This website requires JavaScript.

La réhabilitation de Jeanne d'Arc

Quand : 1909

La Réhabilitation de sainte Jeanne d'Arc | ©Daniel Villafruela / CC-BY-SA
Statue Jeanne d’Arc Cathédrale Notre-Dame de Noyon

Nous voilà devant le groupe sculpté, grandeur nature, de La Réhabilitation de sainte Jeanne d’Arc.

La Pucelle d’Orléans se fait béatifier en juillet 1909.

A Noyon, on décide d’organiser des fêtes en son honneur : on commande un ensemble sculpté à Emile Pinchon, un artiste noyonnais.

La scène est une allégorie: celle de la révision du procès de Jeanne et de sa réhabilitation, le 7 juillet 1456.

Ce n’est pas une scène historique, donc, puisque Jeanne a été brûlée en 1431 et ne pouvait se trouver là !

Nous avons d’abord Guillaume Bouillé, doyen au chapitre de Noyon, chargé de réunir les preuves de l’innocence de Jeanne.

Au centre, le tribunal ecclésiastique chargé de réviser le procès de Rouen, constitué de :

  • l’archevêque de Reims Jean Juvénal des Ursins (dans son siège) ;
  • l’archevêque de Paris Guillaume Cartier ;
  • l’évêque de Coutances Richard de Longueil.


Un beau symbole à la fois religieux (la sainte réhabilitée par un chanoine de Noyon) et national : l’héroïne derrière laquelle toute personne pouvait se retrouver...

Mais ce groupe sculpté se fait mettre au placard ! Pourquoi ??

Car Emile Pinchon a représenté, sacrilège, les statues sous les traits de personnes bien vivantes !

Sa Jeanne d’Arc porte les traits de sa femme, Bouillé ceux de l’archiprêtre de Noyon et l’archevêque de Reims est le portrait craché de l’évêque de Beauvais de l’époque...

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !