This website requires JavaScript.

La porte Beucheresse à Laval, le lieu de naissance du Douanier Rousseau

Quand : 21 mai 1844

Porte Beucheresse | ©Fab5669 / Wikimedia Commons / CC-BY-SA
Fortification Porte Beucheresse

Une des portes donnant accès à la ville médiévale

La porte Beucheresse est un des vestiges (très bien conservés) des remparts médiévaux de la ville de Laval, située sur la place Hardy, au pied de la cathédrale.

5 portes donnaient autrefois accès à la ville : la porte Rennaise (en direction de la Bretagne) ; la tour de la Poterne ; la porte Peinte ; la porte Belot-Oisel, détruite en 1427 après la prise de la ville par les Anglais.

La 5e ? La porte Beucheresse ou porte Bûcheronne : elle est tournée vers la forêt de Concise !

Le passage voûté était autrefois défendu par une herse coulissante et une porte à deux vantaux. Un pont enjambait les douves. Tout cet attirail médiéval est supprimé en 1754, lors de la création de la place Hardy.

C’est sur cette place, dans cette tour, que le Douanier Rousseau voit le jour !

Remparts de Laval

Remparts de Laval | ©Patrick - Morio60 / Flickr / CC-BY-SA

Qui est le Douanier Rousseau ?

Le Douanier Rousseau ? Le peintre français majeur de ce courant que l’on a appelé art naïf.

Moqué par ses contemporains, unanimement reconnu par des personnalités du 20e siècle comme Pablo Picasso ou André Breton, il a su imposer une œuvre colorée remplie d’exotisme et de poésie.

Tenez, pour se mettre en appétit, voici une peinture assez représentative de son oeuvre : Le Repas du lion (1907) !

Le Repas du lion (H. Rousseau, 1907)

Le Repas du lion (H. Rousseau, 1907) | ©Metropolitan Museum of Art / CC0

Le célèbre peintre est né dans la porte Beucheresse

Le futur peintre naît de ses vrais prénoms et nom Henri Julien Félix Rousseau, le 21 mai 1844 à Laval.

Jolie préfecture de la Mayenne, qui a déjà vu naître le célèbre chirurgien Ambroise Paré vers 1510, et verra naître, 29 ans après le Douanier, le dramaturge Alfred Jarry !

Le futur Douanier naît, lui, dans cette massive et médiévale porte Beucheuresse (15e siècle), dans la partie droite de la tour.

La famille Rousseau est de condition modeste.

  • Son père, Julien Rousseau, est ferblantier et quincaillier de métier ;
  • sa mère s’appelle Éléonore Guyard, ainsi qu’on le voit dans l’extrait de naissance du futur peintre :
« L’an 1844, le 21 mai, à 3 heures du soir, par-devant nous, conseiller municipal remplissant à défaut de maire et adjoints les fonctions d’officier de l’État-civil de Laval, est comparu : Julien Rousseau, ferblantier, né à Laval le 5 mai 1808, y demeurant place Hardy, lequel nous a présenté un enfant de sexe masculin, né hier matin à une heure, dans sa maison, de lui déclarant et de Éléonore Guyard, son épouse, née à Laval le 15 août 1819, mariés en 1837, et auquel enfant il a déclaré donner les prénoms de Henri, Julien, Félix. »

Ses parents sont nés à Laval.

  • Du côté du père, on est originaire des confins de la Mayenne et de l’Ille-et-Vilaine : on trouve essentiellement des marchands de profession ;
  • coté maternel, on vient de la Mayenne et particulièrement de Laval, avec un ancêtre… douanier de métier, ça ne s’invente pas !
  • le grand-père du peintre, Jean-Pierre Guyard, a même été colonel des guerres de la Révolution et de l’Empire, au sein de la Grande Armée.
Tour Beucheresse

Porte Beucheresse | ©Manfred Heyde / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

Une enfance lavalloise

Le petit Henri passe les 10 premières années de sa vie dans la tour droite de la porte Beucheresse, où ses parents tiennent la quincaillerie familiale, au rez-de-chaussée.

Mais tout se casse la figure quand le père se met en tête d’acheter toute la tour, et d'y vivre, lui et les siens. Il s’y prend mal, s’endette... se ruine.

La famille Rousseau doit quitter Laval, obligée de déménager dans les environs.

Henri ne reverra Laval que pour y faire ses études, au lycée de la ville (il reçoit les prix de dessin et de musique), puis ses études de droit.

Il partira ensuite pour Paris, travailler comme fonctionnaire à l’octroi, où il sera chargé de contrôler les boissons alcoolisées qui franchissent les murs de la capitale. C’est tout naturellement qu’il reçoit son surnom de… douanier.

L’aventure pouvait commencer !

Sources

  • Jean-Louis Beaucarnot. Le Douanier Rousseau : descendant... d'un douanier. La Revue française de Généalogie, rfgenealogie.com. 20/09/2010.
  • Dominique Eraud. Laval : Mayenne. Service régional de l'inventaire Pays de la Loire, 1989.
  • Nathalia Brodskaya. Le Douanier Rousseau. Parkstone International, 2011.
  • 2 septembre 1910 : mort du peintre Henri Rousseau dit le Douanier. France Pittoresque, france-pittoresque.com. 02/09/2022.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !