This website requires JavaScript.

Dans l'intimité de Rodin à Meudon

Quand : 1893 - 1917

Villa des Brillants | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Maison Auguste Rodin Villa des Brillants

Entrer dans la maison-atelier de Rodin, à Meudon, c'est découvrir l'intimité, la vie quotidienne du sculpteur. Sa toute dernière demeure...

N.B. : Les détails sont tirés du livre Rodin Intime, par la secrétaire de Rodin, Marcelle Tirel.

Villa à vendre !

Usé par des années passées dans des ateliers parisiens pleins de courants d’air et humides, Auguste Rodin cherche à se ménager : le bon air de la campagne près de Paris, tiens !

Pourquoi ne pas s'y installer ?

Un jour de 1893, à la fin de l’année, au cours d’une promenade à Meudon, il découvre un pavillon en brique.

Il s’agit à l’époque de la villa dit des Brillants.

Il appartient à la peintre Delphine de Cols, il est à vendre. Elle n’aime plus la solitude et certains rôdeurs, la nuit...

Bah ! Rodin ne craint aucun des deux ! Il achète le pavillon et s’y installe.


La villa

La villa | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

Une vie simple

A Meudon, Rodin vit simplement. L’hiver, il enfile plusieurs pelures, pas de chauffage !

Il déteste « les palaces modernes où il y a une chaleur constante et où l’on est traité comme un colis ! »

Il n’aura aucune voiture, jamais, mais une charrette à cheval toute simple.

Il se couche de bonne heure, se lève à l’aube.

Son petit-déjeuner ? Un bol de lait (il a deux vaches dans un pré, des canards et des poules).


La salle-à-manger

La salle-à-manger | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

Ma Rose

Rodin vit ici avec Rose Beuret, sa compagne de toujours.

Le dimanche, Rodin appelle Rose « ma fermière », Rose lui répond du tac au tac par un « ma vieille » !

Elle fait elle-même la cuisine, pendant que lui travaille.

Il fallait que Rose rouspète Auguste pour qu’il vienne manger, les mains pleines de plâtre...

Si elle n’était pas là, Rodin ne mangerait pas, trop occupé à sa tâche !


Détail

Détail | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

A table !

Rodin se met à table vers midi pile. Il y reste deux heures entières.

« Les gens qui savent manger sont les meilleurs amis des arts », dit-il !

Le livre Personal Reminiscences of A. Rodin par Anthony M. Ludovici évoque un repas typique chez le sculpteur, à Meudon : hors-d'œuvre, rosbif rôti ou braisé avec œufs et légumes, puis fromage, fruit et café.

Pour accompagner, du vin blanc. Et une liqueur pour finir, le Cointreau : la préférée de Rodin !


L'atelier

L'atelier | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

Les humeurs de Rodin

A Meudon, tout le monde aime Rodin.

Rue de Varenne, dans son hôtel Biron (l'actuel musée Rodin), nettement moins ! « Le luxe accumulé le grisait »...

A Paris, il traite ses domestiques comme des moins que rien. A Meudon ? Il leur donne du Monsieur et du Madame !

Il fallait le voir, dans sa villa, hurler comme un putois à l'un d’eux : « Je suis un grand homme, je veux que vous m’obéissiez sans répondre ! »

Rose en savait quelque chose, de ses sautes d’humeur, la pauvre...

Comme la fois où elle oublie son café d'après déjeuner, et qu’il lui fait la tête toute la journée...


A droite, la façade du château d'Issy

A droite, la façade du château d'Issy | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

Un vestige dans le jardin

Rodin fait ajouter un morceau de la façade du château d’Issy, qu’il sauve lui-même des démolisseurs et fait remonter dans le jardin de la villa !

Un château construit au XVIIe siècle et incendié pendant la Commune de 1871.

Pour la petite anecdote, un deuxième vestige de ce château existe toujours : il s'agit du pavillon qui abrite la Galerie d'Histoire de la ville d'Issy-les-Moulineaux !


La galerie des plâtres

La galerie des plâtres | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

Une vraie ménagerie

Il y trois chevaux à Meudon, Quinoa, Moca et Rataplan, sans oublier les chiens Dora et Lulu.

Rataplan, le vieux cheval perclus de rhumatismes, que l’autorité miliaire vient réquisitionner au lendemain de la déclaration de la Première Guerre... Le couple est déchiré.

A la fin de sa journée de travail, Rodin sort à la fraîche avec son chien préféré, dans un coin tranquille du jardin, où il aime contempler en silence la vallée qui s’étend jusqu’à Sèvres...

Il attend ainsi que le soleil se couche.


La chambre à coucher

La chambre à coucher | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

Un peu d'aide

Le couple a au début un train de vie modeste, à Meudon.

Rodin ayant peur de manquer d'argent, il n'embauche aucune aide.

Il se charge lui-même du jardinage (en râlant), et Rose du ménage.

Dès 1900, la situation financière du couple s’améliore nettement !

Ils embauchent Jean, l’homme à tout faire, et Madeleine, la cuisinière.

A jamais à Meudon

Auguste Rodin et Rose Beuret ont vécu les 23 dernières années de leur vie à Meudon, de 1893 à 1917.

Cette année-là, ils se disent enfin oui après 53 ans de vie commune, quelques semaines avant que Rose ne vacille, et ne s'éteigne.

Oh, Rodin ne lui survit que quelques mois : tous les deux reposent dans le jardin de leur paisible villa des Brillants...

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !