This website requires JavaScript.

L'angélique de Niort et les centenaires

Angélique fraîche | H. Alexander Talbot / CC-BY
Spécialité

Késako ?

On peut en faire, des recettes de cuisine, avec l'angélique !

Des cakes bien sûr, des gâteaux, mais aussi des confitures, des sirops...

On la produit à Niort, d'après les traditions des sœurs du couvent de la Visitation.

La petite histoire

Très bon pour la digestion et les maux d'estomac, parait-il, l'angélique !

On en fait des boissons :

l'eau des Carmes (ou eau de Mélisse), composée de 14 plantes et d'épices ;
le Vespetro, liqueur savoyarde à base d'angélique, de fenouil et d'anis.


On a souvent rapporté le cas du Niçois Annibal Camoux, qui aimait beaucoup mâcher de la racine d'angélique... oui, et alors ?

Alors, ce monsieur est mort à Marseille en 1759, à l'âge de... 121 ans (et 3 mois) !

Simple soldat qui servit dans l'armée jusqu'à ses 100 ans, dit-on, Louis XV lui donna même une pension confortable pour ses vieux jours.

Pour vivre vieux, mangeons de l'angélique ? C'est dit !

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !