This website requires JavaScript.

Le mariage des grands-parents de George Sand

Quand : 15 avril 1777

Eglise Saint-Gervais-Saint-Protais | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Eglise paroissiale George Sand Eglise Saint-Gervais-Saint-Protais

Vous souvenez-vous qu'on a rencontré Marie-Aurore de Saxe au château de Nohant ?

La grand-mère de la célèbre George Sand ?

La voilà à Paris, en 1777... en train de se marier !

Aurore rencontre Louis

Vous savez ? Marie-Aurore est la fille légitimée du maréchal Maurice de Saxe et de sa maîtresse, l'actrice Marie Rinteau.

Retirée à sa mère à l’âge de 7 ans, Marie-Aurore est prise en charge par la nièce du maréchal et mère du futur Louis XVI, Marie-Josèphe de Saxe.

Mais celle-ci décède en 1767 et la prive de tout soutien à la cour.

Chassée de Versailles, la jeune Marie-Aurore trouve refuge au couvent des Anglaises, à Paris.

Elle se met bientôt à recevoir la visite de Louis Dupin de Francueil, 62 ans, ami de Rousseau et financier aisé de Châteauroux… de 33 ans de plus qu'elle.

Elle le connaissait bien ! Louis a été l’amant de sa sœur Geneviève.

Issu d’une famille de petite bourgeoisie de l’Indre, son père receveur de taille a pu acquérir un titre de noblesse (de Francueil), du nom d’une terre non loin de son château de Chenonceau, propriété des Dupin depuis 1733.

Louis est veuf depuis 1754.

Marie-Aurore ? Veuve, tout pareil, du célèbre comte de Horn, un officier coupable de vol et d'assassinat à Paris, tué dans un duel en 1767.

Louis demande la main d’Aurore, qui hésite. Mais il est si prévenant, si doux, si gentil...

Alors, pourquoi pas ?


Louis Dupin de Francueil

Louis Dupin de Francueil | ©Paris Musées - Musée de la Vie romantique / CC0

Deux mariages !

On célèbre le mariage à Londres le 14 janvier 1777.

Pourquoi Londres ? Pour éviter que la cour de France ne s’oppose à l'union, pardi ! Marie-Aurore a du sang noble, tout de même !

Le 15 avril 1777, le couple régularise sa situation en se re-mariant à Paris, dans l’église Saint-Gervais-Saint-Protais.

Elle a 29 ans, lui 63.

Pourtant, ils s’aiment ! « Nous ne nous quittions pas d’un instant, et jamais je n’eus un instant d’ennui auprès de lui » écrit-elle.


Marie-Aurore et son fils Maurice

Marie-Aurore et son fils Maurice | ©Paris Musées - Musée de la Vie romantique / CC0

Mon vieux mari et mon papa

Marie-Aurore écrira à George Sand à propos de son grand-père :

« Un vieillard aime plus qu'un jeune homme, et il est impossible de ne pas aimer qui nous aime parfaitement. Je l'appelais mon vieux mari et mon papa.
« Il le voulait ainsi et ne m'appelait jamais que sa fille, même en public. Et puis, est-ce qu'on était jamais vieux dans ce temps-là !
« C'est la Révolution qui a amené la vieillesse dans le monde.
« Votre grand-père, ma fille, a été beau, élégant, soigné, gracieux, parfumé, enjoué, aimable, affectueux et d'une humeur égale jusqu'à l'heure de sa mort.
« Je suis convaincue que j’ai eu le meilleur âge de sa vie et que jamais jeune homme n’a rendu une jeune femme aussi heureuse que je fus. »

Les adieux

De cette union naît Maurice-François Dupin de Francueil, le papa de la future George Sand, en 1778.

Louis Dupin meurt 10 ans après son mariage avec Aurore, qui pleurera beaucoup son « vieux mari ».

Elle écrira alors :

« Le dernier adieu de mon vieux mari fut de m’engager à lui survivre longtemps et à me faire une vie heureuse. C’était la vraie manière de se faire regretter que de montrer un cœur si généreux. »

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !