This website requires JavaScript.

La terrible annulation de mariage de Jeanne de France

Cathédrale de Tours | ©Zairon / CC-BY-SA
Cathédrale Jeanne de France Louis XII Cathédrale Saint-Gatien de Tours

Une rumeur...

Jeanne, la pauvre fille boiteuse et bossue du roi Louis XI, a été promise toute petiote au jeune duc d’Orléans, futur Louis XII.

Mais le mariage célébré à Montrichard n’a rien d’heureux. Louis déteste sa femme !

Oh ! Ce n'est qu'un bruit, au départ. Une rumeur.

Qui dit que quoique marié depuis 22 ans, Louis XII a demandé au pape le divorce.

Il disait vouloir épouser la fille aînée du duc de Bretagne, Anne, 11 ans.

Mais quand cette rumeur est suivie d’un voyage du roi en Bretagne, la cour s'affole !

Consanguinité et stérilité

La rumeur était oh combien fondée !

Le 30 août 1498, on assigne Jeanne à comparaître le « pénultième jour du mois », après l’heure de vêpres, en la cathédrale Saint-Gatien.

Le procureur dit « qu’il n’entendait en aucune sorte attenter à l’honnêteté et à l’honneur » de Jeanne.

Il fait un exposé des faits relatant pourquoi il est nécessaire « pour le bien du royaume et pour y avoir successeur », que le roi obtienne la dissolution de son mariage, et la permission de se marier « à qui il voudrait ».

Pour valider la nullité de l'union, les avocats du roi utilisent ces arguments :

  • la parenté des époux, au 4e degré (consanguinité) ;
  • la minorité du duc, à l’époque des fiançailles ;
  • le fait que Louis XI soit le parrain du roi ;
  • le fait que le roi oblige le duc à se marier, sous le coup de menaces ;
  • la stérilité de Jeanne, qui l’empêche même de consommer le mariage, « tellement maléficiée de son corps et viciée, qu’elle est incapable des actions du mariage ».


Le mari invoque même la laideur de sa moitié... ce qui ne constitue un motif que pour les ruptures de fiançailles !

Au final, c’est l'accusation de stérilité qui est retenue.

Consommation ou non ?

Des conclusions détaillent que « Jeanne de France fut par nature, comme elle est de présent, imparfaite, viciée de corps et soumise à un maléfice, inapte à l’homme, de sorte qu’elle n’eût pu ou ne pût concevoir, recevoir la semence virile selon la conformité de la nature, ni par aucun moyen être connue naturellement par un homme dans les enceintes des parties sexuelles... »

Mais la stérilité n'est pas seule un motif de nullité !

Il faut que cette stérilité ait été provoquée par un sortilège ou par une frigidité et/ou une malformation des organes.

La question ici est donc de savoir si le mariage a été consommé...

Louis grogne que non.

Pourtant, ce rustre a déclaré un jour devant témoin : « J’ai bien gagné à boire, parce que j’ai chevauché ma femme cette nuit trois ou quatre fois » !

Jeanne dit que oui, l'union a été consommée. Oui, à plusieurs reprises : même qu'on ne l'a pas forcée !

Elle refuse néanmoins de se soumettre à l’examen médical qui prouverait sa virginité.

Etrange ? Oui et non, on peut comprendre sa pudeur de princesse de sang royal.

Le roi a-t-il menti sur le fait de n'avoir jamais touché Jeanne ? Jeanne s’est elle soustrait à l’examen, se sachant malformée ? On ne sait pas...

Epilogue

Jeanne, l'échine courbée, le regard fiévreux, petite silhouette fragile sous les voûtes immenses de la cathédrale, encaisse tout de ce procès.

L'humiliation, les mensonges.

Les témoins qui défilent et la salissent, pour certains. Puis l’énumération humiliante de tous leurs rapports intimes...

Le 17 décembre 1498, les juges prononcent la nullité du procès.

Et voilà ! Officiellement, le roi venait d'annuler son mariage.

Le fils du pape, César Borgia, débarque bientôt à Chinon avec les bulles de dispense papales pour le mariage de Louis et de sa nouvelle moitié.

3 semaines plus tard, il pouvait épouser la veuve de son prédécesseur... Anne de Bretagne.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !