleur plus ou moins dorée à l'intérieur...

La petite histoire

Bonnes sœurs et pâtisseries

Savez-vous d'où il vient, le massepain ?

On le dit créé par les Ursulines ou les Visitandines de la ville, au XVIIIe s. Le massepain se vend... comme des p’tits pains !

Du coup, après leur dispersion à la Révolution, les sœurs décident d'ouvrir une pâtisserie en ville, dans l'actuelle rue Danièle-Casanova. Et au milieu du XIXe s, tout le monde en raffole : de la cour de Russie jusqu'au Vatican en passant par Napoléon III !

Malheureusement, la pâtisserie de la rue Casanova ferme ses portes à la fin des années 1960... Qui, pour reprendre le flambeau, quiiii ? Un jeune du nom de Jaques Guyard récupère la recette originale en 1989 et relance le massepain à Issoudun.

Aujourd'hui, le massepain se fabrique (toujours dans les règles de l'art) et se vend au restaurant La Cognette : allez-y les yeux fermés !

Balzac fréquentait déjà cette auberge...


Balzac met la main à la pâte

Augustin Cabanès rapporte dans ses Indiscrétions de l'Histoire... que Balzac se serait fait pâtissier !

Tiens donc... ça mérite une petite explication, non ?

L'écrivain parle de la sucrerie dans sa Rabouilleuse, (1842) un des romans composant La Comédie Humaine : il faut dire que l'action se passe à Issoudun !

Balzac peut la décrire, la ville berrichonne.

Il la connaît bien ! Il y passe du temps, caché chez des amis, pendant que ses vautours de créanciers le poursuivent...

En fait, l’écrivain a goûté les massepains.

Il les a adorés, même ! Et pour faire de la pub à son bouquin, il a l'idée de faire vendre les massepains à Paris par un pâtissier !

En se faisant passer pour ledit pâtissier, ben tiens...

On voyait alors cette pub partout dans la capitale, écrite par ses soins :

« Je viens d’ouvrir rue Vivienne, 38 bis, un magasin pour l’exploitation de ce produit dont la réputation, dans le Berry, a près d’un siècle d’existence et dont le plus remarquable romancier de notre époque (H. de Balzac) parle ainsi dans un de ses ouvrages : « C’est l’une des plus grandes créations de la confiturerie française et qu’aucun chef d’office, cuisinier, pâtissier et confiturier n’a pu contrefaire. « M. de Rivière, ambassadeur à Constantinople, en demandait tous les ans de grandes quantités pour le sérail du sultan Mahmoud. » Cette pâtisserie unique, qui, jusqu’à ce jour, n’avait été faite que pour la table des riches, va être popularisée au moyen de la division adoptée pour la vente. « On offrira au public parisien des massepains d’Issoudun depuis 60 francs jusqu’à 5 francs. Dans le but de faire apprécier les qualités hors lignes de cette pâtisserie, on en débitera des tranches de 50 centimes au magasin. »

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !