This website requires JavaScript.

Le mariage d'Auguste Rodin et Rose Beuret

Quand : 29 janvier 1917

Chez Rose et Auguste, à Meudon | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Maison Auguste Rodin Villa des Brillants

Rose Beuret, la compagne de toute une vie.

Dans l'adversité, la pauvreté, d'abord. Puis des jours plus riants, ici et là.

Auguste Rodin l'épouse en 1917, dans leur maison de Meudon.

Elle a 72 ans, lui 77 ans. Ils ne devaient pas passer l'année...

N.B. : Les détails sont tirés du livre Rodin intime, de Marcelle Tirel.

Rose et Auguste

Rose Beuret est une couturière et blanchisseuse lorraine.

Une des muses et surtout la compagne, pendant près de 55 ans, du grand Rodin !

Ils se rencontrent en 1864, alors qu’il travaille aux décors du théâtre des Gobelins, à Paris.

Tous les deux très timides, un peu sauvages, mais travailleurs, ils emménagent ensemble et continuent leur travail respectif.

Elle fait ménage, lessive et cuisine pour Rodin, reprise des vêtements chez eux pour quelques sous, tandis qu'il coud des boutons, pour l’aider.

Elle posera pour lui à de nombreuses reprises.

Elle fermera aussi les yeux sur toutes les infidélités de son mari, toujours fidèle au poste...

Deux explosions !

Rodin épouse Rose le 29 janvier 1917 dans leur villa des Brillants.

Pas par romantisme… mais pour des histoires de succession !

Tout est prêt, le contrat comme les détails de la cérémonie qui devait, pour ne pas fatiguer le couple, se dérouler dans le salon de la villa.

Mais figurez-vous qu'il arrive une tuile de dernière minute, la veille : l’explosion d’une usine à Puteaux, qui fait se briser les carreaux des vitres de l’atelier !

Et pour couronner le tout, l'explosion de la tuyauterie du chauffage central de la villa, qu’on n'allumait jamais, à cause du froid.

Le salon se remplit d’eau... On propose d’installer un chauffage d’appoint avec des cloches d’atelier.

Auguste et Rose, pendant ce temps, se serrent l’un contre l’autre, semblables « à ces petites perruches qu’on nomme inséparables », un plaid sur les genoux.

Ils sont gelés, on leur dit d’aller se mettre au lit, en attendant !


Rodin par A. Besnard (1900)

Rodin par A. Besnard (1900) | ©The Cleveland Museum of Art / CC0

Frigorifiés...

Enfin, le grand jour arrive !

Rodin et Rose s’étaient promis de répondre quelque chose de « joli » au maire.

Mais le moment venu, ils disent simplement... oui. Ca suffit, vous ne trouvez pas ?

Les jours suivant, ils passent leur journée, frigorifiés dans leur lit, à évoquer leur jeunesse, leur vie sans le sou, en se tenant la main et en riant doucement.

Rodin et Rose passent leurs derniers moments ensemble dans des conditions misérables, dans le froid.

Et l’hiver 1917 est glacial !

La faute à cette fichue guerre : tout manque, le charbon surtout.

Rose se met à tousser. Son médecin traitant, Godefroy, lui donne sirops et pâtes Regnault.

Mme Rodin n’a plus que quelques semaines à vivre…

Elle s'éteint le 14 février 1917. Elle avait 72 ans.


Rose Beuret par Rodin (1880-82)

Rose Beuret par Rodin (1880-82) | ©The Metropolitan Museum of Art / CC0

Epilogue

Rose et Auguste ont eu un fils, Auguste-Eugène, né en 1866 alors qu'ils vivent depuis un an ensemble.

Enfin, Rodin ne le reconnaîtra jamais !

Quid de la villa des Brillants ? Auguste Rodin l'avait léguée à l'Etat... son fils n'aura rien !

Auguste, quant à lui, suit Rose dans la tombe, à l'automne 1917. Tous deux reposent dans le jardin de leur villa.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !