This website requires JavaScript.

Le bal des Ifs : Louis XV en costume de conifère !

Quand : 24 février 1745 - 26 février 1745

Le dauphin Louis | ©Rijksmuseum / CC0
Château Festivités Louis XV Château de Versailles

24 au 26 février 1745, galerie des Glaces.

L'une des fêtes les plus brillantes de l’histoire du château est en train de se dérouler !

Mariage franco-espagnol

Le bal masqué est donné pour fêter le mariage du dauphin Louis de France (16 ans) et de sa cousine, l’infante d’Espagne Marie-Thérèse de Bourbon (19 ans).

Lui, c'est l’aîné des fils du roi Louis XV et de Marie Leszcynska.

Mort de tuberculose avant son père, il ne portera jamais la couronne, mais il est le paternel de trois rois de France : Louis XVI, Louis XVIII, Charles X, tous nés à Versailles !

Mais pourquoi le marier avec sa cousine espagnole ?

Vous vous souvenez que le petit Louis XV a lui-même failli épouser une infante espagnole, mais qu’on a annulé la noce, provoquant la colère de l’Espagne ?

Un peu en froid, depuis, on espère que marier le dauphin avec l’infante permettra de briser la glace et de renouer...

Oui, Marie-Thérèse est la cousine du dauphin, puisque son père à elle s'appelle Philippe V... lui-même petit-fils de Louis XIV !


L'invitation au bal

L'invitation au bal | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0

Les ifs sont de sortie !

La reine Marie, le dauphin et son épouse, tout le monde est là. Manque le roi.

Quand soudain entrent des ifs dans la galerie des Glaces toute illuminée de mille feux.

8 ifs impeccablement taillés, touffus, d'un beau vert sombre, comme ceux des jardins.

Parmi eux... le roi, incognito !

On voudrait bien savoir derrière quel arbre il se cache...

On raconte que des jeunes filles viennent en prétendantes voir le plus bel homme du royaume : l'une d’elles se laisse même emmener dans les petits appartements par un if qu’elle a pris pour le roi ! (Louis XV et Mme de Pompadour, Pierre de Nolhac)


Le Bal des Ifs, détail (C.-N. Cochin, 1764)

Le Bal des Ifs, détail (C.-N. Cochin, 1764) | ©The Metropolitan Museum of Art / CC0

Magiciens et Arméniens

C’est pendant ce bal masqué que Louis XV fait clairement comprendre à une certaine Mme de Pompadour qu’elle lui plaît...

Il avait croisé la future favorite quelques jours avant, pendant une chasse en forêt.

On l'a vu, le roi a voulu qu’il s’agisse d’un bal masqué pour pouvoir se fondre incognito dans la foule compacte.

Oui, compacte : on dénombre pas moins de 15 000 personnes ! Qui trépignent d’impatience avant l’ouverture des portes de la galerie.

Une galerie des Glaces qui ruisselle de lumières, multipliées par les glaces.

Dehors, imaginez les façades du château et les allées couvertes de petites bougies vacillantes.

Et parmi la mascarade, hormis les ifs, on compte diables, bergers, sauvages pleins de plumes, magiciens, Arlequins et Colombine, Turcs et Arméniens...

Une fête pendant le Carême

Le bal des Ifs a lieu en plein Carême : du coup, les immenses buffets qui croulent de victuailles sont sans plats de viande.

Des plats de poissons, ça, oui, des « vins de toutes espèces » se mêlent aux fruits et sucreries, parmi lesquelles on trouve des oranges, toutes droites venues d’Espagne, hommage à l’infante !

D’ailleurs, des Parisiens parviennent à entrer en curieux : on raconte que certains volent des oranges pour les revendre le lendemain au marché ! (Mémoires du duc de Luynes)

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !