This website requires JavaScript.

Le grand Lazare Carnot a vu le jour à Nolay

Quand : 13 mai 1753

Lazare Carnot | ©Rijksmuseum / CC0
Maison Révolution Française Maison natale de Lazare Carnot

Lazare Carnot en deux mots !

  • Officier du corps du génie de formation, il devient, pendant la Révolution, député de la Convention (1792-1795), membre du Comité du salut public (1793-1795), directeur de la République sous le Directoire (1795-1797), ministre de la Guerre (1800) sous le Consulat ;
  • sa citation la plus célèbre ? « On n'est pas révolutionnaire, on le devient » ;
  • On le surnomme « l'organisateur de la victoire » et « le Grand Carnot » ;
  • mathématicien et physicien, il est célèbre pour ses travaux scientifiques : on lui doit deux théorèmes ;
  • il est, en 1794, aux côtés de Gaspard Monge, le fondateur de l’École polytechnique ;
  • en 1815, pendant le retour de Napoléon Ier et les Cent Jours, il est nommé ministre de l’Intérieur… pendant 3 mois !
Lazare Carnot (18e s)

Lazare Carnot (18e s) | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0

Dans la famille Carnot, je voudrai...

La famille Carnot, après Lazare, compte de très célèbres membres :

  • Le fils aîné de Lazare, Nicolas Sadi Carnot (1796-1832), est un physicien spécialiste de la thermodynamique, auteur du Principe de Carnot ;
  • le fils cadet de Lazare, Hippolyte Carnot (1801-1888), est ministre de l'Instruction publique en 1848, fondateur de l'éphémère ancêtre de l'ENA. Il est l'un des premiers à avoir mis en avant l'importance de l'enseignement obligatoire et gratuit, pour les deux sexes ;
  • le petit-fils de Lazare, Marie François Sadi Carnot (1837-1894), 4e président de la République française sous la Troisième République, assassiné à Lyon par l'anarchiste italien Caserio.
Sadi Carnot, petit-fils de Lazare

Sadi Carnot, petit-fils de Lazare | ©Paris Musées - Petit Palais / CC0

Une famille bourguignonne

Lazare Nicolas Marguerite Carnot naît dans cette maison de Nolay en Bourgogne, dans le bailliage de Beaune, le 13 mai 1753.

Son père s’appelle Claude Carnot, avocat au Parlement de Dijon, notaire royal, tout comme avant lui son frère aîné et leur père.

La famille paternelle de Carnot est originaire de Saône-et-Loire en Bourgogne, du tout petit village d'Épertully (à peine 60 habitants, aujourd'hui !).

La commune possède toujours sa croix et son puits dit de Carnot.

Maison natale de Carnot

Maison natale de Carnot | ©Torsade de Pointes / Wikimedia Commons / CC0

Le père, Claude Carnot

Son père, décrit par le fils aîné dans ses Mémoires, est un homme travaillant beaucoup, mais trouvant toujours le temps de se cultiver et de lire : une passion qu’il transmet notamment à Lazare.

C'est un père attentionné, qui s'occupe consciencieusement de ses enfants :

« Il était bon, franc, surtout ; la seule faute qu’il pardonnât difficilement était le mensonge. Quand il en soupçonnait un de ses enfants, il le punissait avec une extrême sévérité. Il s’entourait sans cesse de nous, à la promenade comme à la maison, et même dans nos amusements, il trouvait l’occasion de nous instruire. Il nous vantait le bonheur d’une conscience pure, il nous recommandait le travail nécessaire à tous, mais surtout dans une famille comme la nôtre, nombreuse et peu fortunée. Il nous prêchait l’union et l’affection entre nous, répétant souvent qu’un seul de ses enfants qui tournerait mal entraînerait la perte de tous les autres. »
Maison natale de Carnot

Maison natale de Carnot | ©Patrick - Morio60 / Flickr / CC-BY-SA

La mère, Marguerite Pothier

La mère de Lazare s’appelle Marguerite Pothier, la fille d'un commissionnaire de vins, ancien premier échevin de Nolay. Sa famille est de petite bourgeoisie de robe.

Marguerite donne naissance à 18 enfants : 14 garçons et 4 filles ! 8 seulement survivent, dont Lazare, qui est le 8e né, sur les 18.

« Notre mère avait les nerfs fort délicats, et les fatigues de 18 couches successives avaient de bonne heure miné son tempérament », écrira le fils aîné du couple, un des frères de Lazare, dans ses Mémoires.

D'où vient son prénom ?

Son prénom Lazare, il le reçoit, car c’est le saint patron d'Autun, diocèse dont relevait Nolay !

Un prénom également porté par un grand-père et un oncle, ainsi que par deux de ses frères aînés, morts en bas âge.

Statue de Carnot, Nolay

Statue de Carnot, Nolay | ©Torsade de Pointes / Wikimedia Commons / CC0

Une enfance à Nolay et Autun

Lazare va à l'école à Nolay, où il est un élève studieux et appliqué, avant de quitter sa petite ville natale pour des études chez les Oratoriens d'Autun, puis à Mézières dans l’École du Génie, en 1769.

Lazare bénéficie de la protection du seigneur de Nolay, le duc d'Aumont, lieutenant général et aide de camp de sa Majesté.

L'intendant de cet homme est chargé de suivre les études des fils Carnot, et de mener certains d'entre eux vers la carrière des armes, dans l'armée royale, via d'Aumont.

C'est comme cela que Lazare est dirigé vers la voie militaire, bien qu'il se passionne pour les mathématiques et les sciences.

Sources

  • Georges Barral. Lazare Carnot : d'après des documents nouveaux et deux témoins de sa vie.
  • Jean René Suratteau. Lazare Carnot en Bourgogne ou comment on devient révolutionnaire. In Annales de Bourgogne. Janvier 1990.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !